Accueil LES LIVRES → LES CHRONIQUES DE ROMANS La première nuit de Ghislain Loustalot

La première nuit de Ghislain Loustalot

34 Temps de lecture
1
0

La première nuit de Ghislain Loustalot

Nombre de pages : 250 pages
Editeur :
 JC Lattès
Date de sortie : 10 janvier 2018
Collection : Littérature française
Langue : Français
ISBN-10: 270966142X
ISBN-13: 978-2709661423
Prix : 18€00
Disponible sur Liseuse : OUI à 12€99

De quoi ça parle ?

À quarante-cinq ans, Milan est toujours séduisant mais aussi alcoolique, taiseux et destructeur. Son ex-femme a obtenu la garde de leurs trois enfants et sa compagne, Catherine, vient de le quitter.
En ce dimanche soir de découragement dans son appartement blanc immaculé, deux visites surprises vont rebattre les cartes  : celle de Théo, son fils, et d’Émilien, son père, tous les deux à la recherche d’un refuge pour la nuit.
La réunion familiale prend alors des allures de poker menteur où se posent les questions dont on craint les réponses, où chacun règle ses comptes et où trois générations d’hommes vont s’affronter, se détruire, et peut-être se sauver.
Une nuit d’alcool, de violences et de larmes, de secrets gardés, d’humour noir et de rancœurs crachées au visage.

Mon avis

C’est avec un plaisir immense que je vais écrire cette chronique. J’avais complètement craqué sur ce résumé mystérieux et je me demandais vraiment ce qui allait pouvoir se passer entre ces trois hommes, unis par les liens du sang. J’adore ces livres qui rendent hommage à la famille, à l’héritage d’une vie et à tous ces secrets qui empoissonnent ces liens précieux. J’étais sûre à 3000% que celui-ci serait pour moi. Mon instinct ne m’a pas trompée, bien au contraire.

La première nuit de Ghislain Loustalot a été un véritable coup de cœur. Dès les premières pages, vous allez faire la connaissance de Milan. Milan a 45 ans, c’est un producteur qui est passionné et un grand amoureux des livres. Milan a aussi trois enfants qu’il aime par dessus-tout : Théodore – Théo, l’aîné et les filles, Victoire – Vic et Maximilienne – Maxou. Il a quitté son ex-femme, Virginie, il y a deux ans car leur mariage n’est plus ce qu’il était et que cette femme, finalement, ne l’a jamais compris.

Milan est inapte au bonheur, vraiment. Il boit pour oublier, pour se réconforter, pour panser ses blessures et pour s’évader. Il boit pour essayer de ne plus penser au passé et à ce qui le ronge, et surtout à ce secret qui le hantera jusqu’à la fin de sa vie. C’est un homme qui a une telle haine, une telle violence en lui que je l’ai trouvé effrayant au premier abord. Il a l’amour des enfants sans éprouver l’amour des autres. Vous allez découvrir Milan alors qu’il vient de se faire quitter par Catherine, la femme qui partageait son studio douillet jusqu’à maintenant et pour qui il éprouve réellement de l’amour. Et pour lui, la mort était la seule solution.

Mourir pour s’échapper, mourir pour oublier. Mais c’est sans compter sur un appel de Théo, son fils qui vient de quitter le domicile de sa mère alors que cette dernière s’est montré odieuse avec lui. Milan décide de se montrer fort et accueille son fils aimé. Il n’avait pas prévu qu’une troisième personne se joindrait à eux pour cette soirée particulière : Émilien, père de Milan. Père et grand-père absent, presque détesté. Cette soirée et cette nuit seront, pour ces trois hommes liés par le sang, l’unique occasion d’apporter des vraies réponses aux questions douloureuses et de partager des secrets qui les ont hantés.

Je vais tâcher de rester évasive pour ne pas vous gâcher le plaisir de la lecture. La première nuit est une histoire aussi douloureuse que touchante, aussi cruelle que magnifique. Elle met en scène trois hommes brisés qui vont essayer, une bonne fois pour toutes, d’être honnête les uns envers les autres. Tout ne sera pas de tout repos, bien au contraire, vu les caractères des protagonistes et leur besoin de paraître plutôt que d’être. C’est sur cette honnêteté et ce besoin de réponses que repose l’intrigue. Et pour autant, on ne s’ennuie pas un seul instant. Je n’ai pu lever la tête une seule fois tant j’ai été aspirée dans ce « huit-clos » familial qui se déroule en une soirée et une nuit. Pères et fils vont enfin faire toute la lumière sur les événements qui les ont amenés à être réunis ce soir. Et si certains mensonges subsistent, c’est dans une optique, cette fois, de ne pas faire mal à l’autre.

Nos trois héros m’ont touchée. Émilien a été un père et un grand-père absent. Milan est un père aimant qui ne sait pas où il va et qui a manqué de l’amour paternel dont il essaie de faire preuve à l’égard de ses enfants. Théo est un jeune homme brisé qui a besoin de savoir pourquoi tant de gâchis. Et c’est grâce à l’alcool destructeur mais bavard qu’ils vont enfin se reconstruire. Paradoxal, je le sais. Nos héros sont vrais et sincères. Incontestablement, ils sont le point fort du roman. Et au fur et à mesure des pages, on comprend pourquoi ils sont ce qu’ils sont. On apprécié chacun d’eux, malgré (et à cause de) de leurs défauts. Non vraiment, je ne peux rien dire de plus car je m’en voudrais de gâcher votre lecture. Mais croyez-moi, vous allez vous attacher à eux avec une puissance insoupçonnée.

Ghislain Loustalot rend hommage aux liens qui unit père et fils, à cet amour parfois difficile à exprimer. J’ai lu plein de livres sur les difficultés d’être mère mais c’est la première fois que j’ai l’occasion d’en lire un consacré aux difficultés qu’éprouvent les hommes à être père. Et c’est une véritable réussite à mes yeux. J’ai été touché par ses trois hommes, sincèrement et au delà de mes espérances. J’avais l’impression d’être une petite souris qui espionnait cette réunion familiale. L’auteur a une écriture si prenante, si envoûtante qu’il est impossible de les quitter. Et même si les larmes ont coulé, j’ai fermé le livre avec un immense sourire sur les lèvres. Parce que c’est l’espoir et l’amour qui gagnent. Ghislain Loustalot a su parfaitement doser entre larmes et rires. Il a su être juste du début à la fin.

Le premier roman de Ghislain Loustalot, La première nuit, est une véritable coup de cœur pour moi. C’est une histoire touchante, prenante, vraie, sincère qui se dessine sous nos yeux. On partage un moment unique avec Milan, Théo et Émilien, un moment qui va changer leur vie à tout jamais et qui vous touchera assurément. On ne peut qu’être conquis. Je vous le conseille chaleureusement.

La première nuit de Ghislain Loustalot

18.00€
9.8

Intrigue

10.0/10

Personnages

10.0/10

Plume de l'auteur

10.0/10

Intérêt du lecteur

10.0/10

Originalité

9.0/10

Les points positifs

  • La plume de Ghislain Loustalot
  • Les trois héros, touchants et attachants
  • Le drame familial auquel on assiste
  • Le juste mélange entre douleurs et douceur
  • Elizas de Sara Shepard

    Nombre de pages : 432 pages Éditeur : Charleston Date de sortie : 26 Juin 2018 Collection …
  • Bande de menteurs de Mary Karr

    Nombre de pages :  576 pages Editeur :  JC Lattès Date de sortie :  6 juin 2018 Collection…
  • Les papillons noirs de Caroline Gutmann

    Nombre de pages : 288 pages Editeur : JC Lattès Date de sortie : 2 mai 2018 Collection : R…
Charger plus d'articles similaires
Charger plus par Songe d'une nuit d'été

Un Commentaire

  1. La première nuit – Ma collection de livres

    26 février 2018 à 21 09 01 02012

    […] critiques Babelio Publik’Art (Bénédicte de Loriol) Blog Songe d’une nuit d’été  Blog La Dory qui lit  Blog Psych3deslivres  Romanthé blog littéraire décalé Blog Le Notebook […]

    Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article qui pourrait vous plaire

Concours Spécial 10 ans #4 Avec Charleston

Songe d’une nuit d’été fêtera le 29 juillet prochain ses 10 ans. Pour ce quatr…