ASCFCULTURE & COCulture Mag'

Où sont les femmes… les vraies ?

Article de Bees Bee

« On ne naît pas femme, on le devient » – Simone de Beauvoir.

you can do itMais parfois, on devient moins que ça.

Grande amatrice de romances, je suis forcée d’admettre, à mon grand regret, que l’image de la femme est encore grandement péjorative. Dans la romance contemporaine, la femme sera toujours celle qui crée des ennuis, celle qui change d’avis tout le temps et qui fait tourner tous les mecs en bourrique. C’est celle qu’on voudra séduire, et, étonnamment, elle a déjà au moins trois admirateurs secrets. Les héroïnes de romances ont toutes des corps différents, mais reste toutes exceptionnellement belles.

Pourquoi faut-il que la femme soit toujours stéréotypée, caricaturée ? La furie de service, ou l’inaccessible, la femme froide au cœur brisée ou la bonne copine au grand cœur. Il n’existe pas de femme normale, qui ne soit excessive nulle part, juste, une femme normale. Cependant, le rôle qu’on leur incombe dans l’histoire n’est pas le pire. Que votre héroïne soit une godiche ou une fille indépendante, il y a toujours UN point où elle sera inexorablement tournée en ridicule : le sexe.

Petit diagnostic rapide :

  • Elles se disent fortes et indépendantes, mais tout change lorsqu’elles rencontrent un bel homme. Ou un homme ténébreux. Ou un mec au grand cœur. Ou un rebelle. Ou…
  • Si cet homme leur montre de l’intérêt, elles deviennent un sac d’hormones en puissance. D’ailleurs, même s’il a l’air indifférent, ça ne changera pas grand-chose. Parce qu’il est trop viril.
  • Dès qu’il la touche, l’héroïne est incapable de dire non. Même quand elle le voudrait. Même quand elle le fait, elle se laisse (presque) toujours convaincre de continuer. (Mais que fait la police ?)
  • Elle pardonne tout. Même quand elle ne devrait pas. Elle cède, facilement, surtout quand il glisse sa main ou sa bouche quelque part.
  • Si jamais, ô grand jamais, ils devaient se séparer, notre héroïne perdrait toute raison de vivre. Elle survit (en buvant du Coca Light, diront certaines). Pourquoi ? Parce que sa vie n’a aucun sens sans l’homme qu’elle aime.

Verdict : Notre héroïne est devenue une femme facile, complètement dépendante, avec une sexualité d’actrice porno, au point d’en devenir un peu nympho.

Et ça, c’est, sans vous mentir, 90% des héroïnes de romance contemporaine. Je suis incroyablement déçue qu’on nous présente des femmes toujours prêtes à être prises (comprendra qui pourra), toujours prêtes à dire oui à tout, à condition que monsieur fasse un gros baiser langoureux au préalable. Où sont passées les femmes de caractère ? Sont-elles condamnées à être toujours tournées en ridicule, tout ça pour devenir Bobonne, la femme au foyer ? Toutes les femmes avec un tant soit peu d’autorité et de contrôle sur leur vie que j’ai pu croiser au fil de mes lectures finissaient toujours par se laisser dominer et soumettre par un homme. La femme a-t-elle donc passé des centaines d’années à (essayer de) s’émanciper, tout ça pour que les auteures de romance les réduisent en objets sexuels ? Que diraient les grandes activistes qui ont fait avancer la cause des femmes ? Et toutes ces auteures, qui décrivent leurs héroïnes comme de grandes sentimentales bourrées d’hormones en furie, ont-elles regardé en arrière, dans l’Histoire, pour se rendre compte à quel point les femmes se sont battues –et se battent encore- pour être traitées dignement ? Avec un tant soit peu d’égalité ? Combien elles ont pu souffrir, et souffrent encore, d’être tout simplement nées femmes ?

Nous vivons au vingt-et-unième siècle, et les inégalités demeurent. Ne nous laissons pas berner par ces auteures qui traitent leurs congénères de fiction comme des objets sexuels à qui elles font vivre leurs fantasmes secrets. Ne croyez pas qu’il suffit de croiser le regard d’un beau mec dans la rue pour que votre vie soit chamboulée, ou qu’il faut attendre de le croiser un jour. Devenez maîtresses de vos vies, et ne croyez pas tout ce que vous lisez. La fiction, c’est de la fiction. Vous, vous êtes dans la vraie vie.

