The Crime de Marie Rutkoski

Gagner peut être la pire des malédictions… Fille du général le plus titré de l’Empire, Kestrel a eu la faiblesse, alors qu’elle réprouve l’esclavage, d’acheter dans une vente aux enchères un jeune homme du nom d’Arin. Pire encore, elle a eu la bêtise de lui permettre de devenir son ami… et de laisser la ville entière s’en émouvoir. Elle n’a compris qu’au dernier moment son erreur, en découvrant l’impensable : espion aux ordres de son peuple oppressé, les Herranis, le jeune homme était là depuis le début pour la trahir, pour renverser le pouvoir.

The Crime de Marie Rutkoski (suite de The Curse)

Nombre de page : 540 pages
Editeur : Lumen
Date de sortie : 21 septembre 2017
Langue : Français
ISBN-10: 2371021318
ISBN-13: 978-2371021310
Prix éditeur : 15€
Disponible sur liseuse : Oui – 9,99€

Chronique du premier tome : The Curse : ICI

De quoi ça parle ?

Gagner peut être la pire des malédictions…
Fille du général le plus titré de l’Empire, Kestrel a eu la faiblesse, alors qu’elle réprouve l’esclavage, d’acheter dans une vente aux enchères un jeune homme du nom d’Arin. Pire encore, elle a eu la bêtise de lui permettre de devenir son ami… et de laisser la ville entière s’en émouvoir. Elle n’a compris qu’au dernier moment son erreur, en découvrant l’impensable : espion aux ordres de son peuple oppressé, les Herranis, le jeune homme était là depuis le début pour la trahir, pour renverser le pouvoir.

À présent, tout a changé. Kestrel a été contrainte de lutter pour sa survie. Elle a vu ses amis tomber autour d’elle et a dû supporter la douleur de la trahison d’Arin – elle dont l’éducation entière lui souffle de tout faire pour se venger. Mais, quand il a fallu choisir son camp, elle a préféré, à son tour, l’impensable : sacrifier son bonheur pour celui des Herranis, céder à un terrible chantage qui la force à tourner le dos à Arin une bonne fois pour toutes. Elle est désormais la fiancée du fils de l’Empereur. S’ouvre, à la cour, un terrible jeu d’échec où Kestrel doit mentir à tout le monde, depuis le monarque – un homme sans pitié qui se délecte de la souffrance d’autrui – jusqu’à Arin lui-même, en passant par la masse des courtisans qui n’espèrent que sa chute.

Mon avis

Je ne voulais pas retrouver Kestrel trop tôt de peur de la quitter trop vite. Et c’est ce qu’il s’est malheureusement passé. Je n’ai pas pu m’empêcher de dévorer cette suite tant attendue. Que dire hormis que je l’aie trouvé encore meilleure que le premier tome ? Je suis passée par un panel d’émotions assez impressionnantes pour finir totalement frustrée de ne pas avoir la suite immédiatement.

Une nouvelle fois, Kestrel va parier gros et jouer tous ses pions. La jeune fille qui a négocié la paix pour le peuple Herrani, se retrouve en être la monnaie d’échange. Bien sûr, Arin ne sait rien des sacrifices de Kestrel et cette dernière fait tout pour tenter de sortir ses meilleurs atouts et d’y gagner au change.

Kestrel est un personnage fort avec ses faiblesses. J’ai eu énormément d’empathie pour elle. C’est une véritable héroïne qui joue à un jeu des plus dangereux, mais que ne ferait-elle pas pour protéger ceux qu’elle aime ?
Elle va donc évoluer à la cour impériale en tant que fiancée du fils de l’Empereur, car tel est le pacte tacite qu’elle a fait avec ce dernier. Arin, ne veut pas croire que Kestrel y trouve son compte et décide d’en avoir lui-même le cœur net alors qu’il ne sait plus quoi penser d’elle. Elle lui a brisé le cœur d’une certaine manière.

Un véritable page-turner qu’on ne lâche pas !

Leur relation des plus compliquées m’a vraiment émue. Tout les sépare, leur peuple, leur condition et pourtant, Arin s’entête. J’ai eu beaucoup de peine pour lui dans ce tome. Autant dans le précèdent, il avait joué un jeu avec elle, autant ici, il n’a jamais paru aussi sincère. Sans doute le seul de l’entourage de Kestrel à l’être. La pauvre va se retrouver un peu seule dans cette nouvelle partie qui pourrait lui coûter bien plus que l’homme qu’elle aime.

Comme je le disais plus haut, j’ai juste adoré ce tome que je trouve encore plus réussi que le précédent. Kestrel va jouer un jeu très dangereux. À la cour de l’Empereur, tout n’est que jeu et conspiration. Plus d’une fois, Kestrel risque de s’en mordre les doigts. Entre intrigue politique, survie, espionnage et une histoire d’amour tragique, je n’ai vraiment pas pu lâcher le livre. C’est tellement bien narré, bien décrit… Plus d’une fois, j’ai eu le cœur qui se tord et j’ai souffert avec eux. Quant à la fin… Mon Dieu, comment vivre cette attente qui va me sembler si longue (et interminable) ?

Intrigues, conspirations et jeu de pouvoir ; tout n’est que jeu !

Indéniablement, The Crime est à la hauteur de The Curse et hausse cette trilogie en haut du palmarès de mes romans de fantasy historique YA préférés. La plume de Marie Rutkoski est juste et fait mouche à chaque coup. Elle tient bien les ficelles de son histoire et elle ne se laisse pas aller à la facilité.

Si vous ne deviez retenir qu’une chose de ma chronique, c’est de vous jeter sans tarder sur cette trilogie ! Si vous n’avez pas encore commencé, qu’attendez-vous ?

The Crime de Marie Rutkoski

15€
The Crime de Marie Rutkoski
9.7

Scénario

9.5/10

Plume de l'auteur

9.7/10

Personnages

9.6/10

Intérêt du lecteur

9.8/10

Les points positifs

  • La plume de Marie Rutkoski
  • Les personnages
  • L'univers
 
A propos Artemissia (Julie F) 4105 Articles

Créatrice et responsable du webzine « Songe d’une nuit d’été ». Un site culturel 100% féminin. Il est consacré à la littérature (romance, jeunesse, bit-lit, thriller, MxM entre autre chose), mais aussi aux mangas, à la BD, aux séries TV, Films et tout ce qui touche au domaine du loisir.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*