CINÉ & SÉRIE TVLes Chroniques de Séries TVLes Séries Télé

The haunting of Hill House créée par Mike Flanagan

Une maison, c'est comme un corps d'être vivant.

Année de sortie : 2018
Créée par : Mike Flanagan
Avec : Henry Thomas, Carla Gugino, Elizabeth Reaser…
Nationalité : Canadienne (Quebec)
Genre : Horreur
Format : 50 minutes environ
Nombre de saisons : 1 saison pour l’instant
Nombre d’épisodes : 10 
Inspiration :
 « La maison hantée » de Shirley Jackson
De quoi ça parle :

Plusieurs frères et sœurs qui, enfants, ont grandi dans la demeure qui allait devenir la maison hantée la plus célèbre des États-Unis sont contraints de se retrouver pour faire face à cette tragédie ensemble. La famille doit enfin affronter les fantômes de son passé, dont certains sont encore bien présents dans leurs esprits alors que d’autres continuent de traquer Hill House.

Mon avis

Nous suivons une famille, la famille Crain, qui compte sept membres: les deux parents et leurs cinq enfants. Cette famille achète une maison, pour la retaper et la revendre au meilleur prix. Cette maison, est également proposée avec deux employés, un couple, qui vivent hors de la maison et qui s’occupent des extérieurs et du ménage etc…

Ils ont normalement l’été pour retaper la maison mais surviennent des événements que chaque enfant (sauf l’aîné : Steven) mais également les parents, vit dans la frayeur ou l’incompréhension. La maison, elle aussi, cache des imprévus tels que de l’humidité, une cave cachée ou autres. Avant la fin de l’été, le père fuit avec ses enfants, sans explications à personne, ni même aux siens, et la mère, Olivia est retrouvée morte par un suicide. Nous retrouvons les cinq enfants des années plus tard, eux-même adultes.

Alors avant toute chose, cette maison est juste magnifique ! Hantée ou pas, si je peux me l’offrir, je me l’offre ! Elle est sublime ! Elle nous immerge complètement dans l’histoire et chaque pièce est un nouveau lieu superbe à découvrir?

Les acteurs sont tous également très beaux ! J’ai beaucoup aimé chacun d’entre eux et leur jeu d’acteur ! Toujours très immersif !

En soit, l’histoire n’est pas très originale mais c’est le découpage de la série qui est bien fait. Chaque épisode, hormis celui d’introduction et ceux de conclusion, présente l’un des membres de la famille, sa jeunesse dans la maison et sa vie d’adulte. Malgré ce court passage dans la maison, qui signifie la perte de leur mère, tous ont été profondément impacté par les horreurs qu’ils y ont vécues. Certains sont beaucoup plus impactés tels que Luke qui sombre dans la drogue alors que d’autres, qui n’ont pratiquement rien vécu dans la maison comme Steven, sont rongés par la culpabilité et l’envie de vérité.

Du coup, présent et passé se mélange mais s’impacte mutuellement ! La ligne du temps n’est vraiment pas linéaire dans cette série !

Cette maison renferme tous les secrets de cette famille initialement heureuse. Les parents éduquent leurs enfants avec une ouverture d’esprit fabuleuse et j’envie vraiment les débuts de cette famille avant que cela ne dégénère… Les parents sont très poétiques, sans être non plus dans l’excès. Et la mère, présente la maison de ses rêves en disant : « Une maison c’est comme un corps humain. Les tuyaux de gaz sont les poumons, d’eau c’est les veines et les artères… ». Elle ne se rends pas compte à quel point se qu’elle dit s’applique à Hill House.

Pendant une partie de la série, on cherche à savoir, tout comme Steven, si cette maison est réellement hantée ou s’il s’agit d’une déficience mentale, d’un gêne héréditaire, qui les rends plus apte à la folie.

Ce qui est fabuleux dans la série, c’est que tout tourne autour de la maison, mais en réalité, hormis les passages du passé, aucun des personnages (enfin presque) n’y retournent avant les deux derniers épisodes. Nous les suivons dans leur retrouvailles suite à la mort d’un membre de la famille et leur vie plus ou moins difficile à vivre. Mais la maison, l’ambiance, les suis et les appelle.

Chaque passage dans le passé, malgré l’épouvante, est coloré, beaux. Alors que chaque passage dans le présent, m’a semblé fade, imposé, subit par les personnages. C’était très bien présenté.

Il a de nombreux moments effrayants (sursautant) mais c’est surtout l’ambiance lourde, pesante, gluante dont on arrive pas à se défaire, même lorsqu’on termine un épisode qui m’a marqué. Certaines phrases anodines ont un impact profond, comme lorsqu’une employée dit : « Cette maison, c’est un estomac. » en réponse directe à la métaphore de la mère à un moment joyeux.

Le bémol cependant, est que certains personnages sont très secondaire, tel que Theodora, qui pourtant aurait pu devenir l’une des clés des résolutions d’énigmes. C’est dommage car avec une introduction qui dure presque 7, voire 8 épisodes (présentation des personnages, des secrets, de la maison…), la résolution de tout aurait pu se faire sur plusieurs épisodes, et même imposer une saison deux.

La lenteur de l’avancée des 8 premiers épisodes nous laisse sans voix devant le temps qui file sur les deux derniers épisodes. Ces derniers ne sont pas bâclés, loin de là, mais ils auraient pu largement être développé sur plusieurs autres épisodes ! C’est vraiment dommage. Beaucoup de secrets ne sont révélés qu’à demi-mots et j’aurais aimé en savoir beaucoup plus !

J’espère vivement qu’il y aura une saison 2 pour répondre à ces secrets !

8.9

Scénario

8.5/10

Personnages

8.0/10

Effets visuels

9.0/10

Ambiance

10.0/10

Les points positifs

  • La maison
  • L'ambiance qui persiste

Les points négatifs

  • Une fin trop rapide
Tags
Voir Plus

Coleen Hill

Nouvelle arrivée sur Songe, je dévore avec enthousiasme tout livre qui tombe malencontreusement dans mes mains ! Une grande préférence pour la fantasy, le fantastique et le post-apo, je peux facilement élargir mes lectures avec des thrillers, du young, bit-lit... Bref, pas très fidèle ! Sinon, je vais très souvent au cinéma mais également donne du temps à des séries chronophages ! Je joue aussi pas mal à des jeux vidéo mais également à des jeux tout court (jeux de rôle, jeux de société...) Je suis ravie de vous faire partager mes découvertes.

4 Commentaires

  1. Dommage, tu n’as pas noté la série ^^ Pour ma part, j’ai adoré sauf la fin que j’ai pas trouvé très juste. J’aurais voulu quelque chose de plus sombre en accord avec le thème. J’avais lu une interview du réalisateur qui devait justement faire quelque chose de très effrayant et puis il a pas pu parce qu’il trouvait qu’ils en avaient déjà assez bavé comme ça (les personnages).
    J’ai aimé moi cette lenteur très anxiogène. tout se passe dans les dialogues, mais aussi dans le visuel plus que dans les actions. Bref, ce fut une excellente surprise même si au tout début, ça choque devoir une série commencer si lentement.

    1. Tu es la deuxième à me dire que la fin n’était pas top ! Moi j’ai bien aimé même si je persiste à dire qu’elle est arrivée beaucoup trop rapidement…
      Mais j’ai vu comme toi qu’il y avait deux fins sélectionnées et qu’ils ont choisi la plus « douce ».
      Moi j’aime trop les personnages ! Du coup, j’aurais été très triste avec une fin triste xD

  2. Scénario

    10.00

    Personnages

    10.00

    Effets visuels

    10.00

    Ambiance

    10.00

    Pour ma part j’ai adoré, un vrai petit chef d’oeuvre de l’épouvante ! Après, la fin, je ne m’y attendais pas vraiment, je la voyais plus sombre, plus dramatique, en même temps elle est belle et presque poétique donc bon… Ce qui est fort, c’est que la série continue de marquer l’esprit même après la fin. Une réussite.

    1. Je suis entièrement d’accord avec toi ! Cette série me poursuit ! Je n’arrive pas à me la sortir de la tête ! J’espère qu’il y aura une saison 2 avec d’autres personnages bien sur ! Pourquoi pas antérieur à la famille Crain justement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils