Chroniques DVD & Blu RayCINÉ & SÉRIE TV

Cendrillon (2015) est Le film de la semaine #11

Même si Monsieur Je-sais-tout à l’affiche le 9 mai m’a tentée, avec mon hyper sensibilité, je n’avais pas trop envie d’avoir une séance trop forte en émotion.

Cette semaine, je suis d’humeur « DISNEY » ! Faible créature que je suis face au pouvoir de la franchise. Et j’ai eu une idée ! Comme j’ai vu deux films d’animation qui ont eu une adaptation cinématographique, je vais analyser le film d’origine et la nouvelle version. Cette semaine ce sera Cendrillon de Kenneth Branagh, et la semaine prochaine un autre film sur la même histoire, histoire de vous dire quelle nouvelle adaptation je trouve la plus réussie !

J’espère juste que ma charmante relectrice ne m’en voudra pas… (NDLCR : Si je t’en veux à mort 😝)


Cendrillon de Kenneth Branagh

Création de : Kenneth Branagh
Année de sortie : 25 mai 2015
Avec : Lily James, Helena Bonham Carter, Cate Blanchett, Richard Madden
Nationalité : Américaine
Genre : Fantasy
Durée : 104 minutesSynopsis

Le père d’Ella, un marchand, s’est remarié après la mort tragique de la mère de la jeune fille. Pour l’amour de son père, Ella accueille à bras ouverts sa nouvelle belle-mère et les filles de celle-ci, Anastasie et Javotte. Mais lorsque le père d’Ella meurt à son tour, la jeune fille se retrouve à la merci de sa nouvelle famille, jalouse et cruelle. Les trois méchantes femmes font d’elle leur servante, et la surnomment avec mépris Cendrillon parce qu’elle est toujours couverte de cendres. Pourtant, malgré la cruauté dont elle est victime, Ella est déterminée à respecter la promesse faite à sa mère avant de mourir : elle sera courageuse et bonne. Elle ne se laissera aller ni au désespoir, ni au mépris envers ceux qui la maltraitent. Un jour, Ella rencontre un beau jeune homme dans la forêt. Ignorant qu’il s’agit d’un prince, elle le croit employé au palais. Ella a le sentiment d’avoir trouvé l’âme sœur. Une lueur d’espoir brûle dans son coeur, car toutes les jeunes filles du pays ont été invitées à assister à un bal au palais. Espérant y rencontrer à nouveau le charmant Kit, Ella attend avec impatience de se rendre à la fête. Hélas, sa belle-mère lui défend d’y assister et réduit sa robe en pièces… Pendant ce temps, le Grand Duc complote avec la méchante belle-mère pour empêcher le Prince de retrouver celle qu’il aime… Heureusement, comme dans tout bon conte de fées, la chance finira par sourire à Ella : une vieille mendiante fait son apparition, et à l’aide d’une citrouille et de quelques souris, elle va changer le destin de la jeune fille…

Bande-annonce

Ma avis

Je trouve que le scénario du film de 2015 est plutôt réussi !

Le contexte est mieux situé et l’héroïne a un prénom, ça n’a l’air de rien, mais le fait d’ajouter la transformation de prénom Ella en Cendrillon, rapproche du conte de Charles Perrault. La mère d’Ella lui a inculqué la gentillesse et la bienveillance ; très beau message ! Ce qui explique la raison pour laquelle elle ne s’est jamais rebellée contre sa belle-mère et ses demi-sœurs. Il s’écoule plusieurs années (au moins cinq à peu près) entre le décès de la mère de l’héroïne et celui du remariage de son père. Je trouve que c’est mieux, car dans le film de 1950, on n’a pas la même notion de temps, le père aurait pu empoisonner sa femme pour avoir une excuse pour se remarier avec une femme qu’il a rencontré (ma prof de Droit trouve que je regarde trop de Polar).

On a plus de détail, sur la Marâtre, le fait qu’elle-même soit veuve la rend plus réaliste. J’aime beaucoup le fait que « l’esclavage » d’Ella se soit fait progressivement. La mort de son père et le manque d’argent que cela entraîne mène au licenciement du personnel de maison et à l’attribution des taches de la jeune femme. Tout est plus construit et logique, surtout que l’on sait quand commence chaque chose. Alors que dans le film de 1950, Cendrillon aurait pu être responsable des corvées dès le décès de son père alors qu’elle n’avait pas dix ans.

Dans le dessin animé, Cendrillon tombe amoureuse du Prince au bout d’une danse, alors que dans ce film, elle le rencontre une première fois, ce qui rend cette relation amoureuse plus réaliste.

J’aimais bien le fait que les souris fassent la robe de Cendrillon pour le bal, mais ces effets visuels paraissent trop artificiels à mon goût. J’aurais trouvé aussi bien qu’Ella la confectionne elle même. La transformation de la robe de bleu en rose n’a pas de réelle justification dans le dessin animé, mais le duo de scénaristes a fait le choix de l’ajouter.

Le casting m’a bien amusée, entre Helena Bonham Carter, connue pour son rôle de Bellatrix Lestrange dans Harry Potter, Cate Blanchett la ténébreuse (NDLR : ténébreuse 😱 ?! Mais non, je ne suis pas d’accord !) Galadriel dans Le Seigneur des Anneaux et Richard Madden interprète de  Robb Stark dans Game of Thrones. Toutefois, ils ont tous bien endossez leur rôle !

En conclusion, ce film est bien mieux que son prédécesseur. Il est certain d’ailleurs qu’avec un recul de 65 ans, on peut faire un meilleur scénario et donc un meilleur film. 

8.3

Scénario

10.0/10

Personnages

9.0/10

Effets spécieaux

5.0/10

Bande son

9.0/10

Les points positifs

  • Scénario plus complet
  • Des personnages qui ont plus de corps

Les points négatifs

  • Effets visuels sont un peu trop artificiels
Tags
Voir Plus

Orme Étoile

Je suis chroniqueuse sur Songe d'une nuit d'été, depuis septembre 2017, et aussi la plus jeune de l'équipe. Je suis une grande fan de Policier, de Fantastique, Surnaturel et d'Histoire. J'adore écouter de la musique en écrivant.

Un Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils