LES CHRONIQUES DE ROMANSLES COUPS DE CŒUR DE SONGELES LIVRESPocket JeunesseYOUNG ADULT

L’Enchanteur de Stephen Carrière


Poche: 416 pages
Editeur : Pocket Jeunesse
Date de sortie : 3 janvier 2019
Collection : Hors collection sériel
Langue : Français
ISBN-10: 2266290118
ISBN-13: 978-2266290111
Prix éditeur : 18,50€
Disponible sur liseuse : Oui – 12,99€

De quoi ça parle ?

Une bande inoubliable d’adolescents décide de lancer un défi à la mort.

Stan s’est taillé une place de choix au lycée. Ses camarades viennent le voir avec leurs problèmes et il élabore des stratagèmes insensés pour les résoudre. Aidé de sa bande d’amis fidèles, Daniel, Jenny, David et Moh, il est devenu un artiste en manipulation de la réalité. On l’appelle l’Enchanteur et, cette année, il va devoir réaliser son chef-d’oeuvre. Car Daniel est malade. Daniel va mourir. Comme il est fan de comédies musicales, il a demandé à Stan de transformer sa mort en un spectacle si grandiose qu’il lui offrira un peu d’immortalité. Il ne reste que neuf mois à l’Enchanteur et ses comparses pour accomplir ce  » miracle « . Mais, dans les ruelles du centre-ville, un Mal ancien et féroce se répand… et, même s’ils préféreraient l’ignorer, nos héros semblent être plus impliqués qu’ils ne le souhaiteraient.

Mon avis

À vrai dire, ce roman, c’est une belle et grande leçon de vie, une superbe histoire d’amitié et d’amour entre de jeunes adolescents que la vie mettra à rude épreuve. Malgré tout, ils garderont cet esprit positif qui va leur permettre d’avancer, mais aussi de se hisser au-dessus des autres.

L’Enchanteur est un roman choral où l’on suit plusieurs protagonistes, ici la bande de Moh composée de Jenny, Stan (l’Enchanteur), David et Daniel qui est mourant. Le narrateur principal reste Moh même si nous avons régulièrement des points de vue omniscients. L’histoire y est très riche et véhicule tout un panel de thèmes qui parlent, car ils sont tous d’actualité ( l’adolescence et ses découvertes, les problèmes de société, le racisme, la mort, les premiers émois…). On sent cette envie de l’auteur de ne laisser aucun de ses héros sur le côté de la route. Du coup, le lecteur se retrouve confronté à un roman riche en informations, sans doute un peu trop. Il faut suivre ! On a même le sentiment que ça part un peu dans tous les sens alors que le final prouvera que non, Stephen Carrière savait où il nous menait, et ce, depuis le début.

Pour ma part, j’ai beaucoup aimé la plume de cet auteur que je découvre ici. On sent ses influences et impossible de ne pas approuver la phrase de la quatrième de couverture quand elle indique des similitudes avec la série Stranger Things et Stephen King. Nous partons d’une histoire assez banale au final, avec un groupe d’amis qui est bien décidé à se plier en quatre pour l’un des leurs qui est mourant. Chose pas si évidente que cela puisqu’eux-mêmes se cherchent et se découvrent. Le passage de l’adolescence à cet âge ingrat où l’on n’est plus un enfant, mais pas encore un adulte… Ils se retrouvent également confrontés à leurs problèmes familiaux. On a beau dire que les enfants ne sont pas faciles à vivre, il en va de même pour les parents qui ont leurs propres soucis qui se répercutent sur leurs progénitures. Dans tout cela, une part de surnaturel va venir se greffer, un peu comme dans les romans du King. Vous pensez que tout est affreusement banal et de fil en aiguille un monstre hideux vient s’inviter à vos problèmes en cours et le récit prend des allures de thriller horrifique avec une succession de meurtres.

Comme je le disais plus haut, ce titre est très riche, sans doute et parfois un peu trop. Si l’on suit l’évolution de la bande qui a décidée d’offrir le final parfait à leur ami sur l’idée d’une pièce de théâtre et pas n’importe laquelle : Le Songe d’une nuit d’été !

Bon, je vais faire une courte parenthèse à ma chronique, mais j’ai trouvé cette similitude fantastique ! Ce livre était fait pour moi, vraiment !

Le Songe, ici, y a une place importante, Moh, qui est celui qui va la mettre en scène y revient souvent, cette pièce de théâtre fait partie de son devoir le plus sacré envers Daniel. Il sera aidé de ses amis, dont le fameux Stan, cet Enchanteur qui a le pouvoir de vous faire avaler des couleuvres au vitriole sans que vous ne soyez malade.

Pourtant, plus on avance et plus on sent que Stan n’est pas l’élément fondamental de l’histoire ou du groupe. Ce sont tous les personnages qui le sont, jusqu’aux parents et adultes qui ont également un rôle à jouer. La fin est grandiose, vraiment. J’ai adoré le clap de fin. J’ai aimé aussi redécouvrir Le Songe d’une nuit d’été d’une manière différente, décortiquée d’une manière très intelligente. Ces ados ont une sacrée culture pour des gosses de quinze ans.

Bref, j’ai  dévoré cette lecture. Mon seul bémol, à mon avis, c’est que l’auteur, à force d’avoir voulu bichonner tous ses personnages, m’a parfois un peu perdue, mais j’ai tenu bon et je ne le regrette pas. C’est un très beau roman.

L'Enchanteur de Stephen Carrière

18.50€
8.5

La plume de l'auteur

8.5/10

L'histoire

8.0/10

Les Personnages

9.0/10

L'intérêt des lecteurs

8.5/10

On aime :

  • L'amitié qui lie les protagonistes
  • L'ambiance du roman que j'ai beaucoup aimé
  • Les références à la culture pop bien dosées
  • La plume de Stephen Carrière

On aime moins :

  • Ça part parfois un peu dans tous les sens
Publicités
Tags
Voir Plus

Artemissia Gold

Administratrice du webzine depuis 10 ans. Songe d’une nuit d’été est un webzine culturel consacré à la littérature (Romans, BDs, Manga, Albums jeunesses etc.) mais aussi au cinéma, aux séries TV, à la musique et tout ce qui touche de près ou de loin au domaine du loisir et de la culture.

Un Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils