À demi-mot de Jennifer L. Armentrout

Andrea n’en rate pas une, c’est bien connu ! Une semaine dans un chalet aux côtés du type le plus sexy et insupportable qu’elle connaisse semble être un mauvais plan ? Qu’à cela ne tienne, si elle a raté sa vie, au moins ne gâchera-t-elle pas ses vacances… Après À huis clos, suivez Jennifer L. Armentrout dans cette nouvelle aventure new adult !

À demi-mot de Jennifer L. Armentrout

Nombre de page : 320
Editeur : J’ai lu
Date de sortie : 30 août 2017
Collection : FICTION FANTASME
Langue : Français
ISBN-10: 2290095478
ISBN-13: 978-2290095478
Prix éditeur : 13,90€
Disponible sur liseuse : Oui – 9,99€

De quoi ça parle ?

Andrea Walters est la spécialiste des bêtises en tout genre. Sa seule certitude ? Elle finira saoule avant 22 heures vendredi prochain ! Ses plans de carrière ? Une récente réorientation quelque peu déprimante quand tous ses proches sont en couple et dans la vie active. Aussi, lorsque sa copine Syd lui propose une semaine de vacances entre amis dans un chalet, Andrea n’hésite pas longtemps. Elle y voit l’occasion de faire le point dans un cadre magnifique, de profiter du jacuzzi… et de commettre un nouvel impair en passant sept jours aux côtés de Tanner Hammond.

Ce magnifique pompier semble voir clair dans son jeu, et même si Andrea déploie des trésors de mépris et de cynisme en sa présence, il pourrait finir par avoir raison de sa belle assurance…

Mon avis

Je l’avoue, je n’avais pas compris qu’À demi-mot de Jennifer L. Armentrout était la suite directe de À Huis Clos. On va mettre cela sur le compte des vacances et du fait qu’en ce moment, j’ai trois mille choses à penser. Dans un sens aussi, tant mieux, ainsi je suis partie vierge de tout avis négatif. J’avais moyennement apprécié le précédent qui m’avait paru pas mal tiré par les cheveux. Celui-ci se défend et je l’ai trouvé meilleur que le premier, même si je dois dire que je n’ai pas non plus été des masses enthousiaste pendant ma lecture. Déjà, parce que je trouve que l’auteure ne se renouvelle pas trop et puis, même si j’adore sa plume, je la préfère dans le YA fantastique (je suis une dingue de sa série Lux !).

Toutefois, je dois concéder que j’ai beaucoup apprécié Andréa qui est loin d’être une héroïne parfaite et blanche comme neige. Au contraire, Andréa, quand on ne la connaît pas en profondeur, c’est le genre de nana que, personnellement, je déteste. Elle ne semble ne prendre pas grand-chose au sérieux, elle est méchante intentionnellement avec les garçons et elle a l’air d’avoir quelques soucis avec la bouteille. Tanner, le héros ressemble plus à sa victime qu’à l’homme dont elle va s’éprendre. Et pourtant.

Andréa qui a pourtant tout pour être heureuse, souffre profondément. Son mal-être la rend hargneuse et difficile d’accès. Elle se sent au-dessous de tout et avec des parents chirurgiens et un frère qui suit la même voie, elle est le vilain petit canard qui a osé faire un virage à 180 degrés dans sa vie. Elle a eu la force de le faire, mais n’assume pas du tout, les conséquences. Vraiment, le personnage d’Andréa vaut tout le livre à lui tout seul. Elle est complexe, pleine de zones d’ombre et l’amour ne semble pas y changer grand-chose dans son cas. 

J’ai vraiment aimé au final ce personnage très ambivalent. Mon seul regret aura été qu’il soit traité plus sur la forme que sur le fond. La concernant, même si Jennifer L. Armentrout s’y attarde un  peu, j’ai trouvé que cela allait trop vite ou que ce n’était pas assez développé. Mais le plus important y est.

Du coup, je me suis vraiment focalisée sur Andréa plus que sur Tanner (alors que nous avons leur deux points de vue à chacun), et même si je l’ai apprécié, sa romance avec elle m’est apparue en second plan. 
Tanner est un chouette garçon sous des dehors de mecs qui aime les histoires sans lendemain. Il apprécie vraiment Andréa et a envie de gratter les couches externes de sa carapace pour voir qui se cache dessous, même si c’est loin d’être évident pour lui, comme pour elle d’ailleurs !

Et puis on retrouve aussi les héros du tome précédent. Je ne sais pas pourquoi, mais même s’ils ont l’air sympathiques, je les ai trouvé un peu égoïstes et dans leur bulle. Sydney qui est la meilleure amie d’Andréa ne mesure pas la force de sa détresse et ça m’a fait légèrement tilter. Après, ils sont jeunes donc, c’est aussi tout à fait crédible.

Dans l’ensemble, j’ai quand même passé un bon moment avec cette lecture. J’ai eu un sentiment au départ assez mitigé concernant Andréa et finalement elle m’a fait beaucoup de peine. C’est rare ce genre d’héroïne et ça mérite d’être souligné. 

Malgré une histoire un peu en dents de scie, j’ai aimé ce livre pour sa thématique principale qui est très peu traitée dans la romance NA. Je crois, il me semble même qu’il s’agit là d’une première fois dans mon cas. C’était intéressant, mais j’aurais aimé que l’auteure approfondisse plus toute cette partie avec l’héroïne qui va devoir apprendre à se retrouver et se prendre en main.

Au final, une chouette romance New Adult qui m’aura pas mal plu, même si ce ne sera pas un inoubliable.


Chronique du tome précédent


À demi-mot de Jennifer L. Armentrout

13.90€
À demi-mot de Jennifer L. Armentrout
7.6

Plume de l'auteur

8/10

Personnages

8/10

Scénario

7/10

Intérêt du lecteur

8/10

Les Plus

  • L'héroïne Andréa
  • La thématique principale

Les Moins

  • La thématique traitée de manière quelque peu superficielle
 
A propos Artemissia 4086 Articles

Créatrice et responsable du webzine « Songe d’une nuit d’été ». 3 enfants, passionnée de lecture. Aime être transportée dans d’autres univers grâce aux livres.

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*