Daredevil, saison 1 de Drew Goddard, d’après les personnages créés par Stan Lee et Bill Everett

Créée par : Drew Goddard, d’après les personnages créés par Stan Lee et Bill Everett (2015)
Univers : Marvel
Avec : Charlie Cox, Deborah Ann Woll, Elden Henson, Rosario Dawson, Vincent D’Onofrio …
Nationalité : Américaine
Genre : Action, Drame, Fantastique, Super-héros
Statut : En cours
Format : 52 minutes
Saison : 1
Nombre d’épisodes : 13

Disponible sur Netflix

Synopsis : Aveugle depuis ses neuf ans à la suite d’un accident, Matt Murdock possède des sens qui bénéficient d’une acuité extraordinaire. Avocat le jour, il devient le super-héros Daredevil lorsque la nuit tombe, afin de lutter contre l’injustice à New York, plus particulièrement dans le quartier de Hell’s Kitchen, corrompu par la criminalité depuis sa reconstruction après l’attaque des Chitauris lors des événements du film Avengers.


Bande annonce de la saison 1


Mon avis

Grande révolution pour moi en ce moment car je commence seulement à faire la connaissance de l’univers Marvel. A la base, je ne suis pas du tout mais absolument pas du tout super-héros, peu importe l’univers ou le format. Batman, Superman, Iron-Man, Avengers et compagnie, très peu pour moi. Je trouve ça souvent prévisible, trop gros, trop irréaliste et j’ai besoin de choses plus terre à terre. Je vais donc vous livrer un avis bien personnel, avec mon regard de novice donc ne m’en voulez pas si certaines choses vous froissent ou vous agacent !

Connaissant mes réticences et mes a priori, on m’a quand même conseillé de regarder le première saison de Daredevil en me disant que je ne devais pas voir ça comme une simple histoire de super-héros mais plus comme une violente série de jeu de pouvoir. Je dois dire que j’y suis allée à reculons et que j’ai mis plusieurs mois à me lancer. Pourtant, je regrette d’avoir tardé parce que j’ai vraiment adoré cette première saison. J’ai mis 3 jours grand maximum (les insomnies n’ont pas que des mauvais côtés finalement) pour avaler les 13 épisodes et mon point de vue a évolué au grès des minutes qui s’écoulaient.

Les 2 premiers épisodes m’ont laissée de marbre. J’avais un avis très mitigé et je me demandais si j’allais poursuivre. Je n’aimais pas beaucoup cette surenchère de problèmes comme dans les teen-dramas et certaines scènes de combat me laissaient de marbre. J‘avais aussi un problème avec Matt Murdock/ Daredevil par rapport à sa cécité et ce qu’il était capable d’accomplir. Mais finalement, à partir du 3ème épisode, j’ai complètement changé d’avis. Et ça coïncide avec l’arrivé de Wilson Fisk, le grand méchant.

J’ai oublié tout ce qui me posait problème pour apprécier pleinement la série. Je dois dire que j’ai été agréablement surprise.

Tout d’abord, j’ai commencé à apprécier de plus en plus Murdock, l’avocat, qui dénote totalement avec Daredevil, le justicier. Le fait que ce ne soit ni blanc, ni noir, et que certaines de ces actions soient condamnables, ont fait de lui un héros badass comme je les aime. Cependant, le cécité du héros me pose un soucis et j’ai compris pourquoi : les yeux de l’acteur trahissent parfois le personnage, je ne sais comment l’expliquer mais je suis sûre que vous pouvez comprendre si vous avez vu la série. Puis, encore une fois, je reste sceptique sur ces capacités presque surnaturelles même si, finalement, je comprends comment il en est arrivé là grâce à l’apparition de son mentor Stick.

Mais mon coup de cœur va quand même au personnage de Wilson Fisk, le grand méchant. C’est quelqu’un de mauvais, vraiment, et il est d’une violence inouïe. Cependant, on s’attache à lui par rapport à son histoire, son enfance et sur les motivations qui l’animent. C’est typiquement le méchant qu’on adore autant qu’on déteste. Et je salue la performance de Vincent D’Onofrio (que j’adore énormément) qui joue à merveille le personnage. Il m’a plus que convaincue et c’est en partie grâce à son interprétation que je n’ai pas pu décrocher de la série.

Les personnages secondaires ne sont pas en reste. Froggy (l’associé de Murdock) et Karen (leur secrétaire) apportent une touche de légèreté et de lumière dans le côté sombre de la série. J’adore ce qui lie Murdock et Froggy, leur amitié est sincèrement touchante ; tout comme celle qui lie Karen à Ben, le journaliste ou encore la relation que Claire, l’infirmière et Murdock/Daredevil entretiennent. On apprend à apprécier ces 4 personnages au fil des épisodes. Sans parler des sbires de Fisk que vous aurez l’occasion de découvrir mais je n’en dis pas plus pour ne pas vous gâcher le suspense.

Cette saison se concentre sur la guerre entre Fisk et Daredevil concernant le devenir du quartier de Hell’s Kitchen. Nos deux personnages ont les mêmes envies mais pas la même manière d’arriver à leur fin. Durant ces 13 épisodes, ils joueront au chat et à la souris, devant gérer en plus leur vie personnelle et leurs affaires, mais surtout leurs ennemis. C’est violent, sombre, noir mais c’est franchement génial. On prend plaisir à suivre leur vie, à voir évoluer leurs envies et surtout, on n’a qu’une hâte : assister à leur premier face à face.

© Netflix

Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié que Daredevil ne prenne pas toute la place afin d’apprécier l’univers dans sa globalité et tous les personnages qui gravitent autour. A mes yeux, ce n’est pas simplement une série de super-héros qui veut faire le bien autour de lui en mode « justicier des temps modernes ». Non, c’est une lutte incessante sur le bien et le mal, et les nuances que prennent ces deux concepts. C’est une histoire sur une même finalité mais deux points de vue opposés.

Un gros point noir cependant, c’est le dernier épisode de la saison. Une grosse déception car à mes yeux, ce season final n’est pas à la hauteur du reste des épisodes. Tout est en accéléré. J’avais l’impression de voir un film d’action en version condensée et pas forcément très bon. Du coup, j’ai hâte de commencer la deuxième saison pour voir si la série continue sur cette lignée ou si, au contraire, elle va rebondir et nous offrir des épisodes aussi bons et époustouflants que ceux de la première saison.

Attention cependant à la violence de certaines scènes ! Ce n’est pas du tout adressé à un jeune public … Je parle en connaissance de cause car j’ai été plusieurs fois estomaquée par la violence qui eut se dégager de certains épisodes.

Daredevil, saison 1 de Drew Goddard

Daredevil, saison 1 de Drew Goddard
8.6

Personnages

9.0 /10

Intrigue/Scénario

8.0 /10

Visuel

7.5 /10

Originalité

9.5 /10

Univers développé

9.0 /10

Les points positifs

  • Wilson Fisk, incontestablement
  • La dualité Murdock/Daredevil
  • Les personnages secondaires
  • Le côté sombre de l'univers
  • L'intrigue développée autour de Hell's Kitchen

Les points négatifs

  • Certaines scènes de combat
  • L'interprétation de la cécité de Murdock
  • Le season final décevant
Charger plus d'articles similaires
Charger plus par RockAndStone
Charger plus dans → Les Chroniques de Séries TV

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article qui pourrait vous plaire

J’ai égaré la lune de Erwan Ji

J’ai égaré la lune de Erwan Ji Nombre de pages : 464 pages Editeur : Nathan Date de …