 

Tags
Voir Plus

Songe d'une nuit d'été

Songe d'une nuit d'été est un webzine culturel au féminin consacré à la littérature sous toutes ses formes entre autre chose, mais aussi aux séries TV, Films et tout ce qui touche au domaine du loisir.

7 Commentaires

  1. Je suis complètement d’accord ! Cela me désole aussi, surtout le côté « pleurnicheuse » de certains personnages féminins (le mot est un peu fort, malheureusement je n’en ai pas trouvé d’autre mais je pense que vous comprendrez où je veux en venir ^^).
    Après, peut-être que l’écrivain écrit comme elle voudrait être ? Une femme forte, indépendante, sans perdre le côté passionnel de l’amour ? Quoi que « passionnel » n’est peut-être pas le bon mot.. Parfois on se croirait plus dans une histoire d’amour enfantine où la demoiselle s’énerve facilement, et où le jeune garçon teste sa virilité / son autorité ou son caractère masculin enfin je ne sais pas trop comment le dire et j’espère que vous comprendrez ^^’. J’avoue donc m’être posé les mêmes questions que vous, c’est pour cela que j’ai de plus en plus de mal à apprécier les romans avec des héroïnes.. Et c’est bien dommage car parfois elles peuvent être source d’inspirations pour beaucoup d’entre nous. La vision qu’ils nous donne de ces dernières est vraiment poussée parfois, stéréotypée à souhait comme vous l’expliquez si bien. Et c’est énervant, car j’en ai marre de « voir » principalement des filles « pleurnicheuses », dirigées par les hormones, n’assumant pas qui elles sont. C’est plus dégradant qu’autre chose et conforte les plus jeunes sur l’image qu’elles peuvent avoir d’elles mêmes lors de l’adolescence, au moment des changements psychologiques comme corporels etc.
    Je pense m’arrêter ici car sinon je vais écrire un pavé philosophique sur la femme haha.
    En tout cas je suis heureuse de voir une personne en parler et partager son avis à tout le monde ! Comme vous, je ne souhaite pas un personnage féminin inhumain, juste normal, ayant des réactions censées et logiques (surtout naturelles car les réactions sont parfois trop excessives et je connais peu de filles dans la vraie vie à avoir des réactions comme celles qu’on peut lire dans les romans, voire pas du tout).
    Je pense approfondir ce sujet par des recherches car il doit bien y avoir une explication à tout cela :).
    Bref, je n’en dit pas plus ! Je vous remercie juste de cet article, m’excuse par avance si il y a des fautes d’orthographes, et au plaisir de vous lire dans un autre article !

  2. C’est tellement vrai ce qui est décrit dans cette chronique. Je me considère comme féministe mais malgré tout c’est toujours agréable de lire une romance qui vous fait croire pendant le temps du roman que la totale osmose avec quelqu’un est possible, que le coup de foudre existe. Bon après soyons réaliste se ne sont que des romans mais un peu de romantisme dans ce monde individualiste et cynique ça ne peut pas faire de mal si ???

  3. Je suis entièrement d’accord avec toi mais je trouve que les héroïnes que l’on pourrait qualifier de femmes fortes sont la plupart du temps très agaçantes, têtues et voire même désagréables. On met plus en avant le côté : « je suis une femme mais j’agis comme un homme » et pas assez le côté « je suis forte tout en restant une femme et je suis forte parce que je suis une femme ». Et ce qui m’énerve par dessus tout c’est qu’elles sont un harem à leur disposition et qu’elles profitent de chaque homme sans choisir (oui je déteste le fait d’être avec plusieurs hommes en même temps et de les faire mariner pour rien) !! Je n’ai pas de titres qui me viennent en tête (je vois des exemples mais je ne me souviens plus des titres des livres). Enfin bref, je voulais intervenir pour dire que comme toi j’aimerais des héroïnes fortes mais de vraies femmes 😉 et pas de pleurnichardes nymphomanes !! Une héroïne qui illustrent parfaitement mon type d’héroïne préférée : Ivy dans The book of Ivy

  4. Tu as complètement raison les femmes fortes ont toujours été considéré comme des femmes qui se comportaient comme des hommes et toujours a notre époque

    Je n’ai pas lu le livre dont tu parles mais je vais le chercher immédiatement
    Merci pour le conseil

  5. Je ne vois pas comment je ne pourrais pas être d’accord avec ton propos. J’ai même l’impression que certains personnages féminins du début XXè sont plus émancipées que celles d’aujourd’hui. Et j’ai beau chercher dans la littérature contemporaine je ne trouve pas de femme forte et indépendante de bout en bout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils