TWILIGHT, LE ROMAN GRAPHIQUE- INTERVIEW DE YOUNG KIM

En préparant ma critique, je suis tombée sur les fiches des deux auteurs ( Stephenie Meyer, que nous ne présentons plus et Young Kim) et j’ai eu la surprise de voir que Pika avait publié une interview exclusive de l’artiste Coréenne. Je vous la propose aussi sur le site 🙂

INTERVIEW DE YOUNG KIM PAR PIKA ED.

Pouvez-vous nous parler de votre parcours en tant qu’artiste ?

J’ai étudié la peinture à l’Université nationale de Séoul. J’avais à peu près 13 ans quand j’ai décidé que je choisirais une filière artistique car j’aimais dessiner des bandes dessinées. Mon objectif n’était pas de devenir artiste-peintre. Après avoir obtenu mon diplôme, j’ai donc travaillé comme character and background designer pour l’animation et pour des sociétés de jeux vidéo online. J’ai aussi fait de nombreux travaux d’illustrations pour diverses publications.

Étiez-vous déjà fan de la saga Twilight quand on vous a proposé d’en dessiner l’adaptation graphique ?

Pour être tout à fait franche, la saga Twilight n’était pas très connue en Corée du Sud avant la sortie du film. J’ai lu les romans dès que j’ai été contactée pour le projet. Le film est sorti peu après et la saga Twilight est devenue très populaire à ce moment-là.

Comment avez-vous conçu chaque personnage ? Vous en êtes-vous tenue aux descriptions faites dans les romans ?

Mon but était de rester la plus fidèle possible aux descriptions du livre. Mon éditeur m’a aussi envoyé un résumé des caractéristiques principales des personnages des romans. Nous avons passé beaucoup de temps avec Stephenie pour définir les designs des personnages avant que je ne commence vraiment l’adaptation graphique.Chaque lecteur se fait sa propre image des personnages en lisant les romans ; et moi, je les ai d’abord dessinés tels que je me les imaginais. Par exemple, j’avais dessiné Jacob autrement au début  mais il ne correspondait pas à l’image que les romans en donnaient. Donc nous en avons ajusté le dessin avec l’aide de Stephenie.

Comment avez-vous réalisé chaque scène ? Avez-vous d’abord choisi les textes avant de commencer à dessiner ?

Effectivement, j’ai commencé par sélectionner des scènes du livre. Comme pour l’adaptation d’un roman en film, une adaptation graphique oblige à faire des choix. Puisque l’accent était porté sur la relation entre Bella et Edward, l’évolution de leurs sentiments a été la base de mon travail. Une fois tous les crayonnés terminés, quelques scènes ont été coupées après discussion avec mon éditeur, et certaines ont ensuite été réintégrées à la demande de Stephenie. La plupart des dialogues sont issus directement du roman mais nous avons dû adapter différemment par endroits à cause du changement de rythme ou de certaines scènes coupées.
Comment travaillez-vous ?

Pour les esquisses, je travaille simplement avec un crayon et un carnet de croquis, ce qui me permet de travailler n’importe où. Ensuite, tout est numérisé et je travaille sur ordinateur. J’utilise essentiellement l’ordinateur, une tablette graphique, son stylet et ma main.Comme beaucoup dans la profession, une grande partie de mon encrage et mes couleurs sont réalisés dans Corel Painter, et les touches finales sont apportées sous Adobe Photoshop.

Comment était-ce de travailler avec Stephenie Meyer ?

Elle m’a vraiment rassurée sur le fait que tout allait bien se passer.En toute honnêteté, j’étais un peu nerveuse avant de commencer le projet. Je n’étais pas sûre qu’elle ait le temps de se consacrer à l’adaptation graphique car j’imaginais à quel point elle pouvait être occupée. Je craignais aussi qu’elle soit dubitative face à la vision que je pouvais avoir de l’univers qu’elle a créé. Cependant, quand j’ai commencé à travailler avec elle, j’ai tout de suite vu que je n’avais pas à m’inquiéter. Elle s’est vraiment investie sur chaque page et ses remarques m’ont beaucoup encouragée.Ce n’est pas facile d’adapter, de comprendre ou d’aimer l’univers d’un autre. Cela ne peut fonctionner qu’avec l’entente et la générosité de l’auteur avec l’interprète. En ce qui me concerne, travailler avec Stephenie a été une expérience qui m’a fait apprécier l’ampleur de ce processus.

