BelfondLES CHRONIQUES DE ROMANSLES LIVRESLITTÉRATURE ÉTRANGÈRE

Les confessions de Frannie Langton de Sara Collins

Nombre de pages : 408 pages
Éditeur : Belfond
Collection : Littérature
Date de sortie : 18 Avril 2019
Langue : Français
ISBN-10: 2714479847
ISBN-13: 978-2714479846
Prix éditeur : 21.90€
Disponible sur liseuse : Oui à 7.99€


De quoi ça parle ?

Dans la lignée de Sarah Waters et de Margaret Atwood, Sara Collins signe un roman noir gothique saisissant, qui nous plonge, entre la Jamaïque et le Londres du XIXe siècle, dans une véritable épopée où se mêlent colonialisme, esclavage et racisme ; culpabilité, amour et rédemption.

Esclave. Frannie Langton grandit à Paradise, dans une plantation de canne à sucre, où elle est le jouet de chacun : de sa maîtresse, qui se pique de lui apprendre à lire tout en la martyrisant, puis de son maître, qui la contraint à prendre part aux plus atroces expériences scientifiques…

Domestique. À son arrivée à Londres, la jeune femme est offerte comme un vulgaire accessoire à George et Marguerite Benham, l’un des couples les plus raffinés d’Angleterre.

Séductrice. Seule contre tous, Frannie trouve une alliée en Marguerite. Entre ces deux lectrices invétérées se noue un lien indéfectible. Une foudroyante passion. Une sulfureuse liaison.

Meurtrière. Aujourd’hui, Frannie est accusée du double-meurtre des Benham. La foule se presse aux portes de la cour d’assises pour assister à son procès. Pourtant, de cette nuit tragique, elle ne garde aucun souvenir. Pour tenter de recouverer la mémoire, Frannie prend la plume…

Victime ? Qui est vraiment Frannie Langton ?

Mon avis : 

L’histoire débute lors du procès de Frannie Langton en 1826. En effet, la jeune femme est accusée d’avoir assassiné ses maîtres, le problème, c’est qu’elle n’a aucun souvenir du déroulement des faits, sa seule défense repose sur le fait qu’elle aimait sa maîtresse et qu’elle se sentait donc incapable de lui faire le moindre mal.

Née dans une plantation en Jamaïque d’un homme blanc et de l’une de ses esclaves, Frannie est, à une époque et un lieu où les Noirs sont encore considérés comme des objets, une abomination aux yeux de tous. Au fil des lignes, elle nous raconte sa vie, de ce qu’elle a vécu depuis son enfance dans une plantation de canne à sucre, jusqu’à son emprisonnement à Newgate dans l’attente de son procès où elle passe ses journées à écrire et raconter certains de ses souvenirs les plus marquants. À travers elle, on a un aperçu de comment les Blancs traitaient leurs esclaves noirs, des atrocités qu’ils subissent parfois au quotidien, des châtiments et de cette peur constante qui ne les quitte jamais.

Le destin de Frannie est malheureusement tout tracé le jour où son maître, la retrouve un livre à la main. En effet, les Noirs ne sont pas censés savoir lire ou écrire ou même être dotés d’un semblant d’intelligence et d’instruction. La jeune femme va donc des suites de cela, se retrouver impliquée à contrecœur dans les expériences de son maître, jusqu’à ce qu’un événement le contraigne à fuir en Angleterre avec elle. Le changement de vie est radical pour la jeune femme et elle fera son possible pour s’adapter à sa nouvelle vie, une nouvelle vie qu’elle saisit comme une chance pour oublier son passé et espérer obtenir la liberté à laquelle elle aspire, mais rien ne se passera comme elle l’avait imaginé.

Est-elle coupable ou non ? Ses lèvres restent scellées…

Frannie Langton est un personnage complexe qui est loin d’avoir eu une vie facile. D’esclave, elle deviendra à son arrivée en Angleterre, domestique, femme de chambre, dame de compagnie, prostituée et toxicomane, pour finir par être considérée comme une meurtrière, mais peut-être est-elle simplement une victime. Son parcours de vie est assez atypique, en effet, en plus de savoir lire et écrire, la jeune femme est dotée d’un esprit vif et curieux. Elle ne sait pas vraiment où est sa place dans ce monde, puisque pour les Blancs, elle est « noire » et pour tous les Noirs, elle est « blanche ». Alors où est vraiment sa place ?

La plume de Sara Collins est fluide et nous entraîne dans le passé et le présent de Frannie, on lit ses déboires, ses désillusions et les quelques moments de bonheur qu’elle parvient à grappiller au fil des années passées en Angleterre. J’ai beaucoup aimé le personnage qu’elle a créé autour de Frannie, sa personnalité complexe et le fait qu’on est accès à ses émotions, ses ressenties et qu’on peut comprendre ce qu’elle à vécu avant son emprisonnement et ce qu’elle vit en prison. Mais au-delà des nombreux malheurs qu’elle à subit, elle aura aussi le droit au bonheur, même si ce n’est que pour un temps, car l’amour frappera là où elle s’y attend le moins.

J’ai eu mal pour elle et je n’ai pas pu m’empêcher d’avoir pitié d’elle, car la jeune femme ne sait pas si elle est coupable ou non de ce dont on l’accuse, ses souvenirs restant brouillés par les drogues qu’elle avait coutume de prendre, provoquant un flou délibéré sur les événements fatidiques qui l’on conduite en prison. Ce polar historique est à la fois une histoire d’amour et une histoire d’horreur, car il traite de l’esclavagisme et des traitements que les Noirs, on subit durant des années. L’auteure traite ces sujets avec beaucoup de soin, ce qui donne un certain impact émotionnel et nous amène à nous poser des questions et nous faire réfléchir sur la manière dont nous agissons.

En bref, j’ai beaucoup aimé me plonger dans ce récit narratif qui se base sur des faits réels et sur la vie d’une jeune femme qui n’a aucun contrôle sur son propre destin.

Les confessions de Frannie Langton

7.99€ - 21.90€
9

La plume de l'autrice

9.0/10

L'histoire

9.0/10

Les personnages

9.0/10

L'intrigue

9.0/10

L'intérêt des lecteurs

9.0/10

On aime :

  • La plume de l'autrice
  • Le développement de l'intrigue
  • Le contexte historique
  • La relation entre Frannie et Marguerite

On aime moins :

  • Un peu long par moment
Publicités
Tags
Voir Plus

Angie

Nouvelle arrivée sur Songe et dotée d'un humour un peu décalé, je suis une accro aux romances où ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants. Fan inconditionnelle de romance historique, bit-lit, fantastique, fantasy et manga, je ne suis pas contre lire un tout autre genre que ceux dont je suis adepte de temps en temps, voire souvent...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils