Ni mariée, ni enterrée Tome 2 de Katy Collins

:star: Ni mariée, ni enterrée Tome 2  de Katy Collins

Ni mariée, ni enterrée (Tome 2)

Nombre de pages :  414 pages.
Éditeur :  Harlequin
Date de sortie :  14 juin 2017
Collection :  &H
Langue :  Français
ISBN-10 : 2280364379
ISBN-13 :  978-2280364379
Prix Éditeur :  13,90 euros
Disponible sur Liseuse :  Oui

Son résumé :
Depuis qu’elle a tout quitté pour parcourir le monde et soigner son cœur brisé, Georgia Green a trouvé une vocation, rencontré un homme (enfin, peut-être, c’est compliqué) et bâti la vie dont elle avait toujours rêvé. Mais le quotidien d’une brillante femme d’affaires n’est pas forcément celui que l’on croit. Et, pour sauver son agence de voyages, Georgia va une nouvelle fois devoir se lancer à l’aventure. Dans la moiteur indienne, entre le bruit des klaxons et les cours de yoga, elle va découvrir que certaines choses échappent à notre contrôle… et qu’il faut apprendre à l’accepter !
La suite des aventures de notre Bridget Jones en sac à dos, toujours aussi gaffeuse et attachante…

Mon avis :

Attention ! Risque de spoilers du tome précédent !

Après avoir laissé notre héroïne dans une vie devenue plus sereine avec un nouveau travail où elle peut enfin s’épanouir et le début d’une romance qui s’annonce des plus belles, tout semblait aller pour mieux.
Malheureusement, nous retrouvons, plusieurs mois plus tard, une Georgia qui s’est littéralement plongée dans son travail. Elle a beaucoup de mal à partager les tâches avec ses collègues, au point de délaisser ses parents et ses amis, et, l’étincelle qui était née entre Ben et elle, peine à s’enflammer. Et comble du comble, le programme organisé par l’agence, pour l’Inde, a des retours négatifs.  C’est donc à travers d’un nouveau voyage que Georgia va devoir se remettre en question et revoir ses priorités.

Reprenant la même trame de narration que du précédent volet, déboires-voyages-repartir sur de nouvelles bases, nous nous retrouvons de nouveau dans les bagages de Georgia pour un pays d’Asie. On pourrait penser qu’il puisse avoir un effet de redondance, mais ce n’est pas du tout le cas. La touche d’humour y est plus présente, à commencer avec le « petit grain de folie » de Georgia qui n’était pas beaucoup exploité dans le premier tome. Elle en devient plus attachante, surtout lorsque l’on ressent encore l’influence de sa séparation avec son ex-fiancé sur sa vie:
-Georgia veut à tout prix prouver qu’elle a des chances de réussir brillamment niveau professionnel afin de compenser le niveau relationnel qui n’est guère reluisant.

Côté rythme, le roman reste fluide et dynamique, surtout dans la partie du voyage de Georgia en Inde qui est très intéressant. Tout en suivant ses quiproquos avec les autres voyageurs, la voir essayer tant bien que mal de gérer un guide au cœur brisé et de se remettre en question, on y aperçoit quelques facettes du pays connues pour la plupart: la pauvreté, le contraste entre les bidonvilles et les belles maisons, la conduite sur les routes indiennes, les longs voyages en train, la spiritualité, l’entraide, la musique, le cinéma indien, etc…
Pour ce qui est du côté des autres personnages, c’est comme revoir de vieux amis. Ils restent cependant en arrière-plan, comme la possible romance entre Georgia et Ben. Elle est une composante de l’histoire de l’héroïne et non l’élément central qui aurait pu occulter tout le reste. Le seul petit reproche que je pourrais faire pour ce second tome, c’est la présence d’une sous-intrigue qui aurait mérité un développement plus long et plus tôt dans le récit. Elle se dénoue très rapidement à la fin du roman, laissant le lecteur sur sa faim.

Pour conclure, j’ai aimé ce roman pour tout cela et bien plus encore que le premier volet. La lecture fut légère avec sa bonne dose d’humour et ses quelques reparties bien senties. Mais, surtout, elle m’a fait rappeler les romances que je lisais, il y’a quelques années.
Et je vais encore revenir sur la comparaison avec Bridget Jones. S’il y’a un point commun à accorder pour ces deux romans, ce n’est pas pour ses héroïnes qui ne se ressemblent pas selon moi, mais pour son ambiance:
– des amis proches et quelques fois farfelues ; des parents touchants et protecteurs; un petit ami qui n’est pas là pour la secourir mais juste pour être à ses côtés et la soutenir, des situations à multiples quiproquos etc…
Pas de prise de tête que de l’amusement ! Et c’est cela la grande force de l’histoire Georgia qui devient un bon roman à découvrir cet été si ce n’est encore fait !

 

cetaient-tres-bien

  Acheter ce livre sur Amazon


:star: Nos chroniques précédentes


Ni mariée, ni enterrée

 
A propos klolianebooks 129 Articles

Chroniqueuse pour Songe d’une nuit d’été . Autant fan de romance que de thriller, cinéphile à ses heures perdues, collectionneuse de manga et accro aux drama asiatiques.

1 Rétrolien / Ping

  1. Songe d'une Nuit d'été - Ni mariée, ni enterrée Tome 3 de Katy Colins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*