LES CHRONIQUES DE ROMANSLES LIVRESNathan JeunesseROMANS JEUNESSESCIENCE FICTION

La fin et autres commencements de Veronica Roth

Nombre de pages : 320 pages
Éditeur : Nathan
Date de sortie : 6 février 2020
Collection : Grand Format Divers
Langue
: Français
ISBN-10 : 2092593447
ISBN-13 : 978-2092593448
Prix éditeur : 16,95 €
Disponible sur liseuse : Non

De quoi ça parle ?

Le retour de Veronica Roth avec une exploration fascinante du futur dans un roman illustré spectaculaire !

Six univers. Dans chacun de ces mondes futuristes parfois proches du nôtre et parfois si différents, la technologie transforme les êtres et façonne de nouvelles possibilités. Pourtant, chacun reste confronté à des problématiques profondément humaines. Plongez dans ces futurs, et explorez des histoires de mort et de renouveau, de haine et d’amour, de vengeance et de pardon… dont la fin n’est qu’un nouveau commencement.

6 histoires émouvantes et futuristes, qui chacune à leur manière explorent les thèmes de la mort (celle que l’on inflige, celle qui nous frappe), l’amitié, la famille, la résilience.
Des récits d’anticipation dans la veine de Black Mirror.
Dès 13 ans

Mon avis

Dans ce recueil de nouvelles ancrées dans le domaine de la science-fiction, Veronica Roth évoque des thèmes aussi divers que variés.

Dans Inertia, le pardon signe pour Claire et Matt le début d’un nouveau commencement. Alors que le jeune homme est sur le point de subir une intervention chirurgicale à risque, la venue de Claire lors de la dernière visitation à laquelle il a droit – une technologie qui permet à deux individus de revivre certains souvenirs communs – va conduire à la prise de conscience et à la réconciliation, mais pas que…
En guise d’ouverture, l’auteure nous offre une histoire touchante qui invite à donner une chance aux gens, afin qu’ils puissent dire tout ce qu’ils ont à dire à une personne avant qu’il ne soit trop tard.

Dans Les Fileuses, j’ai retrouvé une ambiance à la Men in Black, avec des extraterrestres qui se servent de peaux numériques pour se faire passer pour des humains. Un concept carrément cool ! On fait la connaissance d’Atleigh Kent, une chasseuse de prime spécialisée dans la traque des sangsues, une race de prédateurs extraterrestres qui prend le contrôle du corps et du cerveau de l’humain sur lequel elle se greffe. Miam. Alors qu’elle est à la poursuite de la sangsue qui a tué sa mère, son chemin croise celui d’Eon, un autre chasseur, à la nature un peu spéciale… C’est aussi l’occasion pour Atleigh de renouer avec Lacey, sa soeur, qui a choisi d’entrer à l’Académie militaire plutôt que de devenir chasseuse, comme le reste de sa famille.
Dans cette nouvelle très plaisante qui n’est pas sans rappeler Les Âmes vagabondes de Stephenie Meyer, il va être question de vengeance, bien sûr, mais aussi de retrouvailles et d’amour.

Dans Les Ecoutants, on pénètre dans un univers ravagé par des attentats à la bio-bombe. C’est dans ce contexte que l’on fait la rencontre de Darya, une jeune fille dotée de l’oreille absolue qui s’apprête à entrer en formation pour devenir Ecoutante. Les Ecoutants sont des individus qui disposent d’un implant leur permettant d’entendre de la musique provenant des individus eux-mêmes. A la fin de sa formation, Darya est dans l’obligation de choisir la couleur de son implant : rouge pour les chants de vie, noir pour les chants de mort. Un choix presque « matrixien ». Se laissera-t-elle guider par sa préférence personnelle ou choisira-t-elle en fonction du souhait émis par sa soeur Khali ?
Si j’ai aimé cette nouvelle, je regrette toutefois qu’elle n’ait pas fait l’objet d’un récit plus développé, parce que j’aurais terriblement aimé en savoir davantage sur cette société et sur le rôle des Ecoutants.

Avec Vim et Vigor, Veronica Roth nous offre une histoire de super-héroïnes et un beau message sur l‘importance de l’amitié et des gens qui nous apprécient pour ce que nous sommes.
Edie et ses amies Kate, Lynn et Amy sont les fondatrices du club des Protectrices, un groupe érigé en hommage à la fanfiction écrite par Kate, qui met en scène quatre super-héroïnes, les Protectrices. Le décès d’Amy survenu quelques années plus tôt et dont l’une d’elles semble en partie responsable, a cependant jeté un froid et fait voler en éclats cette belle amitié. Edie profite de l’occasion que lui offre la sortie du film inspiré de la fanfiction pour renouer avec Kate, non sans une idée derrière la tête…

Carapaçonnés est une histoire en deux parties à laquelle j’ai eu du mal à accrocher et qui m’a laissée un peu perplexe. Je n’ai pas vraiment compris où voulait en venir l’auteure.
Teka cherche à se venger des Noavek, famille dirigeante du royaume de Shotet, pour ce qu’ils ont fait aux siens. Pour préparer sa mission, elle dispose de l’aide d’Otega, employée au service des Noavek, qui lui offre la possibilité de pénétrer dans leur demeure incognito. Mais celle-ci est-elle réellement digne de confiance ?
La deuxième partie met en avant Akos, un personnage que l’on rencontre vaguement au début de l’histoire. Prisonnier du souverain de Shotet mais non traité comme tel, il s’entraîne avec l’armée afin de sauver son frère Eijeh. Du fait de son statut un peu particulier, il est mis à l’écart et raillé, et va donc chercher à prouver sa valeur et obtenir le respect lors de l’épreuve de la Cuirasse, dans laquelle il doit tuer un Carapaçonné.

Le recueil se conclut avec Les Transformatistes, un très beau récit sur la maltraitance, avec en prime, une belle histoire d’amour.
Otho est en prison et apprend qu’il va être libéré, car quelqu’un a témoigné en sa faveur, alors que lui-même n’a jamais raconté ce qu’il s’était passé. Élevé à la dure par une mère membre de la secte des Transformatistes dont la croyance se fonde sur la transformation par l’auto-annihilation, c’est un jeune homme traumatisé. Sa rencontre avec Jove va permettre à Otho de faire un premier pas sur le chemin de la résilience.

Par le biais de ce recueil, Veronica Roth propose des histoires intéressantes et illustrées par Ashley MacKenzie qui globalement m’ont plu, avec toujours l’idée qu’une fin n’est que le commencement de quelque chose de nouveau.

La fin et autres commencements de Veronica Roth

16,95€
8.5

Les histoires

8.5/10

Les personnages

8.5/10

La plume de l'auteure

8.5/10

L'intérêt des lecteurs

8.5/10

On aime :

  • Les thèmes abordés
  • La plume de l'auteure
  • Les illustrations
Publicités
Tags
Voir Plus

Zellena

Sur Songe depuis plus de deux. Ex chroniqueuse litté, ciné et série de feu Artzone Chronicles. Tombée dans le chaudron de la lecture quand elle était petite. Nage au beau milieu des polars, de l'heroic fantasy, du fantastique et de la science-fiction.

2 Commentaires

  1. Salut !
    J’ai l’impression que la nouvelle des Ecoutants est très souvent celle préférée par les lecteurs (en VO ou en VF), moi y compris ! Je serais moi-même très curieuse d’en savoir plus sur l’univers de cette nouvelle.
    Concernant celle des Carapaçonnés, c’est normal si tu es dans le cas où tu n’as pas lu la duologie Marquer les Ombres de l’autrice. C’est une remarque que je m’étais d’ailleurs faite : cette nouvelle est sympathique bien que non indispensable pour ceux qui ont lu cette duologie, mais qu’en revanche, je n’étais certaine qu’elle ait un intérêt pour quelqu’un qui ne l’a pas lu. La dernière porte sur ce même univers, mais je trouve qu’elle se suffit à elle seule, au contraire de celle des Carapaçonnés.

    1. Coucou !
      Merci pour la précision ! Si les Carapaçonnés s’inscrit dans quelque chose de plus large, j’irai lire ça, parce que j’admets que là, je n’ai pas vraiment compris ce que cette nouvelle venait faire avec les autres. Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :