Guerre de Larissa Ione

Alors, avant de commencer les festivités, il faut savoir que le tome 1 des Cavaliers de L’Apocalypse est la suite directe de Demonica. A la suite du tome 5 on enchaine sur ce premier tome qui ne met plus en scène les démons en tant que héros mais bel et bien les cavaliers de l’Apocalypse et les anges. Autant vous le dire tout de suite, quand j’ai su que les éditions Bragelonne allaient sortir la suite, j’ai été folle de joie.

Les Cavaliers de L’Apocalypse Tome 1 : Guerre de Larissa Ione

Relié : 358 pages
Editeur : Bragelonne (31 octobre 2013)
Collection : BIT-LIT
Langue : Français
ISBN-10 : 2352947022
Disponible sur Liseuse : OUI
Prix Éditeur : 20€

Son résumé :

La fin des temps approche. Les cavaliers de l’Apocalypse devront choisir de préserver leur humanité et combattre aux côtés du bien ou, au contraire, embrasser leur destinée et déchaîner l’Enfer sur Terre.

Ares, destiné à devenir Guerre, craint peu de choses. Fin stratège et redoutable avec une lame, il a participé à toutes les grandes batailles de l’histoire. Alors que les émotions n’ont aucune prise sur lui depuis bien longtemps, il va s’avérer que sa seule faiblesse est une femme. Cara Thornhart, humaine, entraînée dans un monde qu’elle ne comprend pas et auquel elle ne peut survivre, s’est retrouvée porteuse de la marque qui fera d’Ares un démon à part entière. Consumé par le désir et privé de tous ses pouvoirs lorsqu’il est près d’elle, Ares devra pourtant trouver le moyen de sauver la jeune femme d’une mort certaine, ou accepter d’être le héraut d’Armageddon.

Mon avis :

Bien que les Cavaliers de L’Apocalypse soit la suite directe de Demonica, je pense sincèrement que cette nouvelle série peut se lire indépendamment. Bien bien sur, vous vous y perdrez un peu dans l’univers de Larissa Ione mais vous y survivrez.

Dans ce nouvel épisode tant attendu, nous retrouvons Ares, futur Guerre si jamais son sceau venait à être brisé. Sans rentrer dans les détails, nous apprenons au tout début du roman, son histoire, ainsi que sa malédiction qui les frappe ses frères et sœur ainsi que lui même. Après que Reseph soit devenu Pestilence, amenant maladie et dévastation sur son passage sur terre, Ares est décidé coute que coute à préserver son propre sceau. Il ne faut pas que Pestilence le retrouve car s’il le brise l’avenir de l’humanité sera perdu à jamais (ni Bioman ni les Powers Rangers ne pourront rien y faire et encore moins les frères Winchester. Ne cherchez pas, si le sceau d’Ares se brise on est dans la mouise). En devenant Guerre, Ares pourrait sommer ainsi la fin de notre espèce.

Alors qu’elle n’avait rien demandé à personne, Cara, une jeune femme humaine, va vite se retrouver mêlée à tout ça. Sans le savoir, elle a sauvé un chien des enfers et grâce à son don, a réussi à la soigner. Par reconnaissance, ce dernier s’est lié à elle. Alors que des hommes tentent de la torturer, le chien est enlevé par un ange déchu. Cet Ange porte sur lui le sceau d’Ares. Très vite Ares se retrouve donc à faire équipe avec cette petite humaine qui paraît bien fragile en extérieur mais qui prouvera qu’elle veut bien plus que ce qu’il ne pouvait imaginer. De fil en aiguille, Cara deviendra pour Ares la personne numéro qu’il doit protéger de Pestilence.

Le découpage de l’histoire et de la romance ne change pas d’un iota. On retrouve tout ce que j’aime dans une romance paranormale : une jeune femme aux apparences fragiles qui de maillon faible, devient vite le maillon fort. Un héros aux allures de bad boys que rien ne touche et qui finira au fil du temps et des aventures qu’il vivra avec la fille, par craquer pour elle. Bien entendu, il y aura entre eux une sacrée tension sexuelle. Sinon, ce n’est pas drôle. Les personnages encadrant nos deux héros, ne manquent pas non plus ni de charme ni de peps et l’ambiance post apocalyptique est juste dosée comme il faut pour nous donner un récit captivant.

C’est bien simple, je n’ai pas pu lâcher le livre avant de l’avoir terminé. J’ai tout aimé et même si parfois il m’est arrivé de sourire à cause de certains clichés qui restent bien encrés dans ce style, j’avoue que mon sourire de dérision se finissait généralement par un sourire banane. Ben oui, j’aime la romance et j’aime bien aussi les scènes et situations ultra guimauve et « so romantic ». Bon, mais pas trop non plus, juste ce qu’il faut pour nous les filles.

Malgré un titre très fantasy, il s’agit bien d’une romance paranormale. Ne vous y trompez pas. Mais une bonne romance comme on les aime avec un mec alpha et une nenette qui sous des dehors fragile sait mener la danse elle aussi. Et une humaine qui plus est. J’avoue, j’aime bien quand l’héroïne est humaine et d’apparence un peu fragile et puis finalement qui en montre bien plus que ce qu’elle laisse paraître.

De plus Larissa Ione, encore une fois, ne ménage pas ses personnages, chacun possède un bagage bien lourd et des cicatrices pas vraiment refermées. Ce qui leur donne une aura plus sombre et qui joue sur leur relation bien plus qu’il ne le voudrait se l’avouer.

Ares est de ses héros fort et fier ; qui n’a pas peur de jouer les gros machos mais qui sait s’incliner quand il le faut. Je l’ai bien aimé même si, parce que je suis ultra maso (sans doute), j’attends avec impatience et excitation l’histoire avec Thanatos ET Pestilence car même si pour le moment il fait figure de grand méchant, il y a fort à parier qu’il aura son histoire lui aussi (ouais bon, j’ai triché et j’ai regardé sur Goodreads).

L’histoire quant à elle, est menée tambour battant sans un gramme de répit et le lecteur n’a pas le temps de s’ennuyer une seule seconde. Ca secoue fort la dedans ! Et cerise sur la gâteau, on retrouve certains personnages de Demonica comme Eidolon et ses frères et bien entendu Kylan et Gem. Logique, j’ai envie de dire.

Vous l’avez compris, à mon plus grand plaisir ce livre fut juste excellent et passionnant ! J’ai vraiment adoré, en fait je le disais depuis le tome 3 de Demonica mais Larissa Ione a pris une belle place de choix sur mon étagère. Vraiment. Elle ne fait pas que nous donner une romance entre deux personnages opposés, elle nous offre aussi une belle histoire bien ficelée que saura apprécier, à sa juste valeur, les lecteurs. On ne s’ennuie pas, les personnages secondaires et l’univers sont vraiment bien travaillés. Un pur régal !

Et pour ne rien gâcher, le livre, en tant qu’objet, est vraiment magnifique. Il donne envie bien avant d’avoir lu son résumé ! Bref, si vous avez encore des doutes… vous attendez quoi pour vous laisser tenter ?

Acheter ce livre sur Amazon

 

A propos Artemissia (Julie F) 4181 Articles
Créatrice et responsable du webzine "Songe d'une nuit d'été". Un site culturel 100% féminin. Il est consacré à la littérature (romance, jeunesse, bit-lit, thriller, MxM entre autre chose), mais aussi aux mangas, à la BD, aux séries TV, Films et tout ce qui touche au domaine du loisir.

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.