Accueil LES LIVRES → LES CHRONIQUES DE ROMANS Libres et affamés de vie, de rire et d’amitié de David Arnold

Libres et affamés de vie, de rire et d’amitié de David Arnold

34 Temps de lecture
0
0

Libres et affamés de vie, de rire et d’amitié de David Arnold

Nombre de pages : 336 pages
Éditeur : Editions Milan
Date de sortie : 21 mars 2018
Collection : Littérature ado
Langue : Français
ISBN-10: 2745984616
ISBN-13: 978-2745984616
Prix : 15€90
Disponible sur liseuse : OUI – 10€99

De quoi ça parle ?

Ce roman commence par un décès et se termine par un meurtre. Et, même si la police d’Hackensack aimerait en savoir plus, ce n’est pas un roman sur la mort.

C’est un roman sur :
Une famille de sublimes indésirables.
Un étrange jeu de piste pour disperser des cendres.
Un sous-marin abandonné au bord d’une rivière.
Un collectionneur d’histoires et de tatouages.
Le langage intime des claquements de doigts.
Ce que signifie vraiment “être cool”.
Les couchers de soleil, les glaces et les Super Chevaux de course.
L’amour de la peinture.
L’amour de la musique.
L’amour tout court.

Mon avis

Mes lectures se suivent, ne se ressemblent pas mais elles sont toujours aussi étonnantes. Libres et affamés de vie, de rire et d’amitié de David Arnold a été une lecture aussi détonante qu’incroyable. Je viens à peine de terminer cette histoire que je sens le besoin de vous écrire tout de suite ce que j’ai pu ressentir. Je pense que je n’avais lu de livres qui lui ressemblent, même si il peut reprendre les mêmes codes que certains que j’ai croisé.

Libres et affamés de vie, de rire et d’amitié nous raconte l’histoire de 5 personnes au parcours bien différent mais tous un peu brisés par la vie. Ils sont parfois à la recherche de quelque chose, de quelqu’un ou de réponses mais veulent surtout se sentir bien. Ils sont tous les Chapitres d’une même histoire et leurs destins sont liés à jamais. Ce sont les Kids of Appetite (les K.O.A).

L’histoire débute sur un Chapitre en cours, sur l’histoire de Victor. Victor est un jeune homme de 16 ans, souffrant du syndrome de Moebius qui a pour conséquence une paralysie faciale. Sa paralysie entraîne brimades, moqueries et harcèlements quotidiens et le rend malheureux, même si il ne se plaint jamais. Il y a deux ans, Victor a perdu son père d’un cancer du pancréas et n’a toujours pas fait son deuil. Ce dernier était tout pour lui et a toujours fait de la différence de son fils une force. Et lorsque le nouveau copain de sa mère la demande en mariage, ça en est pour Vic. Il quitte cet univers pesant en emportant l’urne qui contient les cendres de son père.

Et c’est en voulant respecter les volontés de ce père perdu que Vic fait la connaissance de Baz, Mad, Coco et Zuz. A travers ces pages, vous allez connaître l’histoire de ces personnages et de ceux qui ont croisé leur chemin. Vous allez aussi résoudre un meurtre et apprendre que, même dans les plus sombres moments, il y a toujours une petite lumière pour maintenir l’espoir.

C’est compliqué de vous résumer l’histoire car il y a énormément de choses qui se jouent entre ces lignes. Libres et affamés de vie, de rire et d’amitié est un roman lumineux, malgré la noirceur de l’histoire. On termine la lecture avec un sentiment d’espoir et de légèreté parce qu’on sait que, quoi qu’il arrive, nos personnages auront toujours les K.O.A.

C’est tout d’abord une histoire d’amour parce que ce qui lie nos personnages entre eux est bien plus qu’un simple sentiment amical. Ils s’aiment à leur manière, se protègent, s’aident, et ont à cœur de bien faire les choses. C’est une famille, une vraie, pas par les liens du sang mais par les liens du cœur. C’est aussi une histoire d’amour entre deux de nos personnages, une romance douce et pure qui se dessine sous nos yeux et nous touche irrévocablement. Mais c’est aussi une ode à l’espoir, l’espoir d’une vie meilleure, l’espoir d’un avenir radieux, l’espoir de vivre et de trouver quelqu’un à aimer. C’est un roman d’amitié parce que c’est ce qui lie tous les bons personnages, tous ces anciens Chapitres, croisés au cours de ces jours passés en compagnie des K.O.A.

