→ ROMAN HISTORIQUEJC LattèsLES CHRONIQUES DE ROMANSLES LIVRESLITTÉRATURE ÉTRANGÈRE

Château de femmes de Jessica Shattuck

Nombre de pages : 480 pages
Éditeur : JC Lattès
Date de sortie : 31 octobre 2018
Collection : Littérature Étrangère
Langue : Français
ISBN-102709658402
ISBN-13978-2709658409
Prix éditeur : 22,50 €
Disponible sur liseuse : oui à 5,40€

De quoi ça parle ?

La Seconde Guerre mondiale vient de s’achever et, dans un château de Bavière en ruines qui accueillait autrefois la haute société allemande, on suit l’histoire puissante de ces trois veuves de résistants allemands dont la vie et le destin s’entrecroisent.
Au milieu des cendres de la défaite de l’Allemagne nazie, dans l’immédiat après-guerre, Marianne von Lingenfels revient dans le château, autrefois grandiose, des ancêtres de son époux, une imposante forteresse de pierre désormais à l’abandon. Veuve d’un résistant pendu à la suite de l’assassinat raté de Hitler, le 20 juillet 1944, Marianne a bien l’intention de tenir la promesse faite aux courageux conspirateurs dont son mari faisait partie : retrouver et protéger leurs enfants et leurs femmes, devenues comme elle des veuves de résistants.
En rassemblant cette famille de bric et de broc, Marianne croit que les chagrins partagés vont les souder. Mais elle s’aperçoit rapidement que ce monde en noir et blanc, plein de principes est devenu infiniment plus complexe et alourdi de sombres secrets qui menacent de les déchirer. Ces trois femmes se retrouvent finalement  confrontées aux choix qui ont défini leurs vies avant, pendant et après la guerre, avec de nouveaux défis à relever.

Mon avis

Château de femmes aborde la Seconde Guerre Mondiale sous un autre angle. Nous allons suivre le destin de trois femmes de résistants allemands. Certains passages sont très durs à lire, d’autres plus légers mais cette histoire est tout de même assez oppressante. Pourtant je n’ai pas pu m’empêcher de tourner les pages même si mon moral en a un peu pâti.

Trois femmes dont les maris n’étaient pas du tout d’accord avec le régime d’Hitler et qui ont formé un groupe de résistants au nazisme. Les hommes ont tous été tués et leur complot a échoué… Mais leurs femmes et enfants ont survécu. On rencontre donc Marianne, une femme au tempérament de feu qui ne se laisse pas démonter un seul instant face à l’horreur de la guerre. Elle vit dans un château délabré à l’écart du plus gros de la guerre et elle est bien décidée à retrouver les femmes des hommes du groupe de résistants de son mari. Une promesse la lie à cette mission et elle est bien décidée à la tenir.

L’histoire se découpe en trois parties. Tout commence à la fin de la guerre et on est face à une Allemagne détruite. Marianne arrive à retrouver Benita, l’épouse de son meilleur ami ainsi que leur fils Martin. Avec les trois enfants de Marianne, tous vont vivre dans ce château et survivre comme ils le peuvent à cette fin de guerre dans un monde déchiré. La chasse aux SS est lancée, les Russes sont encore sur place, les pauvres âmes sont libérées des camps… C’est une ambiance très spéciale qui flotte en marge du récit… Ils seront rejoints un peu plus tard par Ania et ses deux garçons dans ce château isolé et délabré mais qui a un toit. Chacune a vécu ses propres horreurs et les mots sont difficiles à lire, autant qu’à raconter.

Malgré tout, ce petit groupe survit et on le retrouve environ cinq ans plus tard dans la seconde partie de l’histoire. Nos trois femmes ainsi que leurs enfants vont devoir avancer avec leurs souvenirs et se trouver de nouveaux objectifs… Rien n’est facile et elles prennent toutes un chemin différent, plus ou moins sage.

C’est un texte assez dur à lire car on ressent toute l’horreur de la guerre et avec Marianne, on voit à quel point toutes ces atrocités l’affectent. Elle semble être une femme dure mais je l’ai trouvée tellement forte et pleine de générosité envers les autres qu’elle a gagné tout mon respect. Elle explique aussi aux enfants à quel point cette guerre a été injuste, leur montrant les effets dévastateurs de la haine et je n’ai pu que l’approuver entièrement.

Benita est par contre la romantique du groupe. Elle qui ne rêvait que d’amour et de richesse, son destin en a été tout autre. C’est peut être celle qui a le plus souffert et très certainement la plus fragile des trois. Je ne peux pas dire que j’ai été d’accord avec ses choix mais je peux la comprendre et ressentir beaucoup de compassion pour elle.

Et pour Ania, on se rend bien compte qu’elle a de lourds secrets et la troisième partie de l’histoire nous explique son passé. Ania est la représentation de la jeune femme allemande qui comprend sans totalement intégrer le monde dans lequel elle vit… Mais pour la survie de ses deux garçons, Ania est prête à tout et même si c’est terrible à lire, c’est quelque chose que je peux aussi comprendre… Ses choix pourtant l’enfoncent dans le mensonge mais encore une fois on ne peut pas trop la blâmer…

Château de femmes est un livre à lire car il nous dépeint l’horreur de l’après guerre. Suivre le destin de trois femmes si différentes mais qui ont survécu au pire que l’on puisse imaginer est très poignant. Je ne regrette pas cette découverte !

Château de femmes de Jessica Shattuck

22.50€
9

L'histoire

8.5/10

Les personnages

9.0/10

Intérêt du lecteur

10.0/10

La plume de l'auteure

8.5/10

On aime :

  • Marianne
  • L'histoire de ces 3 femmes
  • Les trois parties distinctes

On aime moins :

  • Les mots allemands dont on n'a pas la traduction
Publicités
Tags
Voir Plus

Mady

Accro à la BitLit et à tous les univers fantastiques Je suis aussi une grande romantique et une grande enfant qui croit encore aux licornes et aux fées !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils