BelfondLES CHRONIQUES DE ROMANSLES LIVRESLITTÉRATURE ÉTRANGÈRE

La douceur de nos champs de bataille de Yiyun Li

Nombre de pages : 160 pages
Éditeur : Belfond
Date de sortie : 22 Août 2019
Langue : Français
ISBN-10: 2714481140
ISBN-13: 978-2714481146
Prix éditeur : 20.00€
Disponible sur liseuse : Oui à 13.99€


De quoi ça parle ?

J’ai failli être à ta place un jour, et c’est pour ça que je me suis permis d’inventer ce monde pour parler avec toi. On peut supporter la tristesse, mais elle est une garnison impuissante contre la cécité de la tragédie.

Le suicide d’un adolescent, le deuil d’un parent. Le dialogue qu’imagine une mère avec son enfant pour continuer à lui parler, à l’entendre, à le faire exister. Le cache-cache intellectuel de deux esprits marqués par le sceau de la création.

Après le très brillant Cher ami, de ma vie je vous écris dans votre vie, qui fut en lice pour le prix Médicis et le prix du Meilleur livre étranger, Yiyun Li rend un hommage plein de tendresse, de poésie et de pudeur à son fils, et mêle magnifiquement l’intime à l’universel : la douleur après la perte d’un être cher, le refuge que constituent les mots et, plus largement, la puissance cathartique de la littérature.

Mon avis : 

Ce roman fait moins de 200 pages et je ne saurais dire mon ressenti et si je peux comparer ce roman à un joyau littéraire, car ce livre traite de sujet difficile et poignant, il ne mérite pas de note, mais le droit qu’on y prête attention et qu’on le lise.

La douceur de nos champs de bataille retrace une conversation imaginaire entre une mère et son fils qui s’est suicidé. Ce qu’il faut savoir c’est que l’auteure elle-même a perdu son fils, elle a écrit ce livre environ deux ans après son suicide. Et je ne saurais y décrire l’ambiance, pour être honnête, j’ai ressenti de façon aiguë et vibrante le chagrin de Yiyun Li, mais aussi la joie et la fierté qu’elle a envers son fils. Elle a vécu la douleur et la perte et l’a retranscrit de manière poignante, honnête, avec des mots précis et percutants, des mots qui résonnent profondément tout au long du livre. L’auteure a laissé sa marque sur l’ensemble de ses pages.

Au niveau de l’intrigue, celle-ci est manquante, en effet, il n’y a pas d’action, d’élément déclencheur, ou de rebondissement. Le livre en soi n’a pas vraiment de structure, à défaut d’avoir une histoire avec un schéma narratif, Yiyun Li nous livre des extraits de conversations imaginaires entre une mère et son fils Nikolai, alors que celui-ci s’est suicidé plusieurs mois auparavant. À aucun moment, l’auteure, ou la mère de Nikolai, explique les raisons qui l’ont poussée au suicide, s’il y a eu un élément déclencheur ou quoi que ce soit qui puisse nous aider à comprendre. La mère de Nikolai, unique protagoniste du livre, se concentre uniquement sur son chagrin, les souvenirs aussi tristes qu’heureux qu’ils ont eux ensemble, les moments de bonheur partagés, les sentiments et pensées réciproquent ou encore ce langage qui ne semble exister qu’entre eux.

Ce que j’ai trouvé particulièrement bouleversant dans ce roman, c’est cette mère, ce personnage que Yiyun Li a créé de toutes pièces, une femme complètement abattue, déchirée et qui parle de son fils avec un amour si inconditionnel, que ça en serre le cœur et c’est là qu’au-delà de la souffrance, on voit aussi de la beauté, une beauté représenter dans cet amour qu’elle a pour lui. Il n’est pas difficile de comprendre que cette mère, c’est elle-même, elle a couché sa pudeur, son amour, ses pensées, ses sentiments sur papier et en a créé une histoire fictive et pourtant inspirée de faits réels, de sa propre vie et je crois que c’est le fait de savoir ça qui rend cette prose aussi déchirante. Mais en même temps, je ne peux pas m’empêcher d’admirer sa force et son courage face à cette tragédie qu’aucun parent ne devrait avoir à subir. Son histoire a de quoi faire réfléchir et méditer.

Pour finir et en toute honnêteté, il m’est difficile d’attribuer une note à ce livre et il m’est également difficile de trouver les bons mots pour résumer de manière adéquate l’impact de ce que les mots de l’auteure ont eu sur moi. La douceur de nos champs de bataille vaut la peine d’être lu et je vous encourage à le lire, malgré ce qu’il représente et les sujets qui y sont abordés. S’il fallait contenir ce roman en une phrase, le combat quotidien d’une mère, serait des mots tout trouvés.

La douceur de nos champs de bataille de Yiyun LI

La plume de l'auteure - 100%
L'histoire - 100%
Les émotions - 100%
L'intérêt du lecteur - 100%

100%

Un chef d'oeuvre d'émotions.

On aime : La plume poignante de l'auteure qui s'exprime avec autant de pudeur que d'amour, la retranscription des émotions, la douceur de certains passages.

Acheter ce livre sur Amazon
User Rating: Be the first one !
Publicités
Tags
Voir Plus

Angie

Nouvelle arrivée sur Songe et dotée d'un humour un peu décalé, je suis une accro aux romances où ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants. Fan inconditionnelle de romance historique, bit-lit, fantastique, fantasy et manga, je ne suis pas contre lire un tout autre genre que ceux dont je suis adepte de temps en temps, voire souvent...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils