LES CHRONIQUES DE ROMANSLES LIVRESRobert Laffont - ThrillerTHRILLERS & POLARS

Le bûcher de Moorea de Patrice Guirao

Une enquête de Lilith Tereia


Nombre de pages
: 400 pages
Editeur : Robert laffont
Collection : la bête noir
Date de sortie : 16 mai 2019
Langue : Français
ISBN-10: 2221238893
ISBN-13 : 979- 2221238899

Prix éditeur : 19,00€
Disponible sur liseuse : Oui –  12,99€

De quoi ça parle ?
Dans le lagon de Moorea, les eaux calmes et bleues bercent quelques voiliers tranquilles. Les cocotiers dansent au vent. Les tiarés exhalent leur parfum. Pourtant, à l’abri de la forêt, des flammes se fraient un chemin vers le ciel. Lilith Tereia, jeune photographe, tourne son appareil vers le bûcher. Devant son objectif, des bras, des jambes, des troncs se consument. Et quatre têtes.
Pour quels dieux peut-on faire aujourd’hui de tels sacrifices ? Avec Maema, journaliste au quotidien de Tahiti, Lilith est happée dans le tourbillon de l’enquête. Les deux vahinés croiseront le chemin d’un homme venu de France chercher une autre vie. Un homme qui tutoie la mort.

Mon avis

Un roman prometteur qui n’a malheureusement pas su me conquérir.

Le bûcher de Moorea, sur le papier, les corps des victimes d’horribles meurtres sont retrouvés dans un brasier sur une île paradisiaque. Deux jeunes femmes et un homme pour mener l’enquête, un roman noir azur. Tout pour me plaire. Sauf…  Sauf que malheureusement rien n’a pris comme je l’espérais.

L’histoire met un long moment à débuter. Il faut attendre la page 50 pour commencer à comprendre quelque chose, et cent et quelques pour que l’histoire débute vraiment. J’ai trouvé ça très long pour un livre de 400 pages. Même si c’est le premier tome d’une série. Nous lisons à travers les yeux des personnages. Un point de vue du personnage, mais vu à la troisième personne. Un compromis entre le point de vue omniscient et l’introspection des protagonistes. Ce choix narratif déstabilise un peu, en effet au sein d’un même chapitre on est parfois dans les pensées de plusieurs personnages. Et l’on en change d’un chapitre à l’autre sans qu’aucun ne soit à la première personne pour autant. On sait tout, mais on ne s’identifie à personne. Cela reste un choix narratif.

Le problème avec cette histoire, c’est que ce n’est pas UNE histoire, mais PLUSIEURS. Il y a l’histoire de Lilith, personnage intéressant, se revendiquant libre et bisexuelle. Cette fille semble constamment perdue entre ses traditions et ses envies, entre son héritage et son futur, entre ses propres sentiments… Il y a ensuite Nael, un psychopathe sorte de tueurs en série, puis le vieux Raymond, l’oncle de Lilith. Chacune de ses histoires passe finalement avant l’intrigue « principale », l’enquête pour les meurtres, qui occupe finalement peu de place dans le livre. Elle « tombe » toute seule, et se résout en quelques pages finalement. Tout comme les intrigues des personnages.

J’ai eu du mal à lire ce livre. Ce qui m’a le plus dérangé mis à part la difficulté à suivre le fil rouge, c’est le style. De longues, de tréééééééééééés lonnnnnnnnnnnnnnnnngues envolée lyrique. Pour tout et rien, tout le temps. Les personnages de Lilith, Nael et Raymond passent leur temps à penser, et on suit tout de leurs introspections à chaque fois qu’on les croise. Flash back pas toujours utiles, mais surtout des pensées profondes et mélancoliques encore et encore. Au début du livre, Lilith qui est photographe prend des clichées des corps trouvés pour le journal. Elle observe un indice en contrebas et veut le signaler à ses compagnons qui ne la voient pas. Et là s’ensuit une sorte de long monologue interne sur le fait que personne ne la voit jamais et sa vie, etc., etc. Alors qu’elle est à quelques mètres de restes humains carbonisés et qu’elle n’en a pas l’habitude… Pleins de passages comme ça.

Cela a rendu le roman trop long pour moi. Si on avait coupé les trois quarts de ses passages, je ne suis pas sûr que l’intrigue en aurait souffert…

Les personnages ne sont pourtant pas assez aboutis à mon goût, surtout Nael. Je n’en dirai pas plus pour ne spoiler personne, mais en fermant le livre je n’ai pas plus d’éléments de réponse sur ses motivations que lorsque j’ai découvert le personnage. Et le côté « toujours plus trash » va carrément trop loin et sans raison pour moi. Il est également dommage de voir les personnages secondaires sous-exploités. Comme Kae, le policier de la ville qui ne sert… presque à rien en fait. Ou encore, le personnage de Gaspard qui restera un personnage avec un super potentiel ( c’est quand même un rat qui parle!) trop vite écarté dans son utilisation.

Le roman est également très trash à certains moments. Âmes sensibles s’abstenir, scènes de violences et de tortures détaillées explicitement. Il y a également les mots en tahitien un peu partout dans le roman qui nous renvoient au lexique (à la fin du livre) toutes les deux pages et plus, ce qui est très pénible si on lit en numérique.

Bref vous l’aurez compris, ce roman n’a pas fait mouche pour moi, mais les livres c’est comme le reste, chacun ses goûts ! Si vous aimez les livres atypiques, les environnements exotiques, que le hard ne vous fait pas peur et que vous voulez découvrir un genre nouveau, essayez-le !

Le bûcher de Moorea de Patrice Guirao

19.00€
3.9

La plume de l'auteur

3.0/10

Les personnages

4.5/10

L'enquête

3.0/10

L'histoire

5.0/10

On aime :

  • Le décor du roman
  • Le personnage de Lilith

On aime moins :

  • Les scènes très gores
  • Les envolées lyriques trop présentes
  • La fin
Publicités
Tags
Voir Plus

willelyone

Je suis une passionnée de lecture en tout genre (Bit-lit, MxM, FxF, policier, jeunesse, young adulte, érotique, mangas, comics, Bd, ect… ) ; mais aussi de Jeux De Rôle (sur table) ; de jeux vidéo et de série TV. J’aime les happy end ( eh oui, on ne se refait pas). Quand mes deux affreux chats ne réclament pas de caresses à corps et à cris je me plonge rapidement dans un roman tout en regardant un film ou une série ( j’aime faire plusieurs choses en même temps) ou je cours les librairies pour assouvir ma passion. Je fais énormément de salons autour du livre pour découvrir de nouveau éditeur ou auteurs. Nouvelle chroniqueuse sur Songe j’espère pouvoir partager avec vous ma passion et mes découvertes !

6 Commentaires

  1. Dommage! Comme toi, le résumé me parlait bien. Je vois tout à fait de quoi tu parles avec des envolées lyriques inutiles. Des fois j’ai l’impression que les auteurs se font plaisir à faire de belles phrases, mais que ça ne rime à rien.

    1. Je pense que ça doit plaire à certains lecteurs aussi. Mais effectivement pour moi dans un polar ça a un peu tué le rythme. Je lirai peut-être le second pour voir si l’auteur a fait évoluer un peu son style car certains personnages ont du potentiel.

  2. J’aime les belles plumes et les longues phrases à conditions qu’elles ne desservent pas l’intrigue… Je pense donc passer mon tour même si le résumé + la couverture étaient tentants…

  3. La plume de l'auteur

    9.5

    Les personnages

    8.5

    L'enquête

    9

    L'histoire

    9

    J’ai adoré ce bouquin et la plume savoureuse de l’auteur.
    J’ai aimé qu’il prenne un peu de temps pour présenter les personnage et surtout planter le décor et restituer le contexte du récit.
    Un parfait mélange de noir, de policier et de thriller, le tout savamment dosé !

Répondre à Sev Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :