LES CHRONIQUES DE ROMANSLES LIVRESTHRILLERS & POLARS

Aux portes de la mémoire de Felicia Yap

Nombre de pages : 400 pages
Éditeur : Harper Collins
Collection : Harper Collins Poche
Date de sortie : 13 Février 2019
Langue : Français
ISBN-10: 1033903248
ISBN-13: 979-1033903246
Prix éditeur : 7.90€
Disponible sur liseuse : Oui à 6.99€


De quoi ça parle ?

Claire Evans vit dans un monde où la mémoire à long terme est une utopie. En sortant de l’adolescence, hommes et femmes découvrent à quelle catégorie ils appartiennent. Les chanceux font partie des Duos, capables de se souvenir des dernières 48 heures de leur vie. La mémoire des Monos, comme celle de Claire, se limite à la journée de la veille. Chaque soir, tous consignent religieusement leurs souvenirs sous peine d’oublier qui ils sont. Qui ils aiment. Ce qu’ils ont fait. Ou ce qu’on leur a fait.
Ainsi, le jour où un policier annonce à Claire que son mari aurait assassiné sa maîtresse deux jours auparavant, c’est le trou noir. Que s’est-il réellement passé  ? Pour Claire, le compte à rebours a déjà commencé.

Mon avis : 

Imaginez que votre vie ne tienne qu’à un journal intime…

Claire est dotée d’une mémoire Monos, contrairement à son mari qui lui a une mémoire Duos, la différence entre eux résidant dans le fait que si elle se rappelle seulement de ce qu’elle a fait ces dernières 24 heures, lui en revanche, a le souvenir des dernières 48 heures écoulées. Et si les Duos sont considérés par la société comme supérieurs aux autres, c’est seulement en raison de cette capacité qu’ils ont de pouvoir contrôler leur mémoire une journée de plus. Alors quand l’inspecteur chargé de résoudre le meurtre d’une jeune femme retrouvée à proximité du domicile du couple, se présente devant Claire, celle-ci tombe des nues. En effet, son mari est le principal suspect dans cette affaire de meurtre, la police ayant retrouvé dans le journal intime de la victime, de nombreuses notes concernant Marc. Il semble qu’il menait une double vie, une vie dont Claire ne semble rien savoir.

Claire va-t-elle parvenir à se rappeler des dernières 48 heures écoulées ? Est-il possible qu’elle soit inconsciemment au courant de ce meurtre ? Ou bien, au contraire, n’avait-elle aucune idée de la double vie que menait son mari ?

Le livre est raconté sous forme de 4 points de vue différents, Claire, Marc le principal suspect, la victime et prétendue maîtresse de Marc, puis Hans l’officier chargé de résoudre l’enquête. Et étrangement, il est difficile de se fier à ces quatre personnes, car elles ont toutes des secrets et aucune, dans un premier temps, ne sait quoi que ce soit sur ce qu’il s’est passé ou a une idée sur le déroulement futur. On est dans le brouillard le plus total une bonne partie du livre, avant que les pièces ne commencent à se remettre en place et qu’on ne comprenne la trame de l’histoire. La relation complexe qui existe entre ces quatre personnages a été bien conçue par l’auteure, car si au début j’ai pensé que rien n’était lié, au fil de ma lecture, j’ai pu m’apercevoir que Felicia Yap a bien mené son scénario et que la vie de ces quatre personnes est bien plus liée que ce qu’il n’y paraît.

L’intrigue est originale, l’auteure nous livre dans son récit un thriller psychologique mêlé à de la science-fiction (même si la science-fiction n’est ici que pour ce qui concerne la mémoire). Et ce que j’ai trouvé très intéressant dans ce livre, hormis le fait que suivre ces quatre points de vue nous donne une idée intéressante du déroulement de l’intrigue, c’est qu’Hans est un Monos. Il est donc doté de la même mémoire que Claire, ce qui lui laisse seulement 24 heures pour résoudre le meurtre, c’est donc un contre-la-montre qui se joue entre lui et le temps. La relation entre Claire et Marc est, de plus, assez complexe, car l’auteure insiste bien sur le fait que les mariages mixtes, entre Duos et Monos, ne sont pas habituels, le monde étant divisé entre ces deux mémoires. Il n’est donc ni question de religion ou de couleur de peau, mais de capacité de mémoire, ce qui ne va pas sans rappeler notre monde. L’auteure a créé une société pas si différente de la nôtre en fin de compte, ce qui rend son récit d’autant plus convaincant.

La plume de Felicia Yap est entraînante et rythmée, je ne m’attendais pas à tomber sur un livre qui me laisserait dans le doute quant à savoir si Marc est bel et un bien un meurtrier ou juste une victime collatérale. Au final, le dénouement est tel que je l’avais imaginé, ce n’était donc pas une grande surprise quand on comprend enfin comment se sont déroulés les faits, à mesure que les points de vue défilent. L’auteure aborde beaucoup de thèmes et si le principal est la discrimination, elle aborde aussi avec soin les préjugés liés aux catégories sociales ou encore la religion et le racisme.

En somme, j’ai été aussi intriguée que surprise par ce roman où il est difficile de démêler le vrai du faux et qui m’a livré une histoire différente de notre réalité, mais très proche de notre monde actuel, un monde où la mémoire est limitée.

Aux portes de la mémoire de Felicia Yap

La plume de l'auteure - 80%
L'histoire - 80%
Les personnages - 78%
L'intérêt du lecteur - 80%

80%

Un thriller déroutant !

On aime : La plume de l'auteure, le déroulement de l'intrigue, les différents points de vue, le réel mêlé à la fiction.

Acheter ce livre sur Amazon
User Rating: Be the first one !
Publicités
Tags
Voir Plus

Angie

Nouvelle arrivée sur Songe et dotée d'un humour un peu décalé, je suis une accro aux romances où ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants. Fan inconditionnelle de romance historique, bit-lit, fantastique, fantasy et manga, je ne suis pas contre lire un tout autre genre que ceux dont je suis adepte de temps en temps, voire souvent...

Un Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils