Hachette JeunesseLES CHRONIQUES DE ROMANSLES LIVRESROMANS JEUNESSE

Waste Experiment de Sophie Dabat

Nombre de pages : 480 pages
Éditeur : Hachette Romans
Collection : Hors-séries
Date de sortie : 12 Juin 2019
Langue : Français
ISBN-10: 2012904572
ISBN-13: 978-2012904576
Prix éditeur : 18.00€
Disponible sur liseuse : Oui à 12.99€


De quoi ça parle ?

Rosalie est tombée amoureuse du garçon le plus populaire du lycée. Mais de reine, elle est devenue le souffre-douleur officiel, celle sur qui tous s’acharnent. Un jour, prise d’un accès de rage, elle attaque son principal bourreau… qui meurt sous ses coups.
La société veut faire de Rosalie un exemple. Mais si la loi la condamne à mort, elle lui offre une autre option  : l’enfermement dans un Waste, un no man’s land aux conditions de vie inhumaines. C’est ainsi que Rosalie est larguée dans la centrale nucléaire défectueuse d’Ake-Kule en Chine. Là-bas, elle doit se faire une place parmi les autres détenus et trouver de quoi se nourrir. Mais surtout, elle doit survivre aux radiations et à la violence omniprésente.
Alors que tout meurt autour d’elle, Rosalie décide qu’elle ne sera pas une victime du Waste et qu’elle ne partira pas sans se battre.

Mon avis : 

Premier livre de Sophie Dabat que je lis et je ne suis pas déçue par la plume de l’auteure, l’intrigue est menée d’une main de maître et le suspense est au rendez-vous.

Rosalie est une jeune femme courageuse, forte et téméraire qui a eu le malheur de commettre une erreur qui la conduira tout droit à faire un choix, mourir, donner certains de ses organes ou être envoyée dans un Waste. Bien décidée à vivre, elle choisit d’être envoyée dans une espèce de no man’s land, un lieu hostile et inhospitalier aux conditions de vie inhumaines. Aucune règle si ce n’est survivre, tous les coups sont permis, tu te bats pour vivre ou tu meurs, Rosalie va donc devoir apprendre à vivre parmi d’autres condamnés, survivre et se battre si elle espère pouvoir sortir d’ici dans 20 ans.

L’intrigue est originale et menée avec soin, rien n’est laissé au hasard par l’auteure et j’ai totalement adhéré à la trame qu’elle a créée, on ne sait pas à quoi s’attendre dans cette dystopie, entre action et rebondissement. Et que dire de cette tension ressentie tout au long du livre et du danger constant que représentent les solitaires, des individus dangereux et asociaux. J’admets avoir craint être tombée dans une sorte de remake revisité à la Hunger Games, je suis ravie de voir que ce n’est pas le cas. J’ai adoré faire la connaissance de Rosalie et la voir mûrir à mesure qu’elle passe du temps au Waste, se créer des liens avec d’autres personnes qui vivent dans les mêmes conditions qu’elle, car même dans l’horreur, il est possible de trouver le bonheur. Tous ne sont pas des meurtriers sans cœur, comme elle va le découvrir avec les personnes qui constituent l’équipe du bloc, des individus pour la plupart volontaires qui ont soit choisi de rester dans la centrale après sa fermeture, ou bien de meurtriers comme Rosalie, qui regrettent leur geste et ne représentent pas autant de danger que les solitaires.

La plume de Sophie Dabat est fluide, agréable à lire et m’a complètement entraînée dans un milieu fait de violence, faim et froid où Rosalie va pourtant se faire une place et faire des rencontres marquantes. Quand elle est envoyée dans le Waste, elle ignore comme la quasi-totalité de la population dans quoi elle va être embarquée, les radiations, la violence, le lieu hostile, les conditions de vie. Autant de points qui font que la survie est le but principal de chacun et quand on rencontre les personnes à qui la jeune femme a eu affaire, il est difficile d’instaurer un semblant de confiance, car derrière un sourire peut se cacher des intentions bien plus sombres. Rosalie devra donc démêler le vrai du faux et savoir à qui faire confiance ou qui éviter. Point de vue personnages, j’ai beaucoup aimé faire la connaissance de Gail, Lyubo et Vassily, trois personnes qui vont compter pour Rosalie et avec qui elle va tisser des liens soudés, l’amitié dans cette histoire, prend une grande place. De plus, l’auteure aborde certains thèmes avec beaucoup de précision et de soin, que ce soit des condamnations illégitimes à l’injustice, en passant par l’homophobie et le racisme.

En somme, Waste Experiment est un livre que je ne suis pas près d’oublier et je le recommande à celles et ceux qui aiment les dystopies, un domaine si peu exploité par les auteur(e)s français(e)s.

Waste Experiment de Sophie Dabat

La plume de l'auteure - 80%
L'intrigue - 80%
Les personnages - 80%
Les thèmes abordés - 80%
L'intérêt du lecteur - 80%

80%

Un roman à lire !

On aime : La couverture, la plume de l'auteure, l'intrigue, les personnages, la dystopie, les rebondissements.

Acheter sur Amazon
User Rating: Be the first one !
Publicités
Tags
Voir Plus

Angie

Nouvelle arrivée sur Songe et dotée d'un humour un peu décalé, je suis une accro aux romances où ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants. Fan inconditionnelle de romance historique, bit-lit, fantastique, fantasy et manga, je ne suis pas contre lire un tout autre genre que ceux dont je suis adepte de temps en temps, voire souvent...

Un Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils