La Malédiction de la zone de confort de Marianne Levy

La Malédiction de la zone de confort de Marianne Levy

la Malediction de la zone de confortNombre de pages : 377
Editeur : PYGMALION
Date de sortie : 11 octobre 2017
Collection : ROMANS
Langue : Français
ISBN-10 : 2756419133
ISBN-13 : 978-2756419138
Prix Éditeur : 19,90€
Disponible sur liseuse : OUI

De quoi ça parle ?

Rose a (presque) tout pour être heureuse. Après 763 auditions infructueuses elle a enfin décroché son premier grand rôle dans la série télé de l’année. Elle peut compter sur le soutien d’une joyeuse bande et d’un fiancé imaginaire avec qui elle assure vivre, enfin, une relation équilibrée. Son unique manque ? Un précieux recueil de poésie médiévale dont elle a besoin pour calmer son émotivité pathologique.

Ben n’a (presque) rien pour être heureux. En panne d’émotions, le scénariste et auteur de polars n’arrive plus à écrire une ligne. Il se noie dans un quotidien sinistre qu’il dissimule mal à ses deux seuls amis. Son unique réconfort ? Les mails hystériques d’une dingue qui lui réclame un bouquin comme une naufragée, une bouée au milieu du Pacifique.

Ils étaient faits pour ne PAS se rencontrer.
Probabilité qu’ils vivent un jour heureux ensemble : nulle.
Probabilité qu’une probabilité soit fausse : non négligeable.
Et si la vie déjouait les algorithmes ?

Mon avis

Comment ne pas être tout de suite attiré par cette couverture bleue qui dégage à merveille une atmosphère légère et aérienneLa Malédiction de la zone de confort EST le livre feel good par excellence, et son auteure est une personne tout simplement adorable ! 

Rose, une actrice en devenir, rencontre un peu par hasard Ben, auteur de polar en pleine phase de syndrome de la page blanche. Ils n’étaient pas sensés se rencontre, et pourtant… leur rencontre sera explosive et changera leur vision de la vie et de l’amour. 

Un petit extrait de la fameuse rencontre rien que pour vous : 

Un bus passa en trombe, faisant jaillir sous ses roues une gerbe d’eau grisâtre. Il fit un bond en arrière pour l’éviter et bouscula une blonde qui déboulait en bas de la rue à l’Ecole-de-Médecine. Il croisa son regard une demi-seconde. Elle lui jeta un oeil noir. Bleu marine, en fait, puisque ses yeux venaient de virer couleur orage. Il murmura :

– ça va, ça va…

Elle stoppa net, se retourna et dit : 

– Non, ça va pas ! Comment ça pourrait aller puisque vous venez de me rentrer dedans ? Et qu’au lieu de dire, je sais pas moi : « Pardonnez-moi, mademoiselle » ou « Yo, j’ai as fait exprès, sorry » ou « Je suis myope stade terminal mais je trouve que j’ai une tête affreuse avec mes lunettes, chacun ses complexes, veuillez accepter mes excuses », vous venez de maronner « ça va, ça va ».

Elle sautillait d’un pied à l’autre sans doute pour éviter que ses Converse soient tout à fait inondées. Ses boucles trempées lui collaient au visage. Elle protégeait le reste comme elle pouvait, enveloppée dans une doudoune qui tombait jusqu’à ses mollets.

Ce roman est à la fois drôle, frais et absolument pas prise de tête : il est parfait pour passer un bon moment de détente. Sans oublier certaines expressions tout simplement hilarantes. La plume de l’auteure très fluide y est aussi sans doute pour quelque chose ! 

C’est un roman sur les rencontres dues au hasard et sur la recherche de l’amour ; autrement dit, c’est une comédie romantique qui remplit très bien son rôle ! On apprend aussi pas mal de choses sur les coulisses des séries télé et sur la « guerre » entre nouveaux médias et anciens médias. 

On peut retrouver beaucoup de références musicales et cinématographiques que je connaissais pour la plupart que de nom. Je pense donc me faire une petite session comédies romantiques prochainement avec le top 10 de Rose. 

Sans oublier que notre chère Rose voue un culte à Guillaume IX, troubadour et fervent défenseur de la fin’amor au XIIè siècle. Et fiancé fictif de Rose… sa vie amoureuse et sa connaissance de la gente masculine étant un fiasco. 

Pour preuve : 

Pourtant, depuis huit jours, entre Ben1984 (racaille de bibliothèque), Paul Marignan (torturé du bocal), Charles-Édouard (bec psychopathe), Ugo Belin (roi de l’égo trip) et le brun ténébreux (rustre pratiquant), je collectionnais les expériences masculines traumatisantes.

Je vais m’arrêter ici avec cette chronique car je ne veux pas trop vous en dévoiler non plus. Quoiqu’il en soit, La Malédiction de la zone de confort a été une excellente découverte qui s’est soldée par un petit coup de coeur. Je pense qu’il n’est pas nécessaire de préciser à quoi point j’ai hâte de découvrir le prochain roman de Marianne Levy !

La Malédiction de la zone de confort de Marianne Levy

19.90€
La Malédiction de la zone de confort de Marianne Levy
9.7

Intrigue

10/10

Personnages

10/10

Humour

10/10

Plume de l'auteur

10/10

Les Plus

  • Les expression hilarantes
  • Les personnages
  • L'univers des séries télé

Les Moins

  • Aucune envie de quitter l'univers et les personnages !
 
A propos Nath 82 Articles

Chroniqueuse sur Songe d’une nuit d’été depuis un peu plus d’un an maintenant. Mes genres de prédilection sont le fantastique, la fantasy et le Young Adult mais j’aime aussi découvrir de nouveaux livres et sortir de ma zone de confort. Je fais aussi des chroniques sur mon blog personnel.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*