Mais ça a définitivement un côté sombre, un côté amer. On souffre avec nos héros, au fur et à mesure que leurs histoires personnelles se dessinent. J’ai été de nombreuses fois bouleversée par ce que j’ai pu lire. Chacune de leurs histoires est douloureuse mais on est admiratif quand on voit comment ils ont gardé l’espoir. Vous allez aussi résoudre un meurtre et connaître l’identité du coupable. Je n’ai pas été surprise pour ma part (c’est peut-être mon unique déception) mais c’est tellement bien amené, tellement logique finalement que ça n’a rien enlevé à ce roman pas comme les autres.

Je ne pourrais pas vous parler des personnages, principaux et secondaires, parce que vous ne pourriez pas apprécier l’histoire pleinement. Sachez juste que nos cinq K.O.A sont juste attachants comme ce n’est pas permis. Chacun d’eux vous rappelle une petite part de vous et il est tellement aisé de s’identifier à eux que ça vous plonge directement dans l’histoire. Sans parler des anciens Chapitres, et même des inspecteurs d’ailleurs. Bon, je ne vous cache pas que j’ai eu envie d’en tuer certains mais si ça n’avait pas été le cas, l’histoire n’aurait plus eu de sens.

Je ne parlerai pas non plus de la manière dont l’histoire est construite car ça a une importance capitale (à mes yeux) dans la manière d’aborder l’histoire. Sachez juste que l’histoire est racontée du point de vue de deux personnages, mais écrit par un autre (j’espère que vous allez comprendre). Par contre, j’ai été un peu frustrée par cette fin qui n’apporte pas forcément toutes les réponses. Ça m’a agacé d’ailleurs car j’avais envie de tout connaître et de savoir si l’avenir serait radieux. Mais je comprends pourquoi l’auteur a choisi de terminer comme ça. C’était la meilleure des fins possible.

En tout cas, ça a été un plaisir de faire la connaissance avec la plume de David Arnold. J’ai été envoûtée par ses mots, par son histoire et surtout par ses personnages. Il a su écrire une histoire aussi surprenante que bien ficelée. C’est aussi rythmé que lent, aussi beau que dur, aussi touchant que révoltant. C’est simple : l’expression « obscure clarté » prend tout son sens une fois le point final posé. C’est comme ça que je l’ai ressenti pour ma part.

C’est en lisant les histoires de K.O.A et des Anciens Chapitres que vous comprendrez que Libres et affamés de vie, de rire et d’amitié. C’est une ode à l’amour, à l’amitié et à l’espoir à lire pour se rappeler que parfois, c’est dans les moments les plus sombres qu’on trouve un peu de lumière. Je suis sûre qu’il ne pourra que vous plaire.

Libres et affamés de vie, de rire et d'amitié de David Arnold

15.90€
Libres et affamés de vie, de rire et d'amitié de David Arnold
9.3

Intrigue

9.0 /10

Personnages

10.0 /10

Plume de l'auteur

10.0 /10

Intérêt du lecteur

9.0 /10

Originalité

8.5 /10

Les points positifs

  • Les K.O.A incontestablement
  • L'espoir et la lunière qui se dégagent dans ces lignes
  • La plume de David Arnold
  • Le sentiment "d'obscure clarté" qui nous envahit à la fin de l'histoire

Les points négatifs

  • Une petite déception sur l'identité du coupable
Charger plus d'articles similaires
Charger plus par RockAndStone
Charger plus dans → LES CHRONIQUES DE ROMANS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article qui pourrait vous plaire

J’ai égaré la lune de Erwan Ji

J’ai égaré la lune de Erwan Ji Nombre de pages : 464 pages Editeur : Nathan Date de …