Peri Reed Tome 1 : Drafter de Kim Harrison

:star: Peri Reed  TOME 1 : Drafter de Kim Harrison

Kim Harrison, DrafterNombre de pages : 498 pages
Editeur : Bragelonne
Collection : BRA.BIT-LIT
Date de sortie : 17 Août 2016
Langue : Français
ASIN B01FTUCRZG
ISBN-13 : 979-1028100827
Prix éditeur : 20€
Disponible sur Liseuse : OUI

De quoi ça parle ?

Detroit, 2030. Trahie par l’homme qu’elle aime et l’organisation gouvernementale ultrasecrète qui l’a entraînée, Peri Reed est en fuite. Dotée du pouvoir rare et inestimable d’altérer le temps, ses capacités ont cependant un revers : à chaque utilisation, elle oublie à la fois l’histoire qu’elle a modifiée et sa réécriture.

Les trois dernières années de sa vie effacées, elle n’a d’autre choix que de s’allier à un mystérieux renégat dans une cavale meurtrière qui lui révélera la délicate vérité que cache sa dernière mission. Traquée, armée de sa seule intuition, incapable de savoir à qui elle peut faire confiance, Peri doit se méfier de tous – y compris elle-même.

:star: Mon avis :

La première chose que je me suis dis en contemplant la couverture de Drafter était qu’elle était tout bonnement magnifique : cette belle jeune femme au regard mélancolique d’un pur bleu cyan sur un fond gris métallique, une montre brisée éparpillant ses éclats vers son cou. Peri Reed, femme mystérieuse, nous met au défi de découvrir ses secrets. J’avais hâte de connaître la raison pour laquelle elle semblait aussi triste. Je me suis alors dépêchée de commencer à lire Drafter, le premier tome de la nouvelle saga de Kim Harrison.

En 2030, un faible pourcentage de la population est capable de réécrire la trame temporelle, malheureusement ils oublient presque intégralement ce qu’ils ont modifié et la nouvelle version créée.  Peri Reed est un membre d’une organisation gouvernementale nommée OPTI, qui utilise les pouvoirs des drafters à des fins obscures. Trahie par tous ceux pour qui elle avait confiance, Peri perd trois ans de sa vie. Contrainte à la fuite, elle s’allie à un homme d’une organisation rebelle et se met en chasse de son propre passé.

Un concept original et passionnant

Kim Harrison a réussi le pari de créer un monde riche, sans pour autant perdre le lecteur dans de nombreuses explications. Le principe du rétrochronage (pouvoir réécrire le temps), des ancres qui sont capables de faire émerger les souvenirs des drafters ou carrément leur écrire de nouveaux, le fonctionnement de l’organisation OPTI ; toutes ces créations sont géniales.

L’action et le suspense sont les deux piliers de ce roman de science fiction. L’histoire est une belle réussite, et j’ai pu me faire embarquer à quelques moments dans des passages forts de  l’intrigue. Malheureusement, je pense que j’aurais mieux apprécié ma lecture si le style avait été à la hauteur de la richesse de l’histoire. Les descriptions étaient maladroites et plus d’une fois je me suis dis que le tout aurait mieux rendu en étant écrit d’une manière différente. Je ne sais pas si c’est propre au style de l’auteur ou bien si c’est la traduction qui est mauvaise, ceci étant que j’ai trouvé cela dommage car j’ai perdu pas mal de plaisir à la lecture. D’ailleurs, j’ai eu du mal à rentrer dans le roman au début à cause de l’écriture. Ce n’était pas très fluide et j’avais du mal à me visualiser les scènes. J’aurais pu m’arrêter là, mais je ne regrette pas d’avoir continué car la suite vaut le détour.  Peri Reed est maintenant mon héroïne favorite avec Çeda (Les Douze Rois de Sharakhaï de Bradley P. Beaulieu, une perle publiée aussi chez Bragelonne).

Peri Reed, navire sans ancre en perdition dans un océan de souvenir

– Petite pétasse pourrie gâtée ! (…) J’en ai assez des états d’âme des drafters ! Quelqu’un t’attend tous les soirs pour te chouchouter, être aux petits soins pour toi, et tu nous fais un drame dès que tu perds trois minutes ! La vie est injuste, il faut t’y faire ! L’amour n’est qu’une illusion ! Tu ne vois pas que je te rends service, là ? L’amour ? répéta-t-elle d’une voix perçante. Ça n’existe pas, petite conne !

Peri est une héroïne très attachante. Son pouvoir est une bénédiction autant qu’une malédiction, et j’ai eu beaucoup d’affection pour elle. Amnésique,  parfois d’une période de quelques mois à plusieurs années, Peri est sans arrêt en train d’essayer de garder le contrôle sur sa vie. La peur est constante chez cette héroïne qui peut oublier ses souvenirs et son entourage d’un moment à un autre. Mais ce n’est pas le pire de son existence, parce que Peri peut se faire manipuler. On peut lui écrire de faux souvenirs, elle ne sait plus alors sur qui elle peut compter.  Les personnages secondaires ne sont pas en reste : Silas le séduisant membre de l’alliance, Jack l’amant, Bill le chef implacable. J’ai été dégoûtée et enchantée par ces hommes et à la fin du roman j’en redemandais encore.

Pour conclure, Drafter un est bon roman de science fiction, même si certains passages sont difficiles à lire à cause d’un style maladroit. Le suspense m’a pris à la gorge à de nombreuses reprises. Peri Reed prouve son potentiel d’héroïne badass. Rien que pour l’originalité de l’histoire, je vous conseille de le lire. Ce premier tome n’est pas une réussite totale, mais il offre un bon début pour une saga qui s’annonce trépidante.

cetaient-tres-bien

Acheter ce roman sur Amazon

 

 

2 Commentaires

    • C’est vrai que c’est dur de rentrer dedans à cause du style, mais c’est une lecture qui se déguste comme un gros gâteau : en plusieurs fois 😂❤

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*