JC LattèsLES CHRONIQUES DE ROMANSLES LIVRESTHRILLERS & POLARS

Tous les péchés sont capitaux de Daria Desombre

Danger à Moscou

 

Nombre de pages : 384 pages
Éditeur : JC Lattès/ Le masque
Date de sortie : 27 mars 2019
Collection : Grands formats
Langue : Français
ISBN-10 : 2702449077
ISBN-13 : 9782702449073
Prix Éditeur : 21,50 €
Disponible sur Liseuse : Oui – 14,99 €

De quoi ça parle ?

Depuis l’assassinat de son père, avocat renommé, Macha Karavaï, une jeune étudiante en droit de vingt-deux ans, nourrit une véritable obsession pour les tueurs en série. Pistonnée pour un stage à la Petrovka, l’état-major de la police de Moscou, elle est prise en grippe par Andreï Yakovlev, l’enquêteur en chef, qui décide de la mettre à l’écart en lui confiant d’anciennes affaires d’homicides qui lui semblent sans intérêt.
Mais quand Macha se rend compte que des cadavres ont été découverts à la cathédrale St Basile, à la Tour Koutafia et repêchés devant les remparts du Kremlin, elle identifie un lien entre l’emplacement de ces crimes et le plan de la ville médiévale de Moscou, construite par les architectes au Moyen Âge selon le modèle de la Jérusalem céleste. Contrairement aux catholiques pour qui il existe sept péchés capitaux, les orthodoxes, eux, estiment que tous les péchés sont capitaux. Les corps des victimes n’ont pas été abandonnés mais plutôt mis en scène par le tueur pour représenter divers péchés. Macha parvient enfin à attirer l’attention d’Andreï et ils se lancent alors sur les traces de ce tueur en série on ne peut moins ordinaire…

Mon avis :

Cette fois-ci, j’ai fait un détour du côté du roman policier avec le premier tome d’une série venue du froid sibérien. Un premier tome qui nous entraîne dans une enquête passionnante dans Moscou.

Nous suivons Macha, une étudiante en droit qui grâce à l’aide d’un proche de sa famille peut faire son stage dans la police de Moscou. Celui qui est censé lui apprendre « ficelles » du métier d’enquêteur est un homme aigri et peu sympathique qui la colle aux dossiers non élucidés. En parcourant ceux-ci, elle fait un rapprochement inattendu avec un crime récent…

Pour une nouvelle incursion dans un genre que je lis peu, cette histoire marque le coup. Je me suis pris une bonne claque. Déjà avec les personnages. Macha et Innokenti viennent d’un milieu d’intellectuel et aisé. Cela change des récits où les héros viennent de milieu modeste ou miséreux et d’un claquement de doigts, ils sont les sauveurs du pays. J’ai aimé le travail de réflexion de ses personnages. Puis, il y a Andreï. J’avoue que son attitude face aux gens riches ou qui ont réussi à atteindre leurs objectifs et surtout envers Macha qui intègre son équipe a de quoi énerver. Il est horripilant pendant la première partie du récit. Puis son comportement s’améliore et on distingue enfin la vraie personne qu’il est.

Concernant l’intrigue. Elle est captivante, très bien menée et accrocheuse. Tellement accrocheuse que je n’ai même pas lâché une larme. Ce qui arrive assez souvent lorsque je m’attache à des personnages et que ceux-ci souffrent. J’ai beaucoup aimé le thème des serial killers, la religion dite des « vieux-croyants » qui sert de bible au tueur. Le tout donne une ambiance froide et angoissante. La symbolique des chiffres avec son explication religieuse est très intéressante, car elle donne du corps aux actions du criminel. Pour couronner le tout, j’ai réussi à trouver qui était le tueur, et ce, avant nos enquêteurs. Bref, ce premier tome a été une magnifique découverte et j’en frissonne encore.

Pour conclure, j’ai adoré ma lecture. La plume de l’auteure, le fait que pour une fois, l’histoire ne se déroule pas dans un pays anglophone. La façon dont peut être interprétée une religion dans de mauvais esprits même si une partie des victimes méritaient leur sort. J’ai été conquise par les personnages et j’espère revoir Macha et les autres très bientôt.

Tous les péchés sont capitaux de Daria Desombre

21,50€/14,99€
9.1

La plume de l'auteure

8.5/10

L'histoire

9.5/10

Les personnages

9.0/10

L'intérêt du lecteur

9.5/10

On aime :

  • Macha et sa persévérence
  • Le fait que cela se passe dans un pays non anglophone
  • La thématique utilisée par le tueur

On aime moins :

  • Andreï dans la première partie du livre
Publicités
Tags
Voir Plus

Karine

Chroniqueuse sur Songe d’une nuit d’été depuis deux ans, mes goûts littéraires vont du roman jeunesse au thriller en passant par la fantasy. Je suis également une gameuse adepte des MMOrpg et rpg tout court. J'aime aussi les jeux de rôle papier à plus petit dose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils