Chroniques DVD & Blu RayCINÉ & SÉRIE TV

The Young Lady – édition collector de William Oldroyd

The Young Lady, édition collector de William Oldroyd

Création de : William Oldroyd
Année de sortie : 12 avril 2017 (France)
Avec : Florence Pugh, Cosmo Jarvis, Paul Hilton, Naomi Ackie et Christopher Fairbank
Nationalité : Britannique
Genre : Drame, Romance, Historique
Durée : 89 minutes

Déconseillé aux moins de 12 ans

Synopsis :

1865, Angleterre rurale. Katherine mène une vie malheureuse d’un mariage sans amour avec un Lord qui a deux fois son âge. Un jour, elle tombe amoureuse d’un jeune palefrenier qui travaille sur les terres de son époux et découvre la passion. Habitée par ce puissant sentiment, Katherine est prête aux plus hautes trahisons pour vivre son amour impossible.

Bande-annonce

Mon avis

Je ne suis pas la seule à avoir eu envie de voir ce film. Kaali et Littlepadfoot ont aussi été attirées par cette histoire !

J’avoue avoir eu du mal à lire la nouvelle, contenue dans le coffret. Autant j’ai des goûts éclectiques pour les films, les séries et la musique, mais pas dans le domaine littéraire. Je ne sors pas beaucoup de mon cocon Fantastique/Fantasy. Mais ça ne m’a pas empêché d’aimer La lady Macbeth du district de Mtsensk !

L’histoire narre la vie maritale et sans amour d’Alexander et de Katherine, une femme-enfant avide de vie, de liberté et de grand air. Elle rêve de s’émanciper de sa condition d’épouse cloîtrée et de ne plus vivre sous la dictature de son beau-père. On peut se dire « Quel intérêt ? Encore une œuvre traitant de la condition des femmes ». Mais ce n’est pas juste ça ! J’ai vraiment ressenti le mal-être de la jeune femme, l’ennui, la fatigue… Tout cela m’a fait prendre conscience que notre société considère bien mieux les femmes qu’autrefois ! On a un libre arbitre qu’il n’y avait pas auparavant et on le ressent bien.

La production a eu une enveloppe de 500 000 pounds, soit l’équivalent de 580 000 euros, ce qui est un très petit budget dans le monde cinématographique. Mais ce petit chiffre n’empiète pas sur la qualité du premier long métrage de William Oldroyd.

Les robes de Katherine sont vraiment belles, mais strictes.  Voir sa servante l’habiller m’a permis de découvrir un autre style de jupons que je ne connaissais pas.

Bien que rarement visible, les paysages sont magnifiques !

Ce qui fait la beauté du film, c’est sa simplicité. Le scénario est simple, sans fioriture, les événements suivent leur cours sans que ce soit trop prévisible.

Florence Pugh est vraiment Irrésistible  dans ce rôle comme le dit si bien le magazine Première. Elle Interprète vraiment bien Katherine ! Son visage est à la fois doux et dure, juvénile et mature. Dans la maison de son beau-père où elle réside, Katherine incarne une Lady isolée, austère, calculatrice et jalouse.

C’est un drame macabre brillamment réalisé ! Je ne le conseille pas à tout le monde, c’est un style qu’il faut aimé, mais si c’est le genre que vous affectionnez, je vous le recommande chaudement ! C’est vraiment un film, lent, voire même long et dure, mais ça donne son caractère à l’œuvre, c’est également sombre et morbide.

A travers ce long métrage William Oldroyd fait extrêmement bien ressortir l’oppression envers toutes les femmes. C’est un film que je reverrais surement !

The Young Lady - édition collector de William Oldroyd

24.99€
9

Histoire

9.0/10

Originalité

8.0/10

Acteurs

10.0/10

Drame

8.0/10

Réalisation

10.0/10

Les points positifs

  • Simplicité
  • Cadre
  • Ambiance
Tags
Voir Plus

Orme Étoile

Je suis chroniqueuse sur Songe d'une nuit d'été, depuis septembre 2017, et aussi la plus jeune de l'équipe. Je suis une grande fan de Policier, de Fantastique, Surnaturel et d'Histoire. J'adore écouter de la musique en écrivant.

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils