Accueil ASCF 8 Mars – Ces figures féminines qui nous inspirent…

8 Mars – Ces figures féminines qui nous inspirent…

15 Temps de lecture
1
0

journée de la femme“Journée de la femme”, “Journée des femmes”, Journée des droits de la femme”, “La Journée internationale des droits des femmes”, à chacun de choisir la dénomination qui lui convient à partir du moment où l’on comprend les enjeux de cette journée. Officiellement proclamée par les Nations Unies en 1977, elle existe depuis le début du 20ème siècle grâce aux luttes des ouvrières et des suffragettes en Europe et en Amérique du Nord.  Ces féministes se battaient pour le droit de vote et pour de meilleures conditions de travail.

Le 8 mars n’est donc pas tant l’occasion d’offrir des fleurs ou des promos sur les parfums ou les strings (que l’on veut bien toute l’année, cela va de soi !) que de faire un bilan de la condition de la femme dans le monde, de mettre en avant les progrès ainsi qu’éveiller les consciences sur ceux encore à faire. Et ils sont encore nombreux!

La preuve en quelques chiffres :

  • 1 homme sur 8 occupe un poste de haute direction pour 1 femme sur 40.
  • 31,5 % des femmes travaillent à temps partiel dans l’Union européenne contre seulement 8,3% pour les hommes.
  • Les femmes touchent en moyenne 17% de moins que les hommes à poste et compétences égales.
  • Les femmes constituent 70% des 1,2 milliard de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté.
  • Sur les 776 millions d’adultes dans le monde (soit 16% de la population mondiale) qui ne sont pas alphabétisés, les deux tiers sont des femmes.
  • Chaque année quatre millions de femmes sont vendues et achetées pour des mariages forcés, l’esclavage et la prostitution.
  • Dans le monde en 2015, une femme sur trois a été violée, battue, ou victime d’une forme de mauvais traitement au moins une fois dans sa vie.

Mais la Journée internationale des droits de la femmes est également l’occasion de mettre en avant ces femmes qui ont œuvré et œuvrent toujours pour une véritable parité entre hommes et femmes et qui ont fait avancer nos droits.

Voici quelques figures qui ont inspiré certaines de nos chroniqueuses.

Louise MichelAu-delà des grandes figures féminines telles que Marie Curie ou Simone de Beauvoir, Louise Michel est pour moi une des grandes dames qui s’est battu pour le droit des femmes. Avant de s’illustrer dans l’histoire, c’est une institutrice de formation a toujours défendu une éducation pour tous et sans différence entre les sexes. C’est une femme qui a agi sur tous les fronts : libertaire, féministe, écrivaine, institutrice. Elle est surtout connue comme la figure féminine anarchiste et révolutionnaire de la Commune de Paris. Une partie de l’histoire, où les droits de la femme ont justement fait une belle avancée. Je vous laisse avec une de ces fameuses phrases, que je trouve très juste et qui montre à quel point Louise Michel était en avance sur son temps : « Si l’égalité entre les deux sexes était reconnue, ce serait une fameuse brèche dans la bêtise humaine.»

Littlepadfoot

Elisabeth Badinter

Elisabeth Badinter, femme de lettres, philosophe, féministe et femme d’affaires française est une figure féminine dont j’apprécie particulièrement le discours. Loin de considérer la femme comme une éternelle victime de la domination masculine, une pauvre chose à protéger à grands coups de quotas, Elisabeth Badinter  se bat pour défendre l’idée que l’éducation prévaut sur les déterminismes sexuels : on est ce que l’on devient. “Quand on veut, on peut” pourrait être la devise de cette femme qui ne se reconnaît pas dans un féminisme haineux qui fustige l’homme ou qui se complaît dans la victimisation. J’aime sa manière de ruer dans les brancards et de ne pas débiter les discours attendus. Souvent critiquée, il n’en reste pas moins qu’Elisabeth Badinder oeuvre depuis des décennies pour le droit des femmes et la laïcité.

Elora

MalalaComment parler des femmes qui se battent pour nos droits sans citer Malala Yousafzai ? Née en 1997, elle va très vite se rendre compte que les femmes ne sont pas les égales des hommes dans son pays, le Pakistan, que l’éducation des petites filles est fortement menacée par les talibans qui réduisent les écoles en cendres et qu’il faut dénoncer leurs crimes. C’est ce qu’elle fait à seulement onze ans dans un témoignage diffusé sur un blog de la BBC tout d’abord sous un pseudonyme puis en dévoilant sa véritable identité. Dès lors elle reçoit des hommages et distinctions mais le 9 octobre 2012, elle est victime d’une tentative d’assassinat par les talibans et est touchée à la tête, au cou, à l’épaule. Dans un état critique elle survit à ses blessures mais pour sa sécurité elle part s’installer au Royaume-Uni. De là elle poursuit son combat pour l’éducation et le droit des femmes et le 10 décembre 2014, elle reçoit le Prix Nobel de la Paix. Pourquoi est-ce qu’elle me touche particulièrement ? Sûrement car il est rare de voir une fille si jeune se dresser contre l’injustice au péril de sa vie. Elle savait très bien que ses actes la mettaient en grand danger mais elle n’a jamais reculé au contraire. Dans nos pays nous ne nous rendons rarement compte de la chance que nous avons de pouvoir aller à l’école sans craindre de nous faire tirer dessus ou sans nous inquiéter de savoir si un jour on en sera privées. Il est donc essentiel que des jeunes comme Malala osent parler et montrer.

Lily

Louise-BourgeoisLouise Bourgeois est née en France en 1911 et s’est éteinte en 2010 dans sa seconde patrie, les Etats-Unis. Cette artiste plasticienne et sculptrice a connu une grande renommée de par le monde lors du 20ème siècle. Vous connaissez sans doute Maman (1999), cette araignée monstrueuse toute d’acier? Louise Bourgeois laisse derrière elle une œuvre grandiose, habitée et exprimant cette passion de travailler la matière pour se purger, se libérer de ses propres démons dans une catharsis créatrice. Il règne autour de ses créations une aura très particulière, presque menaçante, cruelle ou au contraire poétiquement douce. J’ai eu la chance de voir l’œuvre de Louise Bourgeois lors de sa rétrospective au Centre George Pompidou en 2008. Je ne saurais trop comment décrire cette expérience… C’était comme écouter une ritournelle tragique ou la complainte d’une enfant brisée qui a guéri ses maux sibyllins par l’Art. « L’art est une garantie de santé mentale », disait-elle.

Coxe

veil simoneDans ma vie de femme, de nombreuses femmes m’ont inspiré et marqué, comme d’autres le feront après. De mes profs de Droit à ces femmes qui se battent pour nos droits, si je ne devais en retenir qu’une, ce serait Simone Veil. Cette femme qui a eu le courage de s’élever contre les hommes pour que nous, femmes, ayons le droit de dire “NON” à une grossesse. Un sujet encore tabou et polémique en 2016, 40 ans après, alors même que cela ne se devrait pas. Simone Veil qui continue son combat aujourd’hui pour que la France ne fasse pas marche arrière sur ce droit si important qu’est celui à l’IVG, comme l’a fait l’Espagne. Simone Veil, cette grande dame, au combat acharné, qui a survécu à la Shoah avant de devenir Magistrate, puis Ministre. Cette femme qui m’a donné envie de me lancer dans le droit, de croire en mes rêves, mais surtout de croire que j’ai les mêmes droits que n’importe quel autre être humain, car une femme est avant tout cela : un être humain.
Chouquette
Et vous, quelle est la femme qui vous inspire ? 
Charger plus d'articles similaires
Charger plus par 
Charger plus dans ASCF

Un Commentaire

  1. analectrice

    8 mars 2016 à 21 09 55 03553

    Je dois dire que cet article est vraiment assez beau, j’aime beaucoup le portrait que vous avez fait des femmes qui vous ont inspiré

    Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article qui pourrait vous plaire

Grimoire of Zero T1 & T2 de Takashi Iwasaki

Grimoire of Zero T1 & T2 de Takashi Iwasaki Nombre de pages :  160 pages Editeur :  Ot…