LES CHRONIQUES DE ROMANSLES LIVRESTRANCHE DE VIE

Lettres de pluie de Steve Sem-Sandberg

Une plongée dans l'esprit étriqué des gens vivant sur une île isolée.

second

Nombre de pages : 288 pages
Éditeur : Robert Laffont
Date de sortie : 22 août 2019
Langue : Français
ISBN-10 : 222121515X
ISBN-13: 978-2221215159
Prix éditeur : 21,00 €
Disponible sur liseuse : Oui à 13,99

De quoi ça parle ?

Les années 1960, une petite île suédoise. Minna et Andreas ont été confiés pour la journée à leur voisin, Johannes. Mais le soir, leurs parents ne rentrent pas. Toute trace d’eux a disparu. On sait seulement qu’ils sont américains. Alors on parle d’espionnage, on exhume des histoires de la dernière guerre et de l’occupation nazie… Étrangers, sans famille, élevés par un alcoolique soupçonné d’avoir été collabo, les deux enfants sont la cible toute désignée des haines qui rongent les insulaires.
Devenu adulte, Andreas revient solder ses comptes. Dans ce petit monde étouffant où la pluie brouille les frontières du réel, le passé ténébreux de l’île acquiert une intense présence. Et le drame semble inévitable.

Mon avis :

Je viens de finir ce livre et malgré une très belle plume de l’auteur, je suis sortie assez dubitative de ma lecture…

Le tout premier élément qui a gêné constamment ma lecture, c’est le manque de clarté sur la chronologie des événements. Andréas revient sur l’île de son enfance et se perd énormément dans ses pensées, à tels points que nous-même sommes perdus. Du coup, nous passons du présents, au passé, à un passé encore plus lointain et un passé datant d’à peine quelques heures… C’est très déroutant !

Nous suivons Andréas à son retour dans sa maison d’enfance, la villa jaune, où Johannes l’a élevé ainsi que sa sœur Minna. Son enfance se passe sur une île, et j’ai trouvé que l’auteur avait écrit avec beaucoup de réalisme, la vie que peuvent avoir les habitants, avec les histoires entre eux, leurs conditions de vie… C’est assez prenant ! On se rend compte que, sur une île telle que celle-ci, chaque geste à une conséquence, chaque passé également. Que les rumeurs ont des impacts forts et que les secrets sont profondément enfouis !

Andréas, lors du rangement de la villa jaune, nous replonge dans son passé, mêlé au présent qui dégénère… On découvre le fameux Johannes, que la quatrième de couverture présente comme un alcoolique ancien nazi alors que je n’ai vu qu’un homme un peu rêveur, dépassé par les événements. Minna, une enfant paumée et légèrement folle et Andréas, son frère tout aussi perdu qu’elle mais avec une volonté forte de se faire aimer ! Pourtant, aucun attachement particulier envers les personnages. La façon de penser d’Andréas est beaucoup trop désordonnée pour moi.

A peine on survole une idée, qui souvent parait terrible, que le chapitre se termine et part sur une autre histoire à raconter, sans savoir chronologiquement où elle se situe, et sans savoir l’importance… C’est à la toute fin du livre qu’on se rend enfin compte des raisons du malaise constant sur cette île !

Dès le début, quelque chose semble vicié, les personnages ne semblent pas être ce qu’ils sont, sans que l’on arrive à comprendre ce qui est vrai, faux, et qui tient les ficelles de toute l’île… Car apparaissent beaucoup de personnages secondaires du passé. Les parents des enfants, la famille Kaufmann, Madame Guddal, Monsieur Carsten… Tout s’entremêle, s’imbrique… 

C’est un livre que je dirai délicat à lire… Nécessitant même une seconde lecture peut être pour être sur d’avoir tout compris, tout perçu. La fin dévoile une réalité choquante, telle que l’on imagine, avant d’abandonner l’idée et finalement, de se retrouver devant le fait accompli ! Si je n’ai pas adhéré à l’histoire, la plume de l’auteur est vraiment fantastique pour arriver à nous faire ressentir tout cela ! 

Lettre de pluie de Steve Sem-Sandberg

21€
5

Plume de l'auteur

7.0/10

Les personnages

3.0/10

L'histoire

4.5/10

L'intérêt des lecteurs

5.5/10

On aime :

  • La description de la vie sur l'île
  • Les liaisons avec les faits historiques
  • La plume de l'auteur

On aime moins :

  • Le recul face au personnage
  • La difficulté de situer la temporalité
  • La difficulté à comprendre les implications de chaque informations communiquées
Publicités
Tags
Voir Plus

Coleen Hill

Jeune Songeuse, je dévore avec enthousiasme tout livre qui tombe malencontreusement dans mes mains ! Une grande préférence pour la fantasy, le fantastique et le post-apo, je peux facilement élargir mes lectures avec des thrillers, du young, bit-lit... Bref, pas très fidèle ! Sinon, je vais très souvent au cinéma mais également donne du temps à des séries chronophages ! Je joue aussi pas mal à des jeux vidéo mais également à des jeux tout court (jeux de rôle, jeux de société...) Je suis ravie de vous faire partager mes découvertes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils