L’AMOUR FAIT FAIRE DES FOLIES.

Mes chers amis,

Cela fait un long moment que je ne me suis pas accordé le temps de publier un article sur le site, je tiens à m’en excuser.
Aujourd’hui, j’aimerais vous parler de regrets, de culpabilité, de peur, d’amour et de fierté. Un grand nombre d’émotions humaines, qui nous touchent, nous aussi vampires.

Comme vous le savez, cela fait des siècles que je suis devenu vampire. Malgré ma nature, le besoin d’aider autrui ne m’a pas quitté. Etant la créature la plus apte à ôter la vie d’un humain, je me suis voué à la médecine afin de préserver cette vie précieuse. J’ai vécu en solitaire, et seulement pour la médecine. J’ai essayé de racheter mon âme d’une certaine façon.

En 1918, j’ai transformé Edward, puis Esmée (1921), Rosalie (1933) et Emmett (1935).
Ma famille s’est ainsi lentement construite, complétée par l’arrivée d’Alice, Jasper, Bella et Renesmée.

Mais comment accepter le fait d’être le créateur d’une famille, condamnée à être des vampires constamment dévorés par la soif ?
Pur égoïsme ? Peur de la solitude ? Amour aveugle ?
Comment faire face aux conséquences ? Aux failles de ces êtres si chers à nos yeux ? Comment les aider après avoir ruiné leur existence ?

Bien sûr, maintenant, cela semble avoir un sens me direz-vous.

Si je n’avez pas transformé Edward, il n’aurait pas connu Bella, n’aurait pas eu sa fille…et vice versa.

Si je n’avais pas transformé Esmée, j’aurais perdu l’amour de ma vie, elle n’aurait pas eu le loisir d’être de nouveau « mère » puis grand-mère.

Si je n’avais pas transformé Rosalie, elle n’aurait pas eu sa vengeance, repris confiance en elle et en l’amour, avoir une nièce, nous n’aurions pas connu Emmett.

Si je n’avais pas transformé Emmett, il n’aurait pas connu Rose  etc…

Bref, nos existences sont toutes reliées.

Oui, je leur ai indirectement apporté beaucoup, mais à quel prix ?


Edward en a souffert des années durant, se voyant comme un monstre. Je me suis caché derrière une promesse faite à sa mère biologique, mais les paroles d’une mourante sont-elles une excuse pour condamer un jeune homme à une vie terrible ? Non. J’avais l’occasion d’avoir enfin quelqu’un à mes côtés, un ami. Comment faire face à la culpabilité quand cet ami lutte dans tant de souffrances contre sa nature vampirique dont je suis responsable ? Comment supporter de voir son fils si perdu et solitaire ?

Esmée, c’était différent… Elle avait déjà tout perdu et fut étonnamment heureuse se réveillant vampire à mes côtés. Je me souviendrais à jamais de la phrase qu’elle m’a souvent répété lorsque nous parlions de sa transformation :  » Peu importe ce que je suis, du moment que je suis avec toi ». Mon amour, mon éternité… Un acte d’égoïsme, d’amour… Elle m’avait hanté depuis notre première rencontre lorsqu’elle était encore une jeune humaine. Et ce jour, ce fameux jour où elle gisait dans une morgue glaciale, je n’ai pu résister. Je ne pouvais en aucun cas concevoir sa perte. Alors je l’ai fait, je l’ai transformé en priant Dieu qu’elle ne me quitte plus jamais…

Rosalie, le cas le plus difficile… Je l’ai trouvé entrain de se vider de son sang dans une ruelle sombre. Elle était magnifique, semblait faire parti de ces jeunes femmes qui croque la vie, en sont amoureuse. Je ne sais comment, mais je sentais qu’elle méritait d’avoir une chance. Pourquoi elle ? Je l’ignore. Je l’ai transformé par instinct, par compassion. Hélas, j’ignorais que le changement serait si difficile pour elle. J’ignorais tout de ses désirs de vivre en tant qu’humaine, avoir des enfants, vieillir et mourir. C’est rare et remarquable d’accepter la vie et la mort de cette façon. Cela a été atroce de la voir souffrir, sombrer… Ma femme et moi l’avions aussitôt vu comme une fille, et espérions qu’elle se compléterait avec Edward, mais non. J’avais deux enfants qui souffraient de leur nature. Je me suis à ce moment dis que c’était la dernière fois que je transformais quelqu’un, et que je passerais mon éternité à tout faire pour rendre heureux mes enfants.

Emmett, le cas le plus « facile »… Rose me l’a ramené des Appalaches avec un contrôle sur sa nature proprement fascinant. Elle voulait que je le transforme, j’ai refusé. Non, c’était tout, je ne referais pas cette erreur. Seulement, face à Rose, je n’ai pu que céder. Ceci pour une raison simple et futile, pour la première fois, j’ai vu une lueur dans les yeux de ma fille, une lueur d’espoir… Elle savait, sans savoir comment, que cet homme lui serait vital. J’ai vu là un moyen peut-être la soulager de sa souffrance, l’aider à émerger des ténèbres. Emmett s’est incroyablement bien adapté (moins au sang animal) et se faisait une joie d’être vampire, il en était tous les bons côtés incarnés. Sa joie de vivre et son humour à toute épreuve ont changé notre vie à tous. Et surtout, il a rendu notre fille enfin moins malheureuse…

A la suite de l’arrivée d’Alice et Jasper, la rencontre et transformation de Bella et la naissance de Renesmée, un équilibre et une paix harmonieuse se sont installés dans notre famille.

Mais notre nature demeure… Il a fallu être fort et lutter contre la peur qu’Edward ne nous quitte, Esmée et moi, il y a des années. Contre la dépression de Rosalie qui a profondément attristé Esmée et m’a accablé de regrets et de remords. Contre les failles d’Emmett qui a craqué face à l’appel trop puissant du sang humain, contre les failles de Jasper qu’Alice essayait de consolider au mieux. Contre la souffrance et le danger qui ont si souvent heurté Bella. Contre la peur de voir grandir si vite notre petite Renesmée au risque de perdre le miracle qu’elle incarnait. Contre la destruction de notre famille que les Volturi souhaitent tant…Et j’en passe.

Selon Edward, je suis le pilier de cette famille, un ami, un père et grand-père dévoué et aimant, protecteur envers les miens. Mais je pense qu’il est important de ne pas négliger que je suis aussi le venin de cette famille, celui qui les a fait affronter tant de choses qu’aucun homme/père/grand-père ne peut tolérer par amour des siens.

Sachez mes enfants que je suis navré pour tout, mais que je suis vraiment fier de vous et de ce que vous êtes devenus, je suis fier d’être votre père.
Renesmée, même chose, je suis fier de la jolie jeune fille que tu deviens.
Esmée ma douce, merci pour ton soutien et ton amour qui font de moi un homme et un mari heureux.

L’amour fait faire des folies, souvent effroyables, qu’on regrette. Mais quitte à être égoïste, je tiens à dire que peu importe, je suis fier d’avoir ma famille telle qu’elle est, et je serai présent à chaque problème, à chaque chute pour les aider à remonter. Ceci pour une raison, la même pour laquelle nous sacrifierions tout : l’amour.

Je vous aime, ne l’oubliez jamais.

Avec tout mon amour,
Carlisle Cullen.

PS : Je tiens à souligner également l’importance qu’a Jacob au sein de notre famille, notamment et surtout pour Nessie. Il a, à maintes reprises, aidé, protégé et soutenu notre famille. Je lui serai pour cela, reconnaissant à jamais.

10 Commentaires

  1. Bonjour Carlisle 🙂

    Très bel article.
    Un jour quelqu’un m’a dit : « Il faut connaitre la douleur pour accéder au bonheur » et une autre personne m’a dit : « Le bonheur est douloureux, le bonheur à un prix, celui de la douleur. »
    C’est vrai. La souffrance créer des liens, elle nous apprend aussi beaucoup sur nous même et les autres.
    Vous êtes un Homme bon et rien que pour cela il doit être très difficile de vous tenir rigueur de tout cela.
    Accepter votre nature, accepter que celle-ci vous pousse, vous et votre famille à devoir vous dépasser. Vous êtes plus humains que certains humains…
    Vous êtes tous capable de faire des sacrifices que presque aucun humain ne serait et ne voudrait accomplir. Ou peut-être un humain le ferait-il mais pas sans arrières pensées, pas sans l’espoir d’être reconnu et approuvé.

    Soyez fier d’avoir transmis vos valeurs à vos enfants ! soyez fier d’être devenue une famille alors que rien n’était simple.

    Vos vies reliés, vos choix, rien n’était le fruit du hasard.

    Bon courage Carlisle 🙂

    Lily

  2. Carlisle, mon cher beau-père,

    S’il m’était encore possible de pleurer, soit certain qu’en ce moment, mon visage serait inondé de larmes. Edward a totalement raison en disant que tu es notre pilier, notre roc, le lien qui nous unit tous, dans un immense amour et un respect sans limite.
    Tu ne dois pas penser que tu as agis par égoïsme et encore moins culpabiliser, car tel n’est pas le cas. Chaque transformation que tu as effectué a été un acte d’amour. Si tu n’avais pas transformé mon mari afin de tenir la parole que tu avais donné à sa mère , nous ne serions pas la belle , la merveilleuse famille que nous sommes maintenant. En ce qui me concerne, du jour où j’ai connu Edward ainsi que mes frères et soeurs, et où j’ai compris la condition qui était la votre, je n’ai voulu qu’une chose : vous rejoindre. Alors s’il existe dans notre clan une personne égoïste, je suis celle-ci. La nature et un incroyable miracle ont voulu que je puisse vous donner Renesmée et faire de toi un patriarche absolu. Crois-tu Carlisle que tu es un homme suffisant ? Bien sûr que non, chaque personne qui te rencontre voit en toi , la bonté, le tact, la grandeur.
    Mon bien aimé père, ne te torture pas l’esprit plus en avant, cela ne sert à rien. Grace à toi, je connais le plus immense des bonheurs, celui d’aimer sans condition et d’être mère, soeur, épouse et fille d’une personne que j’aime et respect au plus profond de mon âme.

    Ta fille aimante

    Bella

  3. Papa, mon Papounet d’amour,

    Il est grand temps de te rendre hommage, juste un instant pour célébrer l’homme que tu es. Tu es avant un homme, avec les côtés les plus magnifiques qu’il existe : tu es bon, tu es juste, tu es généreux, tu es humble et j’en passe. Alors, ne regrette jamais ce que tu as pu accomplir, ce que tu as pu faire car sans toi, nous ne serions pas là.

    Combien de vies as-tu sauvées depuis que tu exerces la médecine ? Combien de destins as-tu bousculés grâce à ton don pour soigner ? Imagine combien de familles ont pu rentrer, ensemble, au sein de leur foyers, grâce à toi, si dévoué aux autres ?

    Alors non, tu ne peux pas regretter d’avoir fait tout ça car c’est grâce à ça que nous en sommes là : une vraie famille, unie, heureuse.
    Je n’oublie pas Maman non plus. Je dois l’avouer : sans vous, nous serions perdus … Qui d’autre serait assez patient avec nous ?

    Carlisle, Papa, tu es notre tout, ne l’oublie jamais.

    Alice, et Jasper.

  4. Papy Carlisle,

    Je ne te trouve pas égoïste moi, absolument pas. Au contraire, tu as sauvé la vie de tous ceux que tu as transformé et bien plus encore, tu as donné à eux une seconde chance, une seconde vie. Ils devront être reconnaissants de toi.
    Ensuite, ce sont des monstres, c’est vrai ! enfin, surtout Blondie ! Non, je rigole, il y a de bien plus grands prédateurs sur Terre que les Sangsues-Cullen.
    En tout cas, tu es un homme bien et en plus, tu as sauvé moi plusieurs fois, comment te détester ?

  5. Bien le bonjour à vous, cher Monsieur CULLEN,
    Votre article est magnifique, bien que je me demande une chose,
    Pourquoi, vous et d’autre membres de votre famille, dites que vous êtes égoïstes?
    Je pense que dans certains cas, cela est une qualité et qu’il ne faut pas s’en vouloir…Bon je ne sais trop commet m’expliquer…alors…
    J’espère que vous vous portez à meveille.
    Bien à vous
    Carlia

  6. Cher Carlisle, cher ami,

    Pourquoi tant te fustiger de la sorte ? S’il existe bien une personne en ce bas monde qui soit le moins égoïste et bien il s’agit de toi. Comme le dise tes enfants et à très juste titre combien de milliers de personnes anonymes as tu sauvé ? Ton exceptionnelle carrière de médecin nous prouve à quel point tu es altruiste, serviable et humain. Tu le sais Carlisle nous vampires sommes soit bon , soit mauvais. Le milieu n’existe pas. Tu représente aux yeux de beaucoup le père, le mari, le confident, l’ami par essence.
    Merci Carlisle, merci pour ta bonté, ton amour et ton respect du monde humain.

    Avec toute ma sincère amitié

    My

  7. Carlisle mon amour,

    Sache que je ne regrette à aucun moment d’être devenue ce que je suis et surtout ta femme. C’est vrai, tu m’as arraché à l’enfer dans lequel je vivais et à une mort certaine.
    Rien n’est fait au hasard. Toutes les décisions que l’on prend ont un but précis. Et le hasard est bien une chose à laquelle je ne crois pas.
    Ta destinée était de sauver des vies humaines, d’une manière ou d’une autre.
    Ce que tu as fait, ce que tu continues de faire!
    Comme tu le dis si bien, notre famille n’en serait rien si tu ne nous avais pas transformé, l’un après l’autre. Nous n’existerions plus, tout simplement!
    Nous n’aurions pas eu de deuxième chance, d’une seconde vie, seul un article serait paru à la page « nécrologie » d’un journal.
    Nous n’aurions pas connu l’amour, la joie, la compassion, la solidarité, la tendresse….qu’offre une vraie famille unie.
    Nous n’aurions pas eu de projets d’avenir. Nous n’aurions rien construit ensemble.
    Tu aurais continué ta route en solitaire, tu aurais souffert de cette solitude à jamais et nous, nous ne serions plus rien.

    Ce qui est fait est fait, n’ai aucun regret! Tu ne mesures pas à quel point tu as fait preuve de bravoure et de générosité. Ce n’était pas de l’égoïsme, aucun être sur cette Terre n’aurait supporté la solitude, c’était un acte de grandeur! Beaucoup d’êtres humains sauvent des vies au péril de la leur (je fais référence à tous ces sauveteurs), beaucoup de médecins sont amenés à prendre des décisions difficiles,mais dans l’urgence, pas le temps de réfléchir pendant des heures aux conséquences. Ils doivent décider très vite car une vie est en jeu. Ne regrette jamais ce que tu es, ni ce que tu fais, ce que tu as accompli. Tu sauves des vies, tu en épargnes d’autres!

    Tu es un homme, un époux, un père, un grand-père, un ami exemplaire. Et tout l’or du monde ne saurait te remplacer et nous combler de bonheur comme tu le fais si bien.
    Je t’aime mon amour, nous t’aimons, n’en doute jamais.

    Ta bien-aimée Esmée.

  8. Je vous remercie pour ces compliments, ces encouragements, cet amour…
    Si c’était à refaire, je le referais, simplement pour avec l’immense bonheur de vous avoir à mes côtés !
    Je vous aime.

    Carlisle Cullen.

    • Cher Carlisle, chère Emsée,

      C’est si beau, de voir tout l’Amour que vous portez les uns aux autres ! Qui ne rêve pas de vous avoir pour parents ?

      Carlisle, j’espère que vous êtes maintenant rassuré 😉

      Bonne soirée à vous deux ainsi qu’à toute votre merveilleuse famille.

  9. Cher Dr Cullen,
    C’est si.. magnifique de voir l’amour que vous portez à votre famille et de voir également comme vous vous consacrez à la médecine qui est votre passion.
    La médecine est un grand art, c’est la façon de sauver le maximum de personnes,les soigner au maximum, ne pas laisser une personne souffrir,c’est également une branche de l’histoire qui est consacrée à l’étude des connaissances et pratiques médicales au fil du temps.. qui ne rêverait pas de vous avoir comme médecin?
    Maintenant, passons aux choses plus « sérieuses »: si vous avez transformé Edward,Esmée,Rosalie,Emmet; pour moi vous l’avez fait pour les sauver car ils étaient tous sur le point de mourir.
    Vous avez accomplis un acte de bravoure,certes cela a été difficile pour eux au début (ce qui est normal, dans la vie tout n’est pas rose,il y a des choses plus ou moins difficiles et on fait avec)mais au fil du temps, ils ont accepté leur condition de vampire.
    Si vous n’aviez pas transformé Esmée et Edward,ils n’auraient pas connu Bella et elle n’aurait pas connu Edward,qui est d’ailleurs un excellent mari qui a changé la vie de Bella et n’aurait pas eu Rénesmée et ainsi de suite..
    Bella fait partie de votre famille,c’est une personne sympathique,compréhensive et très intelligente(comme vous tous d’ailleurs) avec une beauté surhumaine.
    Je sais que vous êtes capable d’une grande compassion et d’une grande retenue envers les êtres humains, c’est peut -être d’ailleurs pour cela que vous avez transformé presque chaque personne et qui sont devenus des membres à part entière de votre famille. En plus, vous avez fait preuve d’une très grande retenue en les transformant car comme le disait Edward, quand vous goûtez au sang humain,vous ne pouvez point vous arrêtez alors que là vous vous êtes retenu car vous ne les avez pas tous « vidés » de leur sang(je me fais l’avocat du diable mais bon.. c’est la vérité), vous vous êtes tout seul retenu et je vous envie pour cela.
    Il faut que vous sachiez que vous êtes quelqu’un de bien Carlisle, une personne qui fait tout pour sauver un maximum de personnes,un confident pour moi,une connaissance fort sympathique et agréable et qui fait tout pour sauver des vies et oui… dans la médecine, il y a des décisions à prendre pour le moins parfois difficiles mais une urgence n’attend pas.
    Alors, ne vous blâmez pas de la sorte,vous êtes une personne également bien.
    Vous êtes aussi un excellent père, beau-père, mari et médecin.
    Vous incarnez le bonheur en personne.
    Cordialement,
    Morgane.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*