Spring Girls d’Anna Todd

Spring Girls d’Anna Todd

Nombre de pages : 470 pages
Editeur :
 Hugo Roman
Date de sortie : 2 novembre 2017
Collection : New Romance
Langue : Français
ISBN-10: 2755636076
ISBN-13: 978-2755636079
Prix : 17€00
Disponible sur liseuse : OUI à 9€99

Ça parle de quoi ?

Un best-seller américain adapté et modernisé par Anna Todd.

Les quatre filles de l’officier Spring vivent avec leur mère, Meredith, sur la base militaire de Fort Cyprus, près de la Nouvelle-Orléans, alors que leur père est en mission en Irak.
Durant les vacances de Noël, Meg, l’aînée des Spring qui espère la demande en mariage de son petit ami militaire, est perturbée par le retour d’un ancien  » ami « . Sa cadette Jo, 17 ans, ambitieuse et révoltée, se découvre de nombreuses affinités avec le nouveau voisin, Laurie.
Amy, la plus jeune des sœurs, peste contre leurs problèmes d’argent et l’absence de cadeaux sous le sapin tandis que Beth, calme et discrète, fait de son mieux pour seconder leur mère à la maison.
Entre premiers émois amoureux, trahisons entre amis et difficultés financières, le quotidien de cette famille américaine est jalonné de problèmes auxquels les quatre sœurs font face chacune à leur manière. Dans cette période riche en changements, les Spring Girls parviendront-elles à trouver leur place dans le monde ?

Mon avis

J’ai décide d’écrire cette chronique à chaud, par peur d’oublier ce que j’ai pu ressentir à la lecture de ce livre. J’ai décidé de passer du temps sur Spring Girls sur un coup de tête. J’ai entendu parlé d’Anna Todd avec sa série After et je connaissais beaucoup de monde autour de moi qui adorait cette série. Personnellement, elle ne m’a jamais attirée mais c’est d’un point de vue purement subjectif. Quand j’ai vu qu’Anna Todd avait repris les Quatre filles du Docteur March dans une version moderne, je voulais me laisser tenter. Les Quatre filles du Docteur March est un des premiers livres que j’ai pu lire, il m’avait totalement retournée quand j’étais jeune. Et puis, je voulais aussi connaître la plume de l’auteur, malgré tout.

A vrai dire, je ne sais pas comment me positionner après ma lecture. Je n’ai pas spécialement aimé, mais je n’ai absolument pas détesté. C’est un état entre les deux. Et il correspond à mon état d’esprit lors de ma lecture. Spring Girls est un livre incontestablement intéressant, je ne peux pas le nier. J’ai lu 470 pages de ce roman d’une traite, sans lever le nez du livre une seule fois. Paradoxale quand j’ai été, plusieurs fois, tentée d’abandonner ma lecture tant j’ai été exaspérée. Je ne sais comment vous décrire mon ressenti car j’ai moi-même du mal à me positionner.

Tout d’abord, sachez que dès les premières pages, on est plongé dans le quotidien de cette famille peu commune. Les Spring vivent sur une base militaire, à Fort Cyprus, près de la Nouvelle Orléans. La maman, Meredith, est une femme qui assume difficilement son rôle de femme de militaire et qui, à mes yeux, se reposent trop sur ses filles lors des déplacements de son mari. Ensemble, ils ont eu quatre filles : Meg, Jo, Beth et Amy. Les quatre filles vont, sous nos yeux, évoluer au fil des mois qui s’écoulent sur la base militaire. Chacune va se révéler et faire face à son destin. Pourtant, des événements bouleversants vont obscurcir le quotidien de cette famille pas comme les autres et forcer chaque membre de la famille à révéler sa vraie facette.

Je sais, c’est vague mais je pense que cela résume amplement l’histoire. Je dois vous avouer que je me suis souvent ennuyée car finalement, il ne passe pas grand-chose. Enfin, si, il se passe beaucoup de choses mais c’est tellement confus qu’on a l’impression que c’est habituel pour cette famille. Le plus gros trouble de l’histoire survient aux trois-quarts du roman, et ça a été sincèrement frustrant car c’était couru d’avance. Alors oui, sur ce point, j’ai été déçue. Je pense que, dès le départ, j’ai fait un très gros parallèle avec l’histoire originale et que, de ce fait, j’ai trouvé tout ce qui a pu se produire prévisible. Mais, cela ne m’a pas empêchée de vouloir connaître la fin de l’histoire à tout prix. Je suis donc passée à côté de longues descriptions et des interminables réflexions des personnages qui m’ont ennuyée pour enfin saisir ce qu’a voulu vous faire comprendre Anna Todd.

Cette version moderne de l’histoire tient finalement toutes ses promesses car on retrouve ce qui a fait le succès des Quatre filles du Docteur March. L’auteur a voulu transposer le quotidien de cette famille à notre époque et j’ai trouvé ça intéressant. Les enjeux ne sont plus les mêmes qu’à l’époque et on s’en rend immédiatement compte. Mais mon plus gros point noir reste le caractère des héroïnes et cette surenchère dans le traitement de leur propre histoire personnelle. Chaque fille va vivre un truc qui va la pousser à revoir ses positions. Si ça a pris avec les personnages de Jo et Beth, ça s’est révélé être un échec pour Meg et Amy. J’ai trouvé ça tellement surfait et absolument pas de leurs âges. Et une chose m’a mise totalement en colère : le message « on devient une femme quand on intéresse enfin les garçons ». J’ai trouvé ça aussi déplacé qu’absolument faux et ça a contribué à gâcher mon plaisir. Vraiment, je n’ai pas compris comment on a pu en arriver là.

Cependant, et je le regrette aussi, les personnages m’ont semblé tellement caricaturaux, tellement superficiels et clichés. Hormis Beth, j’ai trouvé que chaque personnage était surjoué et égoïste. Que ce soit Meg et son obsession d’elle, Jo et son côté rebelle ou encore Amy, la petite dernière pourrie gâtée, ces trois filles m’ont plus agacée que touchée. Pour moi, les quatre filles étaient des femmes fortes et de caractère. Heureusement, Beth était là et j’ai eu un véritable coup de cœur pour ce personnage original et doux. C’est, à mes yeux, le personnage le plus juste de ce roman et on s’attache immédiatement à elle. Même les parents m’ont semblé absents et dénués d’intérêts. Les personnages secondaires, hors Madame King et Shaya, ne m’ont pas convaincue. Je les ai trouvés lisse et sans saveur, comme si ils étaient là plus par « devoir » que par nécessité pour l’histoire. Par contre, j’ai eu un autre coup de cœur pour Shaya, ce grand rêveur qui m’a fait chaud au cœur. Sa maman est tout aussi touchante et débordante d’amour pour son fils.

J’ai été agréablement surprise par la plume d’Anna Todd. J’ai beaucoup apprécié les nombreux détails qu’elle a apportés à l’histoire et sa manière d’alterner les voix dans le récit. En effet, elle est racontée à travers les yeux des filles Spring et chaque personnage a sa manière de s’exprimer. Ça a permis à cette longue histoire de ne pas souffrir de trop grosses longueurs et d’apporter un peu de fraîcheur. Je salue le travail de l’auteur pour avoir respecté et essayé de rester fidèle aux bases et l’essence même de l’histoire des filles March.

Spring Girls est un roman assez inégal finalement. J’ai été happée par cette histoire sans pouvoir m’empêcher de souffler à de nombreuses reprises tant j’ai été déçue par l’accentuation des traits de caractères des personnages. Même si l’intrigue est finalement prévisible et la fin tellement plate, on passe néanmoins un bon moment en compagnie de nos quatre drôles de dames.

Spring Girls d'Anna Todd

17.00€
Spring Girls d'Anna Todd
5.6

Intrigue

5.0/10

Les personnages

5.0/10

Plume de l'auteur

7.0/10

Originalité

5.0/10

Intérêt du lecteur

6.0/10

Les points positifs

  • Le côté moderne de l'histoire
  • Beth et Shaya
  • La plume de l'auteur
  • Les changements de point de vue

Les points négatifs

  • Les traits caricaturaux des personnages
  • La prévisibilité de l'intrigue
  • Les quelques longueurs
 
A propos RockAndStone 517 Articles

Charlie – Rockandstone, passionnée de musique et amoureuse des livres.
#TeamRonWeasley

6 Commentaires

  1. Je n’avais jamais entendu parler de ce livre et… c’est aussi bien parce que ta chronique ne me donne pas très envie XD. « Les Quatre filles du Docteur March » est à mon sens un monument à pasticher avec précautions, un vrai roman de formation où on voit évoluer quatre personnages à la fois selon leur âge, leurs goûts et affinités. Le côté surfait que tu dénonces me fait peur. On voit dans le résumé et ce que tu évoques que la romance, annexe dans l’œuvre originale sauf à la fin, prend une place prépondérante. Certes, l’époque n’est pas la même, nous vivons actuellement une libération de la femme qui n’existait pas pendant la guerre de Sécession mais l’auteur était-elle pour autant obligée de ramener ses personnages à l’intérêt pour la gent masculine ? (bon, certes, dans le cas de Meg, ça se comprend si on se réfère au roman original mais dans le cas de Jo, le résumé me laisse perplexe : là où on avait une jeune femme vivant une franche amitié avec son voisin, on trouve ici de « fortes affinités » qui sentent l’histoire d’amour à plein nez et qui n’est pas raccord avec le personnage original… Jo qui se rêvait en femme libre et indépendante…)

    Bref, tout ça me rend perplexe. En un sens, je serais presque curieuse de voir certains éléments adaptés au monde moderne mais je crains que le roman original, féministe avant l’heure, n’ait été dénaturé pour en devenir une simple histoire d’amour et d’apparences…

    • Ma chère Lilou, tu as résumé le livre sans avoir eu besoin de le lire. Tu as su trouver les mots là où j’ai eu du mal à le faire. Le problème du livre n’est pas la plume d’Anna Todd mais bien l’interprétation qu’elle a a pu faire de ce livre.

      Les Quatre filles du Docteur March était un roman féministe, sur l’émancipation de la femme et malheureusement, on ne retrouve pas ça dans Spring Girls. Comme tu le dis, presque tout est ramené à la gent masculine et même dans le cas de Meg, c’est beaucoup trop. A croire qu’une femme existe seulement parce qu’il y a un homme derrière elle … Sans blague ?

      Je pense qu’il y a eu une exagération dans les traits de caractère initiaux des personnages et que, de ce fait, tout devient bien trop surfait. J’avais adoré Jo dans le roman originale et dans celui-ci, elle m’a tapée sur le système tant elle apparaît un peu trop superficielle. Je ne parle pas de Meg et Amy qui m’ont semblé tellement inintéressantes .. Seule Beth et quelques personnages secondaires ont trouvé grâce à mes yeux.

      Je me permets de confirmer tes craintes : Spring Girls n’a rien d’un roman féministe avec des femmes fortes. Non, c’est un roman où plusieurs histoires d’amour se croisent, se font et se défont devant nos yeux.

      Merci pour ton petit mot ♥

    • Une chronique doit être vraie, sincère. La commentatrice affirme qu elle n a pas aime le roman est tel est son droit. Il s agit simplement de cela. Moi même, j ai eu une sorte de prémonition que ce livre ne sera pas a la hauteur de sa série After-un phénoménal succès.

    • A vrai dire, tout dépend de ce que tu attends du livre. Je ne connaissais pas Anna Todd et sa plume est très agréable.
      Mais comme je le disais, son interprétation des Quatre filles du Docteur March n’est pas une très très grande réussite …

      Après, tu peux toujours tenter 😛

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*