Twilight est devenu un vrai phénomène mondial. Avez-vous ressenti la pression des fans pendant votre travail ?

Je crois que cela aurait été impossible de ne pas ressentir cette pression !Mais pour moi, il existait une montagne plus difficile à gravir que cette pression des fans : Stephenie Meyer elle-même ! À chaque fois que j’obtenais son approbation sur une page, je pouvais avancer et ma confiance en moi grandissait.

Quel a été votre plus grand défi dans l’adaptation graphique de Twilight ?

On en revient forcément à cette pression des fans. Ma vision d’Edward va-t-elle correspondre à celle des millions de fans ? Vont-ils aimer “mon” Edward ? Les expressions de Bella comme la façon dont les deux héros interagissent vont-elles les satisfaire, ou encore vont-ils apprécier les décors ?À mon avis, tous ceux qui travaillent sur l’adaptation graphique d’un texte ont les mêmes préoccupations. Quand ce qui n’existe que dans l’imagination d’une personne est traduit visuellement, il doit avoir sa propre beauté pour exister réellement.

Quel est le personnage que vous avez préféré dessiner et pourquoi ?

Je suis obligée de répondre Edward.Franchement, Edward n’est pas un  personnage facile à dessiner. Il présente plusieurs défis. Tout d’abord, il faut qu’il soit beau… Et, en plus, ses yeux changent de couleur selon son humeur. Quand je dessine des vampires, j’utilise un pinceau différent de celui que je prends pour dessiner les humains ce qui me permet un dessin plus délicat et méticuleux. Les cheveux d’Edward nécessitent également plus de toucher avec le pinceau.Cela dit, pour une artiste, il est très plaisant de dessiner un personnage si beau esthétiquement.

Quelle est votre scène préférée dans Twilight : Fascination Volume 1 ?

C’est peut-être parce qu’elle n’est pas dans le film, mais ma scène préférée est le moment où Bella et Edward discutent, sous un coucher de soleil, avant que l’on ne rencontre Billy devant la maison de Bella. Quand j’ai lu le roman, les paroles d’Edward m’ont rendue romantique et mélancolique. Je pouvais ressentir la solitude et l’isolement qu’il avait vécu durant sa longue existence. J’ai donc essayé de traduire ce sentiment puissant avec une grande vignette couleur d’Edward sur fonds de crépuscule.

Quelle scène particulière du second volume vous réjouissez-vous à l’avance de dessiner ?

C’est la scène où Bella visite la maison des Cullen quand Carlisle et Edward lui racontent leur histoire. Les légendes sont toujours très captivantes. Les contes folkloriques des Quileute, dans le premier volume, étaient historiques, mais leur vision est celle que s’imagine Bella. L’histoire de Carlisle est en rapport avec quelqu’un qui a vécu à cette époque. Cela ne représente pas beaucoup de pages dans le roman, mais j’attends avec impatience de les dessiner.

Interview © Pika Edition-2010

A propos Artemissia (Julie F) 4107 Articles

Créatrice et responsable du webzine « Songe d’une nuit d’été ». Un site culturel 100% féminin. Il est consacré à la littérature (romance, jeunesse, bit-lit, thriller, MxM entre autre chose), mais aussi aux mangas, à la BD, aux séries TV, Films et tout ce qui touche au domaine du loisir.

3 Commentaires

  1. Les mangas je n’aime pas trop mai la c ‘est pas pareille la c ‘est TWILIGHT alors je me verré en grand plaisir de l’acheté est de le lire .
    il faut beaucoup de travail pour reproduire Les Cullen est les autre .
    Félicitation.
    Mai je les préféré mieux les voir dans les film.
    Mai je naît pas TI que j’aime pas .
    J’adore .
    En plus c ‘est écris en français on peu pas mien demandé lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*