Un pape pour l’apocalypse de Jean-Luc Marcastel

Un pape pour l’Apocalypse de Jean-Luc Marcastel

Nombre de pages : 540 pages
Editeur : Pygmalion
Date de sortie : 11 Octobre 2017
Collection : Romans
Langue : Français
ISBN-10: 2756419001
ISBN-13: 978-2756419008
Prix Editeur : 20,90€
Disponible sur Liseuse : Oui

De quoi ça parle ?

 Aurillac, le capitaine Malo Sinclair s’ennuie…
Il faut dire que Malo, jeune as prometteur de la police criminelle du quai des Orfèvres, avait tout pour monter vite et haut dans la hiérarchie… s’il n’avait eu la malheureuse idée de démolir le portrait d’un suspect, fils d’un ministre. Pour le protéger autant que pour le punir, son chef a décidé de le mettre « au vert ». Et pour ce faire, quoi de mieux qu’Aurillac, préfecture du Cantal, où l’on compte plus de vaches que d’habitants ?
Après deux ans, Malo est à la limite de la dépression.
C’est alors qu’on l’appelle pour une affaire de vol sur le chantier de fouille de l’abbaye Saint-Géraud récemment mise à jour. Une tête mécanique, incroyable vestige, presqu’une légende urbaine, a disparu. Enfin une affaire qui sort de l’ordinaire ! Mais, quand les cadavres pleuvent, Malo ne peut se dire qu’une chose : il n’en demandait pas tant… 

Mon avis :

Je plaide coupable d’être victime de l’attraction qu’émet cette couverture. C’est elle qui m’a fait m’intéresser au résumé du livre. Un résumé alléchant qui m’a donné envie de découvrir une nouvelle plume. Française de surcroît. Par contre, cela m’agace à chaque fois qu’un livre est dit dans la lignée du Da Vinci Code. Pour moi, ça ne garantit rien au même titre que les prix littéraires.

Donc, comme une mort de faim, je me suis jeté dessus dès qu’il est arrivé. Bien m’en a pris car j’ai eu un mal fou à décrocher mes yeux du récit. Nous sommes à Aurillac où le capitaine Malo est en poste depuis trois ans car il a refait le portrait d’une petite crapule, le fils d’un ministre. Ses supérieurs l’ont donc envoyé au fin fond de la campagne française pour soit disant le protéger et surtout assurer leurs arrières. Alors qu’il s’ennuie et est proche de la dépression, un crime étrange surgit dans sa juridiction…

J’ai tout d’abord apprécié le côté réaliste de l’histoire, reflet cinglant de notre société où si l’on est connu ou dans un domaine à fortes responsabilités. On a souvent la chance d’avoir des passe-droits. Les contacts dans le métier de Malo sont importants et pour une fois, il va les utiliser dans l’avancement de son enquête. J’ai aimé le point historique sur le pape Sylvestre II ou Gerbert d’Aurillac. Le mystère qui l’entoure lui et son passé m’ont tenu en haleine du début à la fin. Les passages sur son enfance, son apprentissage sont mes moments préférés. De plus, j’ai été tellement obnubilé par ça que je me suis fait avoir. J’avais bien un doute sur quelqu’un, mais les énigmes et les voyages à travers l’Europe ont tout balayé.

Malo, qui venait de s’arrêter derrière trois voitures et un poids lourd, répondit aussitôt en éteignant la radio:

— Avec plaisir.

Derrière eux continuaient de monter les monstrueux ronflements.

— Albert!

Voyant qu’il n’y avait pas de réponse, il répéta, plus fort : « Albert ! » Il dut s’y reprendre à trois fois pour que l’effroyable bruit s’arrête enfin sur un final chaotique digne d’un sanglier dérangé dans sa bauge.

Quant aux personnages, je les ai adorés, surtout Albert avec son franc parlé et son appétit gargantuesque. Il fait à lui tout seul la part comique de l’histoire. Malo joue dans un autre registre, et j’ai appris à m’attacher à ce policier franc du collier, fin limier et qui n’est pas contre une femme dans sa vie. Les autres personnages, on ne les côtoie pas temps que ça à part Karl, le tenancier de l’Aventurier et la professeure d’histoire-géographie. Je n’ai donc pas grand-chose à dire sur eux.

Pour conclure, j’ai adoré ma lecture. L’intrigue est passionnante, le mystère qui entoure les nombreuses morts à titillé ma curiosité. Il a beau être un bon pavé, il se lit très rapidement. L’histoire vous emporte dès les premières pages et il n’y a qu’à se laisser porter. En refermant le livre, j’ai l’espoir que ce ne sera pas le seul et que l’on retrouvera Malo et Albert bientôt, dans une nouvelle enquête.

 

 

 

 

Un pape pour l'apocalypse

20.90€
Un pape pour l'apocalypse
9

Intrigue

9/10

Personnages

10/10

Humour

9/10

Plume de l'auteur

9/10

Les Plus

  • les personnages
  • L'histoire
  • L'enquête

Les Moins

  • Des pensées redondantes
A propos Karine 65 Articles

Chroniqueuse sur Songe d’une nuit d’été depuis deux ans, mes goûts littéraires vont du roman jeunesse au thriller en passant par la fantasy. Je suis également une gameuse adepte des MMOrpg et rpg tout court. J’aime aussi les jeux de rôle papier à plus petit dose.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*