Conviction par Liz Friedlander et Liz Friedman

Conviction par Liz Friedlander et Liz Friedman

Création de : Liz Friedlander et Liz Friedman
Année de sortie : septembre/octobre 2017 (France)
Avec : Hayley Atwell, Eddie Cahill, Shawn Ashmore, Merrin Dungey et Emily Kinney
Nationalité : Américaine
Genre : Drame, Policier, Judiciaire
Format : 42 minutes
Nombre d’épisodes : 13

Synopsis :

Au sein du système judiciaire américain, rien n’est tout noir ou tout blanc. Il suffit de demander à Hayes Morrison, avocate et fille de l’ex-Président des États-Unis. Après avoir été arrêtée pour possession de stupéfiants, elle fait face à un dilemme : aller en prison ou accepter un emploi chez son rival, l’avocat new-yorkais Conner Wallace. Afin d’éviter de teinter la campagne électorale de sa mère, Hayes décide d’accepter l’offre et se retrouve ainsi au sein d’une unité spéciale de la police à travailler avec des experts dans de multiples domaines pour réexaminer des dossiers problématiques.

Bande annonce

Mon avis

Je dois bien avouer que j’apprécie grandement le but de cette cellule d’investigation. Aider à vérifier que la justice a bien été appliquée, que la bonne personne soit bien en prison, ou arrêté le vrai responsable, je trouve ça juste super.

Ce n’est pas ce qu’il y a de plus original. Une unité dans le domaine du droit et de la justice, composée de personnes qui ont un passif particulier.

Sam Spencer, il aurait dû avoir le poste qu’Hayes Morrison a obtenu à sa place.

Tess Larson, travaillait déjà dans le domaine du droit, elle a témoigné au procès et a envoyé un innocent en prison, qui fut libéré grâce à des preuves ADN.

Maxine Bohen était détective dans la police de New York, à la fin de la série on en apprend plus sur elle.

Frankie Cruz, est l’expert médico-légal de l’équipe, qui a passé trois ans dans l’établissement correctionnel.

La leadeuse (Hayes) a eu un passé romantique avec le créateur de l’unité qu’elle dirige, Conner Wallace.

Les dossiers traités sont plutôt intéressants, mais parfois, le temps de résolution (cinq jours) me parait un peu juste. Comment font-ils pour trouver où le système justicière a « merdé », retrouver les témoins ou des suspects crédibles, faire les tests ADN (qui mettent 48 heures au moins) et le coupable ? En plus dans un épisode, Hayes se rend deux fois dans un centre pénitencier en une journée, et moi j’ai une question : COMMENT ? Ça se passe à New York il y a de la circulation, je ne trouve pas cela très faisable. De plus dans ma série policière préférée, la brigade se fait taper sur les doigts à cause des heures sup’ et de l’argent dépensé malgré les restrictions budgétaires, alors excusez-moi pour la fixette, mais deux aller-retours en maison d’arrêt ça fait sûrement des frais !

J’aime beaucoup l’idée de « l’entre-deux scènes », au lieu d’une coupure noire, les réalisatrices ont opté pour un montage de building et autres bâtiments de New York.

Je dois dire que je suis un peu envieuse… Les robes, les manteaux d’Hayes Morrison sont sublimes !

Des premières minutes, à la scène finale, l’héroïne montre son caractère immature, son mépris des règles et son culot. 

La série s’arrête à ses uniques 13 épisodes, mais c’est peut-être aussi bien, tout est trop déjà vu. Ça aurait fini par tourner en rond, en plus il ne faudrait pas trop de mauvaises condamnations, pour ne pas perdre fois dans le système judiciaire ou en l’application des lois.

Conviction par Liz Friedlander et Liz Friedman

Conviction par Liz Friedlander et Liz Friedman
4.3

Scénario

4/10

Casting

7/10

Originalité

2/10

Les Plus

  • Les tunes d'Hayes Morrison

Les Moins

  • Manque de fraicheur
 
A propos Orme Étoile 14 Articles

Je suis une des nouvelles chroniqueuses sur Songe d’une nuit d’été, et aussi la plus jeune de l’équipe. Je suis une grande fan de Policier, de Fantastique, Surnaturel et d’Histoire. J’adore écrire, et je rêve d’en faire mon métier, même si c’est peu probable.

6 Commentaires

  1. Tout à fait d’accord avec toi, cette série est regardable mais ça tourne en rond et j’ai souvent eu l’impression de voir les mêmes choses défiler. Le sujet est intéressant, c’est vrai ! Par contre, la « romance » fuis-moi je te suis, suis-moi je te fuis, m’a passablement énervée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*