De Saxus - Thrillers, Fantastique & PolarsLES CHRONIQUES DE ROMANSLES LIVRESTHRILLERS & POLARS

La Neuvième Maison de Leigh Bardugo

J’avais pris grand plaisir à lire Grisha, une série écrite par Leigh Bardugo en fantasy jeunesse. Lorsque j’ai appris qu’elle avait également publié un roman fantastique pour adulte et que ledit roman sortait en français, j’étais très impatiente.

Toutefois, connaissant son style, je savais qu’il me faudrait de la persévérance avant d’être happée complètement par l’histoire.

Néanmoins, avant d’aller plus loin, je tenais une nouvelle fois à saluer le travail remarquable réalisé par les éditions de Saxus. Les deux versions du roman sont simplement magnifiques, que ce soit le broché ou bien le hardback. J’ai eu la chance de recevoir le broché en service de presse et… je n’ai pas résisté à racheter le roman avec la couverture rigide. Eh oui… quand on aime…

Son résumé :

Alex « Galaxy » Stern a vécu une adolescence chaotique. Élevée à Los Angeles par une mère hippie, elle a abandonné l’école très jeune pour se retrouver dans un monde sombre, violent et sans avenir.

À 20 ans, elle est la seule survivante d’un horrible massacre inexpliqué, et c’est sur son lit d’hôpital qu’elle se voit offrir une seconde chance : rejoindre la prestigieuse université Yale en intégrant la maison Léthé. Cette entité, appelée La Neuvième Maison, surveille les huit sociétés secrètes de Yale ; ces dernières forment les futurs décideurs ainsi que les personnes influentes et pratiquent la magie sous différentes formes, bien souvent sinistres et dangereuses.

Alex a été choisie, car elle possède un pouvoir rare et mystérieux : elle peut voir les fantômes. Alors que son mentor a disparu, elle va devoir enquêter sur le meurtre d’une jeune fille. Ce qu’elle va découvrir va bien au-delà de l’horreur…

Mon avis :

Je vais être franche avec vous, j’ai refermé ce livre ravie et ayant déjà hâte de retrouver Alex « Galaxy » pour la suite de ses terribles aventures. Car, oui, vu la fin, il y aura forcément une suite (et ce n’est pas Goodreads qui me dira le contraire). Toutefois, je dois admettre que… purée qu’est-ce qu’il y a comme longueurs ! Alors certes, dans l’ensemble, je me suis régalée, mais… il faut quand même pouvoir suivre et avoir le cœur bien accroché !

Pourquoi ? Parce que Leigh Bardugo adore faire des retours en arrière et jongler… en gros, je me sentais comme Alex, à tenter de démêler toutes les informations que l’autrice nous dévoilait au fur et à mesure des chapitres. Croyez-moi, il faut être bien concentré pour tout comprendre et pour ne pas louper une révélation, un indice…

C’est aussi son style, il faut le reconnaître… L’autrice prend son temps pour poser son histoire, ses personnages, l’univers et l’intrigue. Et là, j’ai eu l’impression de me retrouver dans un véritable Cluedo à démêler le nom des suspects potentiels et qui faisait quoi, et pourquoi.

C’est très bien écrit et excellemment mené.

 

Parce que La neuvième maison, c’est plusieurs genres réunis dans un roman : fantastique, thriller et terreur. Et moi qui suis méga fan de Stephen King, j’ai été servie de ce côté-là, car Leigh Bardugo arrive très bien à mélanger les ingrédients pour nous offrir une histoire palpitante quoique très gore par moment et diablement effrayant.

À ce propos, il faut savoir que ce roman peut déstabiliser de par certaines scènes très crues et… peu ragoutantes… Sans parler de la violence omniprésente tout le long. Clairement, ne vous attendez pas à quelque chose de gentil ou de survolé. Ne vous attendez pas non plus à trouver une quelconque romance.

Alex est un personnage brut de décoffrage, entière. Une femme coupante, et à fleur de peau. Une « ancienne » junkie qui voit là une chance de faire enfin quelque chose de sa vie. Sa rencontre avec Darlington ne se fera pas sans heurts, mais les deux compères se complètent bien : elle, la fille bordeline et lui, l’étudiant bien trop gentleman.

J’ai dévoré les dernières pages à une vitesse hallucinante.

 

La neuvième maison, pour ceux/celles qui ont connu, n’est pas sans rappeler le film The Skulls – Société Secrète sortie en 2000 (avec le magnifique Joshua Jackson) à cause de son contexte et bien sûr du lieu. Alex, qui n’avait jusqu’alors aucun projet d’avenir, a l’opportunité de reprendre ses études en entrant à l’université de Yale. Elle y apprend alors les rouages des différentes maisons qui la composent.

Bien sûr, cela reste une sorte de couverture qui lui permet d’assurer sa fonction de « Dante » auprès de Darlington, qui est comme une sorte de mentor pour elle (moi je vois un peu ça comme Batman et Robin ou plutôt comme un patron et sa secrétaire vue qu’Alex tape les rapports). Les enquêtes policières sont bien ficelées et on désespère de trouver les bons coupables.

Si durant ma lecture, j’ai ressenti des longueurs, je n’ai pas pour autant boudé mon plaisir. C’est très bien écrit et excellemment mené du début jusqu’à la fin. Les chapitres sont presque agencés comme une sorte de puzzle à reconstituer tantôt sur le présent et tantôt sur le passé. Lorsqu’on arrive au dernier tiers, c’est là que tout s’enchaine. J’ai dévoré les dernières pages à une vitesse hallucinante.

Dans l’ensemble, si vous aimez les histoires malaisantes, mélangeants le fantastique avec le thriller horrifique et que vous n’avez pas froid aux yeux, vous serez servi. Toutefois, le style de Leigh Bardugo peut désappointer et certaines scènes peuvent carrément rebuter. L’autrice n’y va pas avec le dos de la cuillère. C’est parfois lent et parfois avec des longueurs, mas croyez-moi, ça vaut le coup de s’accrocher !

La Neuvième Maison -

Broché : 19,90€ - Relié : 24,90€
8.6

La plume de Leigh Bardugo

8.0/10

L'histoire

8.5/10

L'intrigue (Fantastique/Thriller)

9.0/10

Les personnages

8.9/10

Mon intérêt

8.5/10

Les plus :

  • Le personnage d'Alex très... coloré et incisif !
  • Le fantastique et le suspens très bien mené jusqu'à la fin
  • Les histoires de fantômes

Les moins :

  • Les longueurs (c'est un peu dans le style de l'autrice)
  • Parfois des scènes peu ragoutantes trop détaillées à mon gout et qui ne méritaient pas tant.

Julie F. / Artemissia Gold

Lectrice compulsive et blogueuse depuis 2005. 🖤🕯 Je suis également une maman en deuil depuis le 16 octobre 2019 🕯🖤 Je reprends goût progressivement à la lecture (et à l'envie de bloguer) et j'essaie d’avancer comme je le peux dans la vie, sans mon enfant 🙏💖

7 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :