[Extraits] La vie à mille décibels

La vie à mille décibels de Rachael Lucas

De quoi ça parle, Charlie ?

Grace a seize ans. Elle aime l’équitation, sa meilleure amie Anna, sa famille et ça lui suffit à être heureuse. Introvertie, hypersensible, passionnée, pleine d’humour et d’empathie Grace s’apprête à naviguer dans les eaux troubles du lycée. L’âge adulte qui se profile, les parents qui ne comprennent rien, les doutes, les garçons, les rivalités… Un moment peu évident pour n’importe quel adolescent. Pour Grace, c’est une montagne infranchissable. Grace est atteinte du syndrome d’Asperger. C’est une hypersensible, tant sur le plan émotionnel que sensoriel. Un son, une odeur, une matière peut la déranger. Les relations sociales sont pour elle un vrai casse tête : se concentrer sur son interlocuteur, comprendre le sens de la conversation et ses non-dits, anticiper la réponse qu’elle va faire… Et pourtant, il est temps de plonger dans cette vie qui l’attend, de découvrir qui elle est et de prouver au monde ce dont elle est capable, de connaître les joies et les angoisses du premier amour, de se trouver pour mieux trouver les autres.

C’est avec un plaisir non dissimulé que je me suis plongée avec attention dans ce roman. Vous savez comme j’apprécie la littérature jeunesse/ jeunes adultes et ce livre tombait à pic. J’avais énormément accroché avec son résumé et je dois dire que, malgré quelques déceptions, j’ai apprécié ma lecture. Grace est un personnage auquel on s’attache très vite et qui nous touche profondément. Mais vous en saurez bien plus mardi quand ma chronique sera enfin publiée ! 🙂

En attendant, et pour vous mettre l’eau à la bouche, j’ai pioché quelques extraits du livre que j’ai apprécié. C’est un peu difficile d’en sélectionner quelqu’uns pour vous faire patienter, vous permettre de mieux cerner le personnage de Grace et son univers. Mais j’espère que les extraits choisis feront en sorte d’en découvrir un peu plus sur notre héroïne.

Le printemps et l’automne sont mes deux saisons préférées pour être dehors Et l’hiver, quand il fait bien froid et que le salon est plein d’une obscurité brillant de lumières féeriques et de bougies sur la cheminée. Mais pas l’été. L’été a quelque chose de trop évident, trop jaune, trop lumineux, facile, plaisant. L’été n’a aucun effort à faire, de toute façon les gens adorent cette saison.

Pourquoi cet extrait ? Parce que c’est à partir de ce moment que je me suis prise d’affection pour Grace. Et je me suis totalement retrouvée en elle. J’aime beaucoup la manière dont elle perçoit le monde, et la manière dont elle donne son avis sur les choses, paisiblement alors que tout est explosif en elle. Je ne sais pas si vous voyez ce que je veux dire mais ça vous permet de cerner un peu le caractère de l’héroïne et sa capacité d’analyse sur les choses qui l’entourent.

De nouveau, j’ai les nerfs qui vibrent, comme des électrochocs dans les jambes, mon coeur retentit dans mes oreilles. Parce que dès que je pense à la veille, au moment où je suis sortie de la pièce avec Gabe, tous les regards se sont tournés vers nous, je m’en souviens, tout ce qui me paraissait magique et secret s’est retourné et est devenu sombre, comme la face obscure de quelque chose de déjà sombre, horrible, perturbant.

Pourquoi cet extrait ? J’aime beaucoup les sentiments contradictoires qui se devinent à travers cet extrait. Encore une fois, ça vous permet de vous éclairer sur la façon d’être de Grace et sur son ressenti sur un événement qui va bouleverser son petit monde. Même dans l’écriture, j’ai l’impression de ressentir l’explosion qui se produit en elle. Et l’écriture de Rachael Lucas, l’auteure, y est pour beaucoup. C’est un des points forts du roman d’ailleurs. C’est aussi à partir de ce moment là que j’ai commencé à vraiment cerner Grace et comprendre les difficultés qu’elle éprouve face à un monde qui lui paraît hostile.

Je ne peux m’empêcher de penser au moment où je rentre du lycée, à l’effort que me demande de supporter les bruits, les lumières, les gens, le changement, les voitures, les odeurs, le soleil ou la pluie, de me maintenir en subissant toute cette pression, et ensuite, d’arriver jusqu’à la maison. Une fois chez moi, je peux tout éteindre, j’explose parce que je suis en sécurité.

Pourquoi cet extrait ? Un dernier petit extrait pour vous éclairer, une dernière fois, sur Grace et son syndrome d’Asperger. A travers cette courte citation, j’espère vous faire comprendre à quel point notre héroïne souffre malgré elle. Chaque « geste » de la vie quotidienne peut se révéler être une épreuve et c’est d’autant plus triste que Grace en a parfaitement conscience elle-même. 

En tout cas, j’espère que ces petits extraits vous ont mis l’eau à la bouche. Je reviens mardi avec ma chronique pour vous en apprendre un peu plus sur La vie à mille décibels, sans vous en dévoiler trop pour ne pas vous gâcher votre lecture. J’espère que vous avez apprécié ces courts instants passés dans l’univers de Grace et qu’ils vous donneront envie de vivre la vie à mille décibels de Grace ! 😀

A propos RockAndStone 516 Articles

Charlie – Rockandstone, passionnée de musique et amoureuse des livres.
#TeamRonWeasley

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*