Accueil LES LIVRES → LES CHRONIQUES DE ROMANS Si c’est pour l’éternité de Tommy Wallach

Si c’est pour l’éternité de Tommy Wallach

34 Temps de lecture
0
0

Si c’est pour l’éternité de Tommy Wallach

Nombre de pages : 320 pages
Éditeur : Nathan
Date de sortie : 8 février 2018
Collection : GRAND FORMAT
Langue : Français
ISBN-10: 2092574906
ISBN-13: 978-2092574904
Prix : 16€95
Disponible sur liseuse : NON

De quoi ça parle ?

Enchanté. Moi, c’est Parker. J’ai 17 ans, je suis moyennement mignon et j’aime sécher les cours pour traîner dans les halls des hôtels chics de San Francisco. J’en profite pour perfectionner mes techniques de pickpocket.
Ah et je n’ai pas prononcé un mot depuis la mort de mon père, il y a 5 ans.
Voilà, vous savez (presque) tout.
Mais laissez-moi vous raconter l’événement le plus marquant de ma vie : ma rencontre avec Zelda Toth et ce jour où j’ai décidé de tout faire pour lui redonner le goût à la vie.

Mon avis

Décidément, mes lectures se suivent et même si elles ne se ressemblent pas, elle ont le mérite de toutes me surprendre. C’est ce qui s’est passé, en tout cas, avec Si c’est pour l’éternité. Je ne connaissais absolument pas l’auteur mais le résumé m’avait beaucoup intriguée. Je dois vous avouer que je ressors de ma lecture totalement subjuguée par ce petit bijou. Alors même si certains pans de l’histoire ont été prévisibles à mes yeux, je ne m’attendais absolument pas à ce genre de roman, lumineux, brillant et incroyable.

Au fil des pages, vous allez suivre 3 jours de la vie de Parker, un jeune adolescent de 17 ans, qui ne parle plus depuis le décès de son père. Cinq années de mutisme qui, finalement, ne le perturbent pas plus que ça et qui lui permettent d’observer le monde tout en noircissant les pages de son journal. Parker apprécie la solitude et le réconfort de son carnet qu’il remplit inlassablement, inventant des histoires, racontant des moments de sa vie ou lui permettant simplement de converser avec le monde qui l’entoure.

Mais son univers va se retrouver bouleverser lorsqu’il rencontre Zelda, une jeune femme à la chevelure grise dont il est impossible de deviner l’âge, dans le hall du Palace Hotel. Les premiers instants entre eux sont plutôt cocasses puisque Parker va lui dérober une grosse liasse de billets. Mais pour la première fois de sa vie, il va se retrouver pris au piège et devoir faire marche arrière car Zelda détient son journal. Et c’est ainsi que nos deux héros vont apprendre à se connaître, au détour d’un café.

Ils vont passer 3 jours ensemble, 3 jours qui vont transformer leur vie à jamais. Zelda souhaite montrer à Parker que sa solitude forcée n’est pas le meilleur choix qu’il ait pu faire et que la vie est remplie de richesse, même si elle n’est pas toujours idyllique. Parker se met en tête de conquérir Zelda et de lui redonner goût à la vie. Car oui, Zelda souhaite se suicider. Une course contre la montre se met en route. Et si l’un comme l’autre trouvait bien plus en 3 jours qu’en une vie ?

Ça va être compliqué pour moi de vous parler de l’intrigue sans vous spoiler. Je vais m’en tenir au strict minimum et je m’excuse d’avance si certaines informations vous gâchent le plaisir de la découverte mais je ne peux pas faire autrement. L’histoire est construite autour du journal de Parker. On vit ses trois jours à travers sa plume, ses anecdotes, ses histoires et ses conversations (écrites du fait de son mutisme) avec Zelda surtout mais aussi les gens qui l’entourent. On vibre au gré de leurs aventures, hors du commun du fait de la personnalité si lumineuse de Zelda. A son contact, Parker va se révéler et se rendre compte que la bulle qu’il a construite autour de lui depuis quelques années ne lui apporte pas la tranquillité qu’il espérait mais le coupe d’un monde surprenant. Il va réapprendre à communiquer avec ses camarades, prendre conscience de l’état de sa mère et enfin penser à l’avenir sans avoir la boule au ventre.

Mais il n’oublie cependant pas son objectif premier : redonner l’espoir à Zelda. Mais les révélations surprenantes de cette dernière balaient toutes les certitudes de Parker. Comment aurait-il pu imaginer que Zelda avait un secret si précieux, si beau mais si contraignant ? Il ne la croit pas dans un premier temps jusqu’à ce qu’elle lui prouve qu’il y a des choses qu’on ne peut pas expliquer dans la vie. Et là, je sens toute votre frustration mais je ne dirais pas un mot sur le mystère qui entoure Zelda car il constitue l’intrigue essentielle du roman. Sachez juste que c’est surprenant mais qu’il permet, malheureusement, de donner un certain côté prévisible à la fin de l’histoire.

J’ai beaucoup apprécié nos deux héros, même si mon avis sur Zelda reste « mitigé ». Parker est touchant, à mes yeux, enfermé dans ce mutisme qui le rassure mais le coupe du monde, volontairement ou non. Son évolution au grès des pages est très appréciable et on ne peut que s’attacher à ce héros un peu cabossé, brisé, qui vit dans le souvenir de ce père décédé avec sa mère, alcoolique. J’ai adoré sa manière de voir les choses, de les écrire, de les imager. Son imagination est débordante, croyez-moi. Zelda demeure un mystère pour moi. Elle est adorable, attachante mais sincèrement, qu’est-ce qu’elle est contradictoire par moment. C’est compliqué de la suivre, même si tout prend sens quand elle révèle son secret. Et on comprend finalement pourquoi les choses sont comme ça, surtout vers la fin du roman. Les personnages secondaires, peu présent finalement même si ils jouent tous un rôle non-négligeable, sont tous agréables et détonnent. On ne peut que les apprécier.

Tommy Wallach a une plume vraiment appréciable et prenante, par dessus tout. Qu’est-ce que j’ai pu être prise dans cette folle histoire. Le format du roman y est pour beaucoup : il prend la forme d’un carnet appartenant à Parker. C’est donc écrit à la première personne, le 4ème mur étant brisé à de nombreuses reprises, ce qui permet à notre héros de s’adresser directement à nous. Le récit est coupé par les nouvelles qu’il invente, par les anecdotes qu’il distille et par les conversations qu’il tient avec Zelda. J’ai beaucoup apprécié les références glissées ici et là, sans qu’on ne s’en rende vraiment compte. Et puis, que dire de cette fin ? Elle ressemble à ce que j’avais imaginais mais est nettement meilleure. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle prenne ce schéma, cette forme et ça a été surprenant. On ferme le livre avec un énorme sourire, bouleversé mais satisfait.

Si c’est pour l’éternité est un livre qui ne ressemble à aucun autre. Il est beau, magique, bouleversant et incroyable, autant pour l’histoire que pour le format. Sincèrement, si vous cherchez une lecture douce, pleine d’espoir et hors du commun, ce roman est fait pour vous !

Si c'est pour l'éternité de Tommy Wallach

16.95€
Si c'est pour l'éternité de Tommy Wallach
8.8

Intrigue

8.5 /10

Personnages

8.0 /10

Originalité

9.0 /10

Plume de l'auteur

10.0 /10

Intérêt du lecteur

8.5 /10

Les points positifs

  • Le format du roman
  • La plume de l'auteur, prenante
  • Parker, notre héros si attachant
  • La fin surprenante malgré un certain côté prévisible

Les points négatifs

  • Le caractère de Zelda
  • Le côté un peu prévisible de certains pas de l'histoire (hors fin)
Charger plus d'articles similaires
Charger plus par RockAndStone
Charger plus dans → LES CHRONIQUES DE ROMANS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article qui pourrait vous plaire

J’ai égaré la lune de Erwan Ji

J’ai égaré la lune de Erwan Ji Nombre de pages : 464 pages Editeur : Nathan Date de …