FANTASY & IMAGINAIRELES CHRONIQUES DE ROMANSLES LIVRESMXM Bookmark

Elya #1 de Laura Collins

Tome 1 : Au-delà de la porte

Nombre de pages : 320 pages
Éditeur : MxM BookMark
Collection : Collection Infinity (Onirique)
Date de sortie : 10 Avril 2019
Langue : Français
ASIN: B07Q392JW8
Disponible sur liseuse : Oui à 5.99€

De quoi ça parle ?

Après une éruption solaire qui a réduit en cendres les progrès et une grande partie de l’humanité, certains hommes luttent pour leur survie.

D’un côté, ceux qui vivent reclus dans de grandes mégalopoles tout en protégeant avidement leurs savoirs et technologies.
De l’autre, ceux pour qui la survie au milieu des ruines de la civilisation est devenue très difficile.

Dans ce monde austère, Elya et les siens décident de fuir pour tenter leur chance ailleurs.
Mais tout ne se passe pas comme prévu et ils sont bientôt capturés, enfermés et à la merci d’un homme.

Chaque fois qu’il ouvre la porte de leur prison, Elya tremble pour elle et les siens.
Si lui est prêt à tout pour défendre sa cité, Elya l’est aussi afin de protéger son frère et ses compagnons d’infortune.

Mais quelles raisons peuvent bien pousser leur tortionnaire à lui proposer un étrange marché ? 
Elle devra pourtant l’accepter si elle veut tous les sauver…

Le mal n’est pas toujours là où on pense et l’espoir naît parfois de presque rien.

Mon avis : 

Depuis ma dernière lecture du genre, j’apprécie de plus en plus le genre dystopique. Je ne connais pas le style de Laura Collins et comme le résumé m’a littéralement tapé dans l’œil, c’est pour moi l’occasion de découvrir une nouvelle plume.

Suite à une succession d’éruptions solaires, la terre est au plus mal, le monde qu’on connaît, est ici presque post-apocalyptique, ce que l’homme a construit durant des centaines d’années n’est plus. C’est à cette occasion des générations plus tard qu’on fait la connaissance d’Elya, une jeune femme alors retenue prisonnière avec son petit frère et d’autres personnes dans le sous-sol d’un centre bien gardé dans une cité, une grande ville qui dispose de nourriture, de soins médicaux et surtout d’électricité, ce qu’Elya, sa famille et beaucoup de personnes vivant hors des cités ne possèdent pas ou peu.

Elya malgré son âge est une personne au fort caractère, intelligente, audacieuse mais parfois trop imprudente pour son bien. Elle vit avec ses grands-parents quand elle décide de rejoindre un groupe d’hommes et de femmes souhaitant quitter son village pour se reconstruire une nouvelle vie ailleurs. Mais rien ne va se passer comme prévu et après un voyage éprouvant, ils vont tous se retrouver enfermés dans une pièce sombre, affamés, déstabilisés et surtout subirent des interrogatoires musclés de là part d’un jeune homme devenu leur pire cauchemar.

Julian inspire la terreur, il est autoritaire, exigeant et insensible, du moins en apparence et comme celles-ci peuvent souvent être trompeuses, on ne sait jamais à quoi s’attendre. Avec Elya, il baissera sa garde. Mais à prendre certaines initiatives, ne va-t-il pas au-devant de sa propre perte ?

Elle est la victime quand il est le bourreau, leur relation met du temps à s’instaurer, elle n’a pas confiance en lui, il se méfie d’elle, mais au-delà de ça, il est surtout intrigué par Elya, elle reste forte malgré les coups, garde son calme quand les autres femmes de son groupe deviennent hystériques. Elle reste surtout forte pour son petit frère, elle refuse de flancher pour lui, et pour lui elle est prête à tout, même accepter un pacte avec le diable. Un pacte entre Julian et elle, qui va les mener plus loin que ce à quoi ils s’attendaient.

L’intrigue est rythmée, j’ai adoré ce concept de monde sans technologie, du moins pour une partie de la population, en effet, il y a deux groupes distincts, ceux qui ont réussi à sauver une partie de la technologie (et la garde jalousement) pour vivre dans de bonnes conditions et ceux comme Elya qui vivent dans la précarité et font avec ce qu’ils ont, ou bien en cultivant ou bien en faisant du troc. La frontière est bien distincte entre eux, mais c’est là où on croit que la vie est belle qu’on s’aperçoit qu’en fin de compte, c’est loin d’être le cas et que les gens s’apparentent plus à des robots dénués de sentiment que d’humain.

La plume de Laura Collins est entraînante, fluide et facile à lire. Je n’ai eu aucun mal à me plonger dans son roman et j’en ressors conquise, la relation entre Elya et Julian est dans un premier temps fragile, puis elle se renforcera jusqu’au point de non-retour. Autant dire que j’attends la suite avec impatience, car les choses sont loin d’être terminés entre eux et beaucoup de mystère reste encore à élucider. Je n’en dirai pas plus sous peine de dévoiler certains détails importants de l’intrigue, il faut le lire pour comprendre et je vous le recommande vivement.

Elya tome 1 de Laura Collins

5.99€
8.5

La plume de l'auteure

8.5/10

L'histoire

8.5/10

Les personnages

8.5/10

La romance

8.5/10

L'intérêt du lecteur

8.5/10

On aime :

  • La plume de l'auteure
  • L'intrigue
  • L'univers
  • La relation entre Julian et Elya
Publicités
Tags
Voir Plus

Angie

Nouvelle arrivée sur Songe et dotée d'un humour un peu décalé, je suis une accro aux romances où ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants. Fan inconditionnelle de romance historique, bit-lit, fantastique, fantasy et manga, je ne suis pas contre lire un tout autre genre que ceux dont je suis adepte de temps en temps, voire souvent